Archives par mot-clé : femmes

Christine Détrez & Karine Bastide : Nos mères [parution]

Une enquête historique et sociologique fascinante. Présentation de l’éditeur ci-après.

Nos mères. Huguette, Christiane et tant d’autres, une histoire de l’émancipation féminine

Christiane est née en 1945, Huguette en 1941. Toutes deux étaient institutrices. De Christiane, on ne savait rien : après sa disparition dans un accident de voiture, à l’âge de vingt-six ans, elle avait été effacée de l’histoire familiale et des albums photos. D’Huguette, au contraire, on détenait beaucoup : un livre publié, des manuscrits, des lettres, des articles de journaux, une correspondance avec Simone de Beauvoir… Tout cela enfermé dans des malles bien verrouillées.

Christiane et Huguette sont les mères des deux autrices. Au fil d’une enquête qui les a menées aux quatre coins de la France, mais aussi en Tunisie, celles-ci ont récolté des témoignages et des photos, retrouvé des archives, fait parler des courriers. Elles retracent la vie de ces deux femmes « ordinaires », dans ce moment charnière des années 1960, où les femmes se battent pour leur indépendance. Car, à raconter les parcours de Christiane et Huguette – de milieux sociaux très différents –, c’est toute une génération qui affleure : celle des Écoles normales d’institutrices, des « écoles-taudis », de la coopération, du féminisme, des aspirations à une vie meilleure, du rejet des carcans traditionnels.

S’il permet de comprendre les voies de l’émancipation et comment celles-ci varient selon le milieu d’origine et les capitaux culturels et économiques, ce livre est aussi une expérience : peut-on enquêter sur des sujets si proches, et lever, en sociologue, en historienne, des secrets de famille ? Que peuvent faire les sciences sociales de l’émotion, de l’intimité ? Enfin, cet ouvrage est une revanche contre l’effacement des femmes de l’Histoire, et des histoires.

Christine Détrez est professeure de sociologie à l’ENS de Lyon. Ses travaux de recherche portent sur la sociologie de la lecture, de la culture et du genre. Elle est l’autrice de nombreux livres (le dernier étant My Bloody Valentine, Denoël, 2018).

Karine Bastide est professeure d’histoire-géographie dans le secondaire, et titulaire d’un M2 études de genre.

Source : La Découverte


Pour en savoir plus, réécoutez l’émission « La suite dans les idées » de Sylvain Bourmeau sur France Culture.

Deux femmes des années 60.

En menant une enquête sur deux jeunes femmes devenues institutrices dans les années 60, dont sa propre mère – morte quand elle avait deux ans – Christine Détrez signe avec Karine Bastide un grand livre de sciences sociales. Elle est rejointe en seconde partie par l’écrivaine Sarah Chiche.

URL : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/deux-femmes-des-ann%C3%A9es-60/id115153894


Illustration « à la une » : Huguette Bastide (à gauche) et Christiane Détrez (à droite) • Crédits : archives personnelles de Karine Bastide et Christine Détrez

Interview with Former Political Prisoner Tran Thi Nga About Effects of Prison on Women and Children

Entretien avec l’ancienne prisonnière de conscience Trân Thi Nga sur ses conditions de détentions et les méthodes coercitives de la Sécurité publique du Viêt-Nam à l’encontre des dissidents, de leur famille et de leurs enfants. Un témoignage important.


The 88 Project had the opportunity to interview former political prisoner Tran Thi Nga about her experience in prison and conditions in prison for women and children. Tran Thi Nga was released from prison in January and sent immediately into exile in the United States. She was about three years into a nine-year prison sentence for her activism in land and labor rights when she was released. 

In the video, Nga speaks about the psychological effects on her young children during her arrest and her time in prison. Her youngest child was only four years old when he witnessed his mother being arrested by the police in their own home. When Nga’s husband was detained for questioning, their six year-old was also detained and was even separated from his father. Nga’s children struggled with discrimination at school during her imprisonment, as well as difficulties in visiting their mother in prison. Nga was transferred to a facility 1,000 km away from the family’s hometown, and the authorities often used visitation rights as a means to try to get her to admit guilt. She urges international stakeholders to speak up for the rights of women and children and remedy the injustices caused by the Vietnamese authorities’ poor treatment of female prisoners.

Lire la suite : The 88 Project, 20/06/2020.

COVID-19: the gendered impacts of the outbreak

Signalement d’une analyse genrée de l’épidémie Covid-19. Merci à notre collègue Marie Fabre (UMR Triangle) pour nous avons informé de cet article en ligne.

Clare Wenham, Julia Smith, Rosemary Morgan, on behalf of the Gender and COVID-19 Working Group

Policies and public health efforts have not addressed the gendered impacts of disease outbreaks. The response to coronavirus disease 2019 (COVID-19) appears no different. We are not aware of any gender analysis of the outbreak by global health institutions or governments in affected countries or in preparedness phases. Recognising the extent to which disease outbreaks affect women and men differently is a fundamental step to understanding the primary and secondary effects of a health emergency on different individuals and communities, and for creating effective, equitable policies and interventions.Although sex-disaggregated data for COVID-19 show equal numbers of cases between men and women so far, there seem to be sex differences in mortality and vulnerability to the disease. Emerging evidence suggests that more men than women are dying, potentially due to sex-based immunological or gendered differences, such as patterns and prevalence of smoking. However, current sex-disaggregated data are incomplete, cautioning against early assumptions. Simultaneously, data from the State Council Information Office in China suggest that more than 90% of health-care workers in Hubei province are women, emphasising the gendered nature of the health workforce and the risk that predominantly female health workers incur.

Lire la suite : The Lancet

URL PDF : https://www.thelancet.com/action/showPdf?pii=S0140-6736%2820%2930526-2

Illustration « à la une » : © 2020 Miguel Medina/Contributor/Getty Images

Trajectoires de femmes et mutations sociales au Viêt-Nam – Mardi 4 février 2020 – ENS de Lyon

À l’occasion de l’avènement de l’année de la Souris de Métal, l’Institut d’Asie Orientale et l’ENS de Lyon proposent une soirée cinématographique en deux temps sur une société vietnamienne en pleine mutation.

Le mardi 4 février 2020 – de 17h à 22h

NOUVEL AN LUNAIRE 2020 – ANNÉE DE LA SOURIS

Théâtre Kantor – ENS de Lyon

Tatiana Tepliashina et François Guillemot présentent :

Trajectoires de femmes et mutations sociales au Viêt-Nam

Trois trajectoires de femmes, issues de trois générations différentes, rythmeront la première partie de la soirée à travers trois documentaires des ateliers Varan à Hanoi. Dans la seconde partie, le deuxième long métrage de Phan Dang Di nous plongera dans une chronique des années 1990 dans le sud du pays dans laquelle la violence des rapports sociaux se mêle à la sensualité des corps et des nouvelles affirmations individuelles de la jeunesse.

En espérant vous voir nombreux.ses à cet événement culturel. Étudiants et personnels de l’école sont cordialement invités à fêter la nouvelle année de la Souris le mardi 4 février prochain. L’occasion de découvrir la culture asiatique lors d’une soirée thématique.

Entrée libre sur inscription : https://nal2019.sciencesconf.org/