Archives par mot-clé : France

Patrick Peccatte : Les figurations sensuelles et érotiques dans l’imagerie de Jeanne d’Arc

A lire sur le carnet de recherche de Patrick Peccatte, un voyage iconographique fascinant sur Jeanne d’Arc de l’imagerie pieuse à la culture manga.

01-FauquembergueOn ne connaît qu’une seule image de Jeanne d’Arc qui lui soit contemporaine, un dessin à la plume effectué en marge d’un registre par Clément de Fauquembergue, alors greffier du parlement de Paris. Daté du 10 mai 1429, soit deux jours après la fin du siège d’Orléans, le croquis n’est évidemment pas un portrait puisque Fauquembergue n’a jamais vu Jeanne et décrit des événements qui lui ont été relatés. Il mentionne dans son texte que « les ennemis avoient en leur compagnie une pucelle seule ayant bannière entre lesdits ennemis, comme on disait ».

Sans doute intrigué par l’événement extraordinaire qu’on lui rapporte, le greffier dessine une femme de profil avec une épée trop grande pour elle et un étendard à deux pointes où l’on peut lire l’inscription « JHS » (pour « Jhesu« ). Il choisit de représenter une Jeanne très féminine, en robe, avec une abondante chevelure tombant dans son cou et une poitrine marquée.

L’image d’une guerrière armée d’une épée et brandissant un étendard s’est imposée très tôt. Immédiatement reconnaissable, elle est devenue l’un des stéréotypes majeurs de l’iconographie de Jeanne d’Arc. L’aspect de la femme représentée a par contre beaucoup évolué durant presque six siècles de représentations.

Lire la suite : Déjà Vu

Image « à la une » : Jeanne d’Arc, par Albert Lynch, Le Figaro Illustré, 1903.

Résistantes – documentaire de Pierre Hurel

A voir, le documentaire sur les résistantes françaises à l’occupation nazie.

Résistantes

On a oublié d’inscrire leurs noms dans les livres d’Histoire. Et pourtant, lorsqu’elles avaient 20 ans, ces vieilles dames ont sauvé la France.

Marie-Jo Chombart de Lauwe, 92 ans. Entrée dans la résistance à 16. Arrêtée par la Gestapo. Déportée en Allemagne.

Madeleine Riffaud, 91 ans. L’une des seules femmes devenue franc-tireur. Elle a affronté les Allemands les armes à la main.

Cécile Rol-Tanguy, 95 ans. Elle a tapé à la machine l’appel à l’insurrection de Paris. Transportait des armes dans le landau de sa petite fille.

Ces femmes se sont dressées contre l’incarnation du mal : l’ordre nazi. Chacune à leur manière, sans jamais se rencontrer, Marie-Jo, Madeleine et Cécile ont traversé la guerre avec le même idéal : Résister.

Aujourd’hui, elles ont 90 ans ou plus. Les survivantes. Et elles témoignent toujours. Pas seulement de leurs 20 ans héroïques, mais aussi des 70 années qui ont suivi, de la bataille de la mémoire, du bilan de leur vie. Avec un leitmotiv commun : transmettre la vigilance. Car demain, il faudra peut-être à nouveau entrer en résistance.

 

Réalisation : Pierre Hurel
Production : Eléphant Doc, Chrysalide
Participation : France 3, CNC
Producteurs délégués : Emmanuel Chain, Thierry Bizot, Gaël Leiblang, Béatrice Schönberg
Producteur exécutif : Fabrice Frank
Montage : Laure Matthey

Source : France 3

Image « à la une » : Marie-Jo Chombart de Lauwe

Pour vous, Mesdames ! La mode en temps de guerre [exposition]

Jusqu’au 13 avril 2014, le CHRD explore une nouvelle facette de la vie à Lyon pendant la guerre, en se penchant sur un thème rarement abordé : celui de la mode et du vêtement.

Pour vous, Mesdames ! La mode en temps de guerre retrace l’énergie déployée par les femmes pour continuer à se vêtir avec élégance malgré les restrictions et les difficultés de la vie quotidienne.

Bien loin de la légèreté supposée du sujet, le vêtement et la mode représentent un enjeu culturel et économique important pendant la guerre et révèlent les stratégies mises en place par une société soumise à la pression des événements. Tandis que l’immense majorité des femmes, subissant de plein fouet les restrictions, récupère, recycle et transforme pour conserver allure et dignité, une minorité d’entre elles reste cliente de quelques maisons de haute couture et s’achète les robes de créateurs réputés, dont l’activité et la main d’oeuvre qualifiée sont jalousées par les Allemands. La presse féminine de l’époque se charge d’établir un lien entre ces deux manières d’être et de s’habiller, offrant aux premières les informations sur les collections et les astuces nécessaires pour suivre la mode « en toutes circonstances ».

Source : CHRD – Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation