Archives par mot-clé : femmes

François Guillemot : « Genèse d’une recherche sur les femmes et la guerre au Viêt-Nam » – Séminaire Félicité – 10/01/2020

Annonce du programme de l’atelier/séminaire de Félicité du vendredi 10 janvier.

Vendredi 10 janvier 2020, 9h, en D4.235, site Descartes de l’ENS de Lyon.

La journée se déroule en 2 temps : séminaire le matin et atelier l’après-midi.

9h30-12h Séminaire de traductologie féministe

Intervenant : François Guillemot, historien spécialiste du Viêt Nam contemporain et ingénieur de recherche à l’IAO. Il viendra nous parler de son ouvrage Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre 1945-1975 paru en 2014 aux éditions Les Indes savantes.

Discutante : Léa Buatois (Agathe Senna). Normalienne de l’ENS de Lyon, ses recherches portent sur l’histoire de l’anarchisme chinois comme courant intellectuel au début du vingtième siècle et sur l’historiographie de ce mouvement en Chine, ainsi que sur l’émergence du féminisme chinois comme langage politique et ses rapports avec les rhétoriques nationalistes au début du vingtième siècle.

Résumé : L’émergence d’une connaissance académique sur le genre et la guerre au Viêt-Nam peut être datée de la fin des années 1990 lorsque le conflit régional avec le Cambodge se termine et que la politique de Renouveau culturel s’affirme. C’est à partir de cette décennie que des autrices et auteurs explorent l’histoire des Jeunesses de choc, une formation fondée en 1950 pour la logistique de guerre et mobilisée pendant les trois périodes de conflit (1950-1955, 1965-1975, 1979-1989). Formés de plus de 50% de jeunes femmes, ces groupements ont joué un rôle décisif dans la victoire communiste notamment sur la Piste Hô Chi Minh.

A la fin des années 2000, des initiatives sont prises par des chercheuses à Hô Chi Minh-Ville pour mener des investigations dans une perspective transnationale. Ainsi fut créé le groupe de recherche Gender And Society de l’université privée Hoa Sen, université dirigée par l’historienne Bui Trân Phuong, organisatrice d’un colloque international interdit par les autorités en octobre 2011. Notre ouvrage sur « l’autre moitié de la guerre » s’inscrit dans ce contexte particulier et reflète précisément les difficultés qu’ont les témoins ou acteurs/actrices de cette guerre (écrivain·es, soldat·es, représentants politiques, corps médical …) à mettre des mots sur une guerre fratricide particulièrement destructrice lors de laquelle on a fait peu de cas du destin des femmes.

Cette difficulté à dire la vie quotidienne sur le théâtre des opérations militaires, à parler de la souffrance et de la brutalité de la guerre, se retrouve dans l’expression même du texte. Nous nous appuierons sur quelques exemples pour démontrer l’émergence du genre dans la littérature sur la guerre du Viêt-Nam et comment l’expression de l’indicible apparaît en filigrane dans certains textes d’écrivaines (Lê Minh Khuê, Duong Thu Huong, Vo Thi Hao) ou dans les études d’anciens responsables des Jeunesses de choc comme Nguyên Van Dê et Dông Sy Nguyên ou dans le témoignage du chirurgien Lê Cao Dai.

14h-16h Atelier de traduction féministe

Émilie Fernandez présentera son projet de traduction de l’ouvrage Our Women On The Ground. Il s’agit d’un recueil de 19 textes écrits en anglais par des femmes journalistes d’origine arabe sur leurs années de reportage au Moyen-Orient. Ces récits ont été recueillis et édités par Christiane Amanpour, correspondante internationale en chef de CNN, et Zahra Hankir, journaliste libano-britannique.

Plus d’informations : https://felicite.hypotheses.org/2338

Illustration “à la une” : Combattant.e.s des Jeunesses de choc de la Capitale, groupement C812 (province de Nghê An, 1965) © DR

Exposition : FanXoa “24 héroïnes électriques” – ENS de Lyon / Artemisia

Texte du happening de l’artiste FanXoa lors de l’inauguration de son exposition/installation à l’ENS de Lyon, galerie Artemisia.

« Une trêve artistique dans la violence sexiste du monde »

Je crois assez à cette idée que les artistes sont les éponges volontaires du temps. Ils absorbent, boivent l’esprit du temps qu’ils côtoient et positionne leur art, leur performance à l’issue d’une réflexion, d’une intuition sur ce temps1. J’ai choisi d’exprimer ce temps actuel à travers trois thématiques : le punk, pour son insolence plus construite et raisonnée qu’il n’y paraît, la guérilla pour l’esprit des luttes qui parcourent de nombreuses vies sur la planète, la philosophie pour la puissance et l’épanouissement de la pensée sans laquelle notre monde ne serait qu’une indéfinissable fusion. Ces thématiques m’ont amené à exprimer une forme de reconnaissance à quelques héroïnes des XXe et XXI siècles chargées d’électricité que j’ai parfois croisées directement ou rencontrées à travers leurs écrits ou encore suivies à travers leurs actes déterminants. Comme l’électricité, elles nourrissent nos têtes et nos corps. Comme l’électricité, elles irriguent nos cerveaux qu’elles ont, rappelons-nous, mis au monde2.

En décembre 2018, il y a un an, Greta Thunberg lançait un appel pour la justice climatique. C’est indéniablement une des héroïnes de la jeune génération. Quarante ans plus tôt, le 7 avril 1978, à quatorze ans et demi, je manifestais à Paris avec des féministes radicales et les Autonomes pour dénoncer les sévices corporelles perpétrées par la police française contre Heide, une jeune allemande3. J’inscris donc mon intérêt pour ces causes éco-féministe dans un temps long. Bien sûr, ces thématiques ne sont ni closes ni figées, l’astronomie a démontré que les femmes scientifiques jouaient un rôle très important dans cette discipline et dans notre vie de terrien/ne4. Il en est de même pour toutes les héroïnes anonymes qui, dans nos vies respectives, « nettoient, nourrissent, éduquent et soignent le monde »5, femmes de ménages6, infirmières, cuisinières, travailleuses du sexe, institutrices, nous avons un devoir de respect pour chacune quel que soit leur métier, leur tâche, leur position sociale bien souvent imposées.

Cette exposition, placée définitivement sous le signe du genre, a pour but de découvrir et de croiser des parcours et des approches. Des trajectoires pacifiques ou violentes, subies ou provoquées, déclamées ou silencieuses, se côtoient et se confrontent parfois dans leurs objectifs et leurs actions. Cette approche plurielle est volontaire, exposant les possibilités de dialogue sur le genre et la société, interrogeant différents discours, proclamations, avertissements ou pensées profondes en provenance de différents espaces sociaux et de différents pays. A l’heure où plus de 140 femmes ont été assassinées par leur conjoint ou ex en France depuis le début de l’année 2019, les hommes ont tout intérêt à apprendre de ces discours, des ces écrits, de ses actions pour envisager un terme à la domination masculine et j’en fais partie7. Garçons, ne faites plus pleurer vos mères de désespoir, époux ne battez plus vos femmes, prédateurs ne tuez plus nos filles. Lorsque Stefan Sweig écrivait en 1927 24 heures de la vie d’une femme, on ne pouvait imaginer qu’en 1983 Andréa Dworkin demanderait une trêve de 24 heures pour qu’il n’y ait plus de viols sur cette terre8. C’est cela cette exposition, une trêve artistique dans la violence du monde, des prises de liberté de femmes, éprises de liberté, pour une prise de conscience pour chaque 24 heures de notre vie.

Suzanne B. (1907-1987), portrait réalisé à Saigon par un artiste vietnamien.

En mon for intérieur, je crois que cette exposition s’inscrit profondément dans un vécu. Celui d’avoir été, d’être et d’aimer être en compagnie de femmes et souvent de femmes d’un certain âge, marquées par le temps, courbées par le poids d’un travail domestique sans fin ou travaillée par une réflexion intellectuelle intense, martelées par les épreuves de la vie, se frayant des espaces de liberté au milieu des lourdeurs de notre société patriarcale. Lorsque je pense à ma grand-mère, femme du peuple, élevant ses cinq frères et sœurs puis m’élevant mes sœurs et moi-même, je suis amené à penser aux philosophes Simone Weil, Simone de Beauvoir, Hannah Arendt ou Gayatri Spivak réfléchissant sur la condition humaine et les injonctions faites aux femmes9. Je garde ce souvenir tendre d’elle et de ses précieuses amies, libérées des hommes, décédés ou absents, lorsqu’elles partaient en voyage, riant d’elles-mêmes, jouant au scrabble, vivant pleinement la vie, à la fin de leurs propres vies. Je crois que je ne l’avais jamais vu aussi heureuse en ces temps-là. Vous l’aurez donc perçu, cette exposition est un prétexte, une invitation à la réflexion, un projet à la fois artistique, social et intellectuel. A travers l’image de ma grand-mère, cette exposition est dédiée aux héroïnes anonymes, « subalternes » de notre temps, celles qui nous nourrissent depuis la naissance : de mots, d’affection, d’amour, de repas familiaux, de traditions, de luttes parfois violentes et de résiliences.

