Archives par mot-clé : féminisme

Aurore Turbiau : Une utopie féministe est-elle possible ?

Signalement d’un article de Aurore Turbiau, doctorante contractuelle en littérature comparée (Sorbonne Université, CRLC).

J’ai choisi un titre un peu clickbait pour cet article : « une utopie féministe est-elle possible ? » J’espère que ça ne fera pas trop de déçu·es : il sera plus question de littérature et d’histoire des idées ici que de vie en communauté sur des terres en non-mixité. Mais tout de même je maintiens le titre : une utopie (littéraire) féministe, est-ce que ça peut exister ? Est-ce qu’une utopie féministe peut s’inscrire dans la grande tradition héritée des textes de la Renaissance, transmise de génération d’hommes de lettres en générations d’hommes de lettres ? Est-ce qu’une utopie féministe peut correspondre aux définitions qu’on donne de l’utopie à l’université, dans les manuels scolaires — est-ce que le féminisme peut avoir une portée suffisamment « universelle » pour intégrer les rangs des grandes théories humanistes ? Ou est-ce qu’on doit en changer la définition — est-ce que ça aurait un intérêt ? Je ne promets pas de répondre exactement à toutes ces questions, mais surtout de souligner que les réponses ne vont pas de soi : les utopies féministes ne rentrent pas dans le cadre traditionnel qu’on a fourni pour définir « l’utopie », qui est globalement masculin et imperméable aux points de vue et propositions du féminisme ; les femmes ne sont pas souvent citées dans les histoires de l’utopie.

Lire la suite : Littératures engagées

Réf. : Aurore Turbiau, « Une utopie féministe est-elle possible ? », dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 06/09/2020, https://engagees.hypotheses.org/2492, consulté le 11/09/2020.

Illustration « à la une » : © Toni Frissell, Five women running, tiré de la couverture de l’ouvrage de Angelika Bammer, Partial Visions. Feminism and utopianism in the 1970s (1991), Bern, Peter Lang, 2015.

Pour un féminisme incarné dans le sillage de S. de Beauvoir : entretien avec Camille Froidevaux-Metterie

Un entretien riche et passionnant avec la philosophe Camille Froidevaux-Metterie. A lire sur le carnet de recherche de Marine Rouch dédié à la pensée de Simone de Beauvoir.


Camille Froidevaux-Metterie est philosophe féministe et professeure de science politique à l’université de Reims où elle est également chargée de mission égalité. Elle est l’autrice de nombreux articles dans la presse et dans des revues scientifiques. Elle a publié de nombreux ouvrages dont La Révolution du féminin (2015), qui vient de paraître en Folio (2020), Le Corps des femmes (2018) et, il y a quelques semaines, Seins (2020). Pour lire mon compte rendu (French and English), c’est ICI.

Camille Froidevaux-Metterie est une « féministe phénoménologique » et plaide pour un retour de la question du corps, dans sa dimension sexué, au centre de nos préoccupations. Dans l’entretien qui suit, elle nous explique que la phénoménologie beauvoirienne, peu connue en France, est propice pour penser un véritable féminisme incarné.

Je la remercie infiniment de m’avoir accordé cet entretien.

Lire l’entretien : Chère Simone de Beauvoir

Réf. : Camille Froidevaux-Metterie, Marine Rouch, « Pour un féminisme incarné dans le sillage de S. de Beauvoir : entretien avec Camille Froidevaux-Metterie », Chère Simone de Beauvoir, juin 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3226

« Se défendre » : Elsa Dorlin et Audrey Chenu à l’IHEAL [vidéo]

Intervention de la philosophe Elsa Dorlin sur son ouvrage « Se défendre » (La Découverte, 2017). Questions sur la violence, la norme sociale, l’expérience vécue, le féminisme en lutte « au corps à corps ».

Le 15 février 2019, l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine (IHEAL) recevait Elsa Dorlin (professeure de philosophie, kung-fu fighter et militante féministe) et Audrey Chenu (écrivaine, boxeuse et militante féministe) pour une lecture-débat autour de l’ouvrage Se défendre. Une philosophie de la violence (Éditions La Découverte, 2017). Vidéo : ©mariefauqueux ©cyrilfussien / Un ring pour tou.te.s

Le corps féminin, par Carolin Emcke [Villa Gilet, 2019]

Retour sur la conférence du 21 mai à la Villa Gillet sur "Le corps au féminin". Texte de Carolin Emcke, écrit pour l’édition 2019 des Assises internationales du roman de Lyon (mai 2019). Traduit de l’allemand par Alexandre Pateau. 

Quelle place pour le corps des femmes dans les livres des femmes ? Quel corps y voit-on se dessiner ? Corps désiré, corps désirant… Nos invitées explorent aussi la place du corps des femmes dans l’espace public en Europe et dans le monde arabe… Autant de paroles d’écrivains qui dessinent peut-être un nouveau féminisme.  
Carolin Emcke (Reporterin, Berlin), Photographie : Stephan Röhl

Étrange singulier que « le corps féminin ». Car il est loin d’être unique. Même lorsque je pense à mon propre corps, c’est un corps en perpétuelle transformation, un corps d’enfant, un corps d’adolescente, un corps découvrant le plaisir, connaissant la fatigue, un corps qui s’entraîne, tombe malade, vieillit, un corps dont les contours se précisent, un corps qui s’amenuise, se ride, mon corps féminin à moi est plusieurs corps à la fois, et même ce qu’il a de féminin est indéfini ou surdéterminé, c’est en tout cas un corps qui connaît le plaisir et le désir, chez quelqu’un comme moi, chez un être queer, qui désire comme je désire, le corps féminin est à la fois sujet et objet, ce sont des corps féminins, avec leurs lèvres, leurs seins, leur peau, leur sexe, leurs gestes que je veux.

Étrange singulier que le corps féminin, corps si différents que ces corps-là, corporéités si multiples, et qui ne doivent pas forcément correspondre à ce qui a été déclaré « féminin », qui ne sont pas toujours circonscrits par la norme ou les images de la norme, mais s’étendent au-delà ou en dehors, formes ludiques de la féminité ou de la masculinité, ou justement formes ludiques des codes du sexe et de la sexualité, formes qui m’obsèdent, m’exaltent, m’excitent, formes auxquelles je succombe, formes qui me touchent et qui me comblent.

Étrange singulier…

Lire la suite : Villa Gillet

Version allemande originale sur La Clé des Langues (ENS de Lyon)

New documentary series highlights the struggles of women activists in Vietnam

Signalement d’une série de documentaires sur le combat des femmes vietnamiennes.

A new series of video interviews highlights the perspectives and struggles of women involved in human rights activism in Vietnam.

The 88 Project, an organisation supporting freedom of expression in Vietnam, released the first video of an ongoing interview series with female activists in Vietnam. In the first interview with Pham Doan Trang, a dissident journalist and political activist, she discusses the challenges women face as bloggers and human rights activists:

In general, Vietnamese women are not respected. Not only in democracy activism but in all fields. In democracy activism, female activists are disadvantaged because they get attacked no less than male activists. They get beaten and assaulted. The work they do is no less than their male counterparts. But what they often get from other people is pity. I think it is not respect.

She also recounts an incident of police brutality which led to permanent injury to both of her legs.

Lire la suite : Global Voices