Archives par mot-clé : femmes

Marion Joubert : Au Cambodge, les droits des détenues en souffrance

A lire sur le Petit Journal.

Le premier ministre cambodgien a déclaré que les conditions de vie des populations vulnérables en détention provisoire devaient changer. Leur situation appelle en effet à une action urgente selon la LICADHO.

Lundi 8 avril, le premier ministre Hun Sen a exhorté le ministère de la Justice et le ministère de la condition féminine à reconsidérer la situation des femmes en détention provisoire. ll a rappelé quels étaient les nombreux défis auxquelles elles faisaient face, tels que le manque de nourriture, d’eau, de vêtements et de matériel hygiénique… Des problèmes aggravés par le recours excessif à la détention provisoire et la sous-utilisation des procédures judiciaires existantes, telles que la demande de libération sous caution.

La ligue cambodgienne pour les droits de l’homme (LICADHO), organisation non gouvernementale qui promeut les droits humains au Cambodge, adhère au discours prononcé par le premier ministre et appelle à une action urgente pour répondre aux besoins des populations vulnérables incarcérées.

Lire la suite : Le Petit Journal

Nasrin Sotoudeh, une vie de combats [France Culture]

Portrait d’une avocate iranienne incarcérée pour son engagement en faveur des femmes.

L’avocate iranienne militante des droits humains a été condamnée en début de semaine à 10 ans de prison et 148 coups de fouet pour « incitation à la débauche ». À 55 ans, récompensée par plusieurs prix et soutenue dans le monde entier, Nasrin Sotoudeh continue de se battre pour la démocratie en Iran.

Lire la suite : France Culture, 17/03/2019.

Autres articles :

Féminisme pour les 99% – Un manifeste

A traduire en vietnamien… Présentation de l’éditeur.

Logements inabordables, salaires de misère, systèmes de santé inexistants ou dysfonctionnels, catastrophe climatique, rejet des migrant·e·s, violences policières… on entend peu les féministes s’exprimer sur ces questions. Pourtant, elles ont un impact majeur sur la vie de l’immense majorité des femmes à travers le monde.

Les grèves des femmes qui se multiplient aujourd’hui en Argentine, en Pologne, aux États-Unis ou ailleurs s’emparent de ces problématiques et témoignent du fait que les revendications féministes ne sont pas isolées de celles d’autres mouvements. Et c’est tout l’enjeu de ce manifeste, inspiré par ces nouveaux mouvements féministes : face à un système néolibéral qui concentre toutes les aliénations, injustices et inégalités et instrumentalise certaines luttes sociales pour servir ses velléités impérialistes et engranger le plus de profits possible, le féminisme doit repenser son agenda théorique comme militant.

Trois des organisatrices de la Grève internationale des femmes s’engagent ainsi avec ce manifeste pour un féminisme véritablement inclusif, capable de faire converger l’anticapitalisme, l’antiracisme, l’écologie politique, l’internationalisme et l’anti-hétérosexisme : un féminisme pour les 99 %.

Cinzia Arruzza est professeure de philosophie à la New School for Social Research (New York). Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages explorant les liens entre socialisme et féminisme.

Tithi Bhattacharya est professeure et directrice du programme Global Studies à l’université Purdue (Indiana). Ses ouvrages croisent la théorie marxiste et les questions de genre.

Nancy Fraser est professeure de philosophie et de politique à la New School for Social Research (New York). Auteure de nombreux ouvrages, elle est l’une des principales représentantes de la Théorie critique dans le monde anglophone.

Source : La Découverte

Annonce d’une conférence de Le Ly Hayslip aux Etats-Unis. Affiche ci-dessous.

Le Ly Hayslip, author of When Heaven and Earth Changed Places and Child of War, Woman of Peace, is giving a public lecture:

Women in the Thick of War: Vietnam and Beyond

 at 7pm next Thursday, Feb. 21st, at Haverford College.  

Based on the experiences she and others have undergone, Le Ly Hayslip recounts the trials and tribulations of women caught in
the middle of war zones. Le Ly is an internationally known Vietnamese-American author, philanthropist, peace activist and speaker. Her best-selling memoirs When Heaven and Earth Changed Places and Child of War, Woman of Peace – adapted to film by Oliver Stone as Heaven and Earth – record her painful and ultimately triumphant journey from a traumatizing childhood in war-torn Vietnam to her new life in America. For the last 30 years, Le Ly’s goal has been to bring east and west together – to open a dialogue between the United States and Vietnam – to heal the wounds of war and re-build a ravaged nation.

Sponsored by the Department of History and the John B. Hurford ’60 Center for the Arts and Humanities in conjunction with the Distinguished Visitors Program.

Pierre Daum : Résistances paysannes au Vietnam

Parution d’une enquête de Pierre Daum sur un sujet d’une brûlante actualité. A lire dans Le Monde Diplomatique. Aperçu.

Assoiffé de croissance, le Vietnam mise sur l’essor des industries utilisatrices de main-d’œuvre et sur le développement de l’immobilier — sans regarder de trop près les conséquences pour l’environnement et pour les terres agricoles. Ce qui suscite la colère de nombreux paysans.

En avril 2017, le village de Dong Tam, à la périphérie de Hanoï, fut le théâtre d’un surprenant fait divers. Des centaines de paysans, qui protestaient depuis des mois contre l’expropriation de leurs terres dans le cadre d’un projet de construction immobilière, osèrent séquestrer pendant plus d’une semaine trente-huit policiers venus les déloger. Au lieu de recourir à la force pour libérer leurs agents, les autorités vietnamiennes envoyèrent le président du comité populaire de Hanoï, M. Nguyen Duc Chung, négocier avec les preneurs d’otages. Ceux-ci finirent par relâcher leurs prisonniers, en échange de la promesse de meilleures indemnisations.

Ce n’est pas le seul cas. À Nam O, au centre du pays, un village côtier réputé pour l’excellence de son nuoc-mâm, plusieurs familles refusent actuellement de quitter leurs maisons pour laisser place à la construction d’un immense complexe touristique. Celui-ci absorberait toute la plage et les empêcherait de poursuivre leur activité de pêche, essentielle à la fabrication de cette célèbre sauce à base de poisson fermenté.

À Ho Chi Minh-Ville, la capitale économique, dans le sud, le dernier morceau de verdure du centre-ville, dans le quartier de Thu Thiem, résiste depuis vingt ans à la bétonisation. Une poignée de cultivateurs opiniâtres multiplient les actions en justice contre l’arrêté d’expulsion dont ils font l’objet, arguant que toutes les procédures légales d’expropriation n’ont pas été respectées — et elles sont en effet nombreuses, tant les lois foncières au Vietnam ont tendance à s’empiler.

Lire la suite (accès restreint aux abonnés) : Le Monde Diplomatique

Image « à la une » : Vietnamiennes expropriées demandant justice © DR