Je voudrais pour finir rappeler que cette exposition / installation a été collectivement imaginée et réalisée par les équipes de l’ENS de Lyon et je les remercie pour ce soutien et cette transformation réussie, en particulier Coralie, Vincent d’ENS Media, Ludovic le régisseur et David du service culturel. Elle s’est nourrie de rencontres avec Trio Cosmos et la Compagnie Inanna, elle s’est enrichie du travail vidéographique d’Alyosha… intitulé 24, 25, 26… héroïnes électriques.

Puisse ce lieu être, pour quelques mois à la fois un lieu de recueillement (pour celles qui sont parties trop tôt), un espace de réflexion, de lecture (50 ouvrages, trois revues, 8 fiches sont à votre disposition à consulter sur place), de débats et de joies, oui j’ai bien dit de joies.

Merci.

FX

12 décembre 2019. Annoté le 15 décembre 2019.

Pour en savoir plus sur l’exposition :

Notes

  1. Dans ce sens, il s’agit « d’habiter le présent » selon le mot Jean-Louis Pradel analysant l’avènement de la Figuration narrative des années 1960 (Cf. Jean-Louis Pradel, La Figuration narrative. Des années 1960 à nos jours, Découvertes Gallimard, Hors Série, 2008 []
  2. Je vois, à la relecture de mon texte, que je reste moi-même prisonnier de certains stéréotypes. Mais que l’on me comprenne bien, il ne s’agit pas ici de voir dans les femmes de mon expérience vécue « des mères, rien que des mères… » (Cf. Salle et Vidal, Femmes et santé encore une affaire d’hommes ?, Belin, 2017, p. 30-32). C’est bien plus que cela []
  3. Cf. « A Paris. Manifestation de solidarité avec Heide Boettcher [Böttcher] », Le Monde, 10 avril 1978 et « Qui a torturé Heide Kempe Böttcher ? », Le Monde, 19 juin 1978 (accès abonnés) []
  4. Cf. Yaël Nazé, L’astronomie au féminin, CNRS éditions, 2014. Plus généralement sur la place des femmes au CNRS voir le bilan établi en 2004 par le Comité pour l’histoire du CNRS intitulé Les femmes dans l’histoire du CNRS, document en ligne : http://www.cnrs.fr/mpdf/IMG/pdf/cnrs_femmes_histoire.pdf []
  5. Clin d’œil à l’introduction de Françoise Vergès, Un féminisme décolonial, La Fabrique, 2019 []
  6. « On admet moins difficilement le préjudice subi par un salarié du bâtiment qui a passé sa vie professionnelle à porter des charges lourdes que celui d’une salariée ayant fait des ménages tout sa vie » (Cf. Salle et Vidal, op. cit., 2017, p. 16-17) []
  7. Ce texte implique une réflexion sur soi-même, un regard réflexif sur ses propres actions depuis l’adolescence []
  8. Cf. Andréa Dworkin, Souvenez-vous, résistez, ne cédez pas. Anthologie, Paris / Montréal, Syllepse, Remue-Ménage, 2017, p. 153-163 []
  9. Peut-être plus que je ne le pensais auparavant, elle joua un rôle prépondérant dans le processus d’identification à l’un ou l’autre genre. Sur ce sujet voir le chapitre de Victoire Tuaillon, « Comment la masculinité vient aux garçons » dans Les couilles sur la table, Binge Audio Editions, 2019, p. 29 []

Sur les pas des Jeunesses de Choc : une histoire genrée de la guerre du Viêt-Nam

Intervention de François Guillemot au séminaire “Sociétés en guerre” du LARHRA, vendredi 25 octobre 2019. Résumé ci-dessous.

