Archives par mot-clé : féminisme

Le corps féminin, par Carolin Emcke [Villa Gilet, 2019]

Retour sur la conférence du 21 mai à la Villa Gillet sur "Le corps au féminin". Texte de Carolin Emcke, écrit pour l’édition 2019 des Assises internationales du roman de Lyon (mai 2019). Traduit de l’allemand par Alexandre Pateau. 

Quelle place pour le corps des femmes dans les livres des femmes ? Quel corps y voit-on se dessiner ? Corps désiré, corps désirant… Nos invitées explorent aussi la place du corps des femmes dans l’espace public en Europe et dans le monde arabe… Autant de paroles d’écrivains qui dessinent peut-être un nouveau féminisme.  
Carolin Emcke (Reporterin, Berlin), Photographie : Stephan Röhl

Étrange singulier que « le corps féminin ». Car il est loin d’être unique. Même lorsque je pense à mon propre corps, c’est un corps en perpétuelle transformation, un corps d’enfant, un corps d’adolescente, un corps découvrant le plaisir, connaissant la fatigue, un corps qui s’entraîne, tombe malade, vieillit, un corps dont les contours se précisent, un corps qui s’amenuise, se ride, mon corps féminin à moi est plusieurs corps à la fois, et même ce qu’il a de féminin est indéfini ou surdéterminé, c’est en tout cas un corps qui connaît le plaisir et le désir, chez quelqu’un comme moi, chez un être queer, qui désire comme je désire, le corps féminin est à la fois sujet et objet, ce sont des corps féminins, avec leurs lèvres, leurs seins, leur peau, leur sexe, leurs gestes que je veux.

Étrange singulier que le corps féminin, corps si différents que ces corps-là, corporéités si multiples, et qui ne doivent pas forcément correspondre à ce qui a été déclaré « féminin », qui ne sont pas toujours circonscrits par la norme ou les images de la norme, mais s’étendent au-delà ou en dehors, formes ludiques de la féminité ou de la masculinité, ou justement formes ludiques des codes du sexe et de la sexualité, formes qui m’obsèdent, m’exaltent, m’excitent, formes auxquelles je succombe, formes qui me touchent et qui me comblent.

Étrange singulier…

Lire la suite : Villa Gillet

Version allemande originale sur La Clé des Langues (ENS de Lyon)

New documentary series highlights the struggles of women activists in Vietnam

Signalement d’une série de documentaires sur le combat des femmes vietnamiennes.

A new series of video interviews highlights the perspectives and struggles of women involved in human rights activism in Vietnam.

The 88 Project, an organisation supporting freedom of expression in Vietnam, released the first video of an ongoing interview series with female activists in Vietnam. In the first interview with Pham Doan Trang, a dissident journalist and political activist, she discusses the challenges women face as bloggers and human rights activists:

In general, Vietnamese women are not respected. Not only in democracy activism but in all fields. In democracy activism, female activists are disadvantaged because they get attacked no less than male activists. They get beaten and assaulted. The work they do is no less than their male counterparts. But what they often get from other people is pity. I think it is not respect.

She also recounts an incident of police brutality which led to permanent injury to both of her legs.

Lire la suite : Global Voices

Le genre des indépendances. Comment genrer les indépendances ? Colloque – 18 & 19 juin 2019

Annonce du colloque organisé par Naomi Davidson, Université de Chicago, Centre à Paris.

Ce colloque a pour but d’élargir les champs de recherche sur le genre et les luttes pour l’indépendance. Pendant ces deux jours, nous chercherons à (re)définir les limites des indépendances, en trouvant des convergences et divergences entre la vague des indépendances en Amérique latine du XIXe siècle, celles des États post-ottomans ou post-habsbourgs après la première guerre mondiale, jusqu’aux indépendances des pays africains et asiatiques entre les années 1940-1970.

Programme

Mardi 18 Juin

13h20-13h40 : Accueil et café

13h40-13h45 : Mot de bienvenue de la Directrice Académique Leora AUSLANDER (Université de Chicago)       

13h45-14h00 : Introduction               

  • Naomi DAVIDSON (Université d’Ottawa/Université de Chicago Centre à Paris)

14h00-15h30 : Race et genre en Amérique Latine à l’heure des indépendances 

Présidente : Capucine BOIDIN (IHEAL-Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)         

  • Federica MORELLI (Université de Turin), « Race et genre dans les indépendances hispano-américaines »
  • Lissell QUIROZ (Université Rouen Normandie), « Les indépendances latino-américaines au prisme de la théorie féministe décoloniale »
  • Frédéric SPILLEMAEKER (EHEHI Casa de Velázquez – EHESS), « La masculinité guerrière dans l’Indépendance de l’Amérique hispanique (Nouvelle-Grenade et Venezuela, 1810-1831) »

15h30-15h45 : Pause café

15h45-17h45 : La construction et l’effacement du genre et identité(s) en Europe centrale

Présidente : Morgane LABBÉ (EHESS)  