La commémoration du 60e anniversaire de l’ouverture de la piste Hô Chi Minh (mai 1959) a permis de réévaluer l’importance stratégique de ce réseau dans la victoire communiste de 1975. Sur cette “piste mythique” (đường mòn huyền thoại) s’activaient des dizaines de milliers de femmes et d’hommes pour ravitailler le front du Sud en forces et en munitions. L’expérience de la Piste sera considérée ici sous la double perspective de la marge et du genre. En particulier nous soulignerons le rôle essentiel des femmes : démineuses, déblayeuses, conductrices de camion, chanteuses, éclaireuses, infirmières, miliciennes… sans lesquelles la piste aurait été largement impraticable.

Après un survol historiographique rappelant l’avènement d’une histoire des Jeunesses de choc à partir des années 1990, nous relierons entre-elles ces marges multi-situées de la guerre (jungles, villes, campagnes, diplomatie internationale) à la Piste Hô Chi Minh, clé de voûte de la guerre de réunification. Du particulier (cas des Jeunesses de choc) au général (phénomène genre et guerre), nous pensons qu’il reste une histoire de la guerre du Viêt-Nam à écrire dans une perspective genrée, en prenant en compte toutes ses composantes (nord et sud, marge et centre, ethnies minoritaires, stratigraphie de l’armée populaire, engagement des femmes des deux côtés du 17e Parallèle, populations civiles).

FG

Illustration “à la une” : groupe de filles des Jeunesses de choc de la province de Hà Nam en marche sur la Piste Hô Chi Minh en 1972 © DR

Vietnamiennes en première ligne [Photo]

L’image du jour.

Vietnamiennes en tunique traditionnelle en première ligne de la manifestation du 15 septembre 2019 à Paris à l’occasion de la Journée internationale de la démocratie.

La manifestation en direction du Parvis des Droits de l’Homme (Trocadéro) protestait contre l’expansionnisme de la Pékin en Mer de Chine méridionale, Mer de l’Est pour les Vietnamiens comme le rappelle la pancarte de la seconde image.

© DR
© DR

Le corps féminin, par Carolin Emcke [Villa Gilet, 2019]

Retour sur la conférence du 21 mai à la Villa Gillet sur "Le corps au féminin". Texte de Carolin Emcke, écrit pour l’édition 2019 des Assises internationales du roman de Lyon (mai 2019). Traduit de l’allemand par Alexandre Pateau. 

Quelle place pour le corps des femmes dans les livres des femmes ? Quel corps y voit-on se dessiner ? Corps désiré, corps désirant… Nos invitées explorent aussi la place du corps des femmes dans l’espace public en Europe et dans le monde arabe… Autant de paroles d’écrivains qui dessinent peut-être un nouveau féminisme.  
Carolin Emcke (Reporterin, Berlin), Photographie : Stephan Röhl

Étrange singulier que « le corps féminin ». Car il est loin d’être unique. Même lorsque je pense à mon propre corps, c’est un corps en perpétuelle transformation, un corps d’enfant, un corps d’adolescente, un corps découvrant le plaisir, connaissant la fatigue, un corps qui s’entraîne, tombe malade, vieillit, un corps dont les contours se précisent, un corps qui s’amenuise, se ride, mon corps féminin à moi est plusieurs corps à la fois, et même ce qu’il a de féminin est indéfini ou surdéterminé, c’est en tout cas un corps qui connaît le plaisir et le désir, chez quelqu’un comme moi, chez un être queer, qui désire comme je désire, le corps féminin est à la fois sujet et objet, ce sont des corps féminins, avec leurs lèvres, leurs seins, leur peau, leur sexe, leurs gestes que je veux.

Étrange singulier que le corps féminin, corps si différents que ces corps-là, corporéités si multiples, et qui ne doivent pas forcément correspondre à ce qui a été déclaré « féminin », qui ne sont pas toujours circonscrits par la norme ou les images de la norme, mais s’étendent au-delà ou en dehors, formes ludiques de la féminité ou de la masculinité, ou justement formes ludiques des codes du sexe et de la sexualité, formes qui m’obsèdent, m’exaltent, m’excitent, formes auxquelles je succombe, formes qui me touchent et qui me comblent.

Étrange singulier…

Lire la suite : Villa Gillet

Version allemande originale sur La Clé des Langues (ENS de Lyon)