  • Nevila PAHUMI (Independent Scholar), « Which Feminism Will be Ours? Feminism, Agency and Print Culture in Post Ottoman Albania »
  • Sara BERNASCONI (Universität Zürich), « Le genre des non nommé(e)s – la Bosnie en transition de colonie habsbourgeoise au Royaume des Serbes, Croates et Slovènes»
  • Malgorzata MAZUREK (Columbia University), « Erasing Gender, Creating Abstraction: The Making of Developmental Thought between Poland and the World, 1930-1960 »
  • Tara ZAHRA (University of Chicago), « The Gender of Deglobalization »

Pot : 17h45-18h45

Mercredi 19 Juin

9h30-11h30 : Femmes des luttes, femmes d’état : Engagement féminin en Afrique et au Maghreb

Président : François GUILLEMOT (IAO-ENS de Lyon)

  • Nassima MEKAOUI-CHEBOUT (EHESS) et Elise ABASSADE (Paris 8 et La Manouba), « De l’engagement de femmes au genre des militantes : Béatrice Slama, communiste « israélite » à Tunis et Rima, jociste « musulmane » à Alger.  Perspectives comparées. »
  • Pascale BARTHÉLEMY, (ENS de Lyon, en délégation à l’Imaf) « Les indépendances invisibles : Le Conseil international des femmes et la naissance des conseils nationaux de femmes dans les pays africains (1957-1963) »
  • Natalya VINCE (University of Portsmouth and Netherlands Institute for Advanced Study), « Female University Students, the family and state building in 1960s and 1970s Algeria »
  • Sílvia ROQUE (Universidade de Coimbra), « De l’Héroïne officielle aux héroïnes oubliées : notes sur l’évolution des mémoires de la libération de Guinée-Bissau »

11h30-11h45 : Pause café

11h45-13h15 : Le genre de l’intime et des émotions entre l’Afrique et l’Europe

Présidente : Christina WU (Paris 1)

  • Elena VEZZADINI (CNRS-Imaf), « L’émancipation des femmes au prisme de la presse : débats sur la « question féminine » au Soudan autour de l’indépendance, 1950-1956»
  • Françoise BLUM (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains) et Ophélie RILLON (CNRS-LAM), « Une histoire de famille à l’épreuve des indépendances africaines »
  • Ulrike SCHAPER (Freie Universität Berlin), « Women as the last colonial good: Fighting “Third World” sex tourism in West Germany »

13h15-14h15 : Déjeuner                                

14h30-15h15 : Conférence : Quel « genre » avant l’invasion coloniale? Éclairages féministes sur la théorie décoloniale latino-américaine et des Caraïbes

  • Jules FALQUET (Université de Paris, CEDREF-LCSP)

15h15-15h30 : Pause café

15h30-17h00 : Conférence de Clôture de Todd SHEPARD (Johns Hopkins University) et débat

Présidente : Michelle ZANCARINI-FOURNEL (Université de Lyon I, LARHRA)

Source : Calenda

Dictionnaire des féministes. France – XVIIIe-XXIe siècle [parution]

Parution d’un instrument de travail incontournable (1754 p.). Saluons cette immense contribution pour les études sur le genre. Présentation de l’éditeur.

Qu’est-ce que le féminisme au juste ? Ce dictionnaire apporte une réponse large (la contestation de l’inégalité entre les sexes), plurielle (les mouvements de femmes, les philosophies ou idéologies qui les nourrissent) et contextualisée. Il n’y a pas de définition universelle et diachronique du féminisme, forme de résistance à un contexte oppressif spécifique. La diversité des vies de militant.e.s, des moyens d’action et d’expression, des revendications et objectifs montre au contraire combien le féminisme prend les couleurs du temps et des lieux qu’il investit. Mais il est aussi, en retour, une force de transformation culturelle sociale et politique de tout premier plan.

Issu de recherches universitaires récentes, ce dictionnaire est à la fois biographique et thématique. Il rend compte, avec méthode et pédagogie, de toute la richesse du mouvement féministe en France. Il pourra accompagner les découvertes et les approfondissements pour tous les publics, à l’université, dans les médias, dans les mouvements militants. En effet, le féminisme reste un mouvement peu connu ; il est pourtant à l’œuvre dans l’une des plus profondes transformations sociétales des deux derniers siècles : le recul de la domination masculine, les progrès de l’égalité des sexes et des libertés, la mise en question de la différenciation hiérarchisée (le genre). Autant de luttes toujours d’actualité, même si le féminisme d’aujourd’hui se différencie des premières mobilisations collectives pour les droits civils et politiques.

Sous la direction de :

Christine Bard est professeure à l’université d’Angers, membre du CERHIO (IUF). Elle est l’auteure de nombreux ouvrages sur l’histoire des femmes, du genre et du féminisme dont Les Filles de Marianne (1995). Elle préside l’association Archives du féminisme et anime le musée virtuel Musea. Cet ouvrage est publié avec le soutien du programme GEDI.

Avec la collaboration de :

Sylvie Chaperon, professeure à l’université Toulouse-Jean Jaurès, membre de FRAMESPA, est spécialiste de l’histoire du féminisme et de la sexualité. Elle est notamment l’auteure des Années Beauvoir (2000).

Source : PUF