Archives par mot-clé : gender studies

Lépinard, É. & Lieber, M. : Les théories en études du genre (2020) – CR de lecture par Sophie Rainaut

Dans un climat politique tendant à une compréhension monolithique et stéréotypée des études sur le genre, l’expression vague de « théorie du genre » cristallisant les tensions, Éléonore Lépinard et Marylène Lieber proposent avec finesse et clarté de parcourir dans leur ouvrage les conceptualisations qui ont été proposées sur le genre. Les deux autrices ont choisi, et c’est ce qui les distingue, de mener une étude, non thématique ou nationale, mais par courant épistémologique. Après deux chapitres introduisant l’appropriation du terme de genre par les sciences sociales et ses implications épistémologiques, elles se focalisent ainsi tour à tour sur quatre grands courants sociologiques et sur les conceptualisations du genre qu’ils ont pu proposer, à savoir le matérialisme marxiste, l’interactionnisme, le post-structuralisme et l’intersectionnalité.

Du sexe au genre. L’invention d’un concept

Margaret Mead © Encyclopædia Britannica, Inc.

L’analyse des rôles sociaux sexués, ainsi que la critique des visions essentialistes et biologiques des différences existaient déjà comme objets d’études avant même la constitution du champ des études de genre, ce dès les années 1930. C’est ce que met en valeur le premier chapitre en relevant les travaux pionniers de l’anthropologue Margaret Mead et de la sociologue Viola Klein. Si leurs résultats ont démontré la contingence des caractéristiques attribuées aux hommes et aux femmes, les deux autrices rappellent toutefois l’origine psychiatrique du concept de genre en dehors d’un usage grammatical. John Money et Robert Stroller ont défendu une distinction entre la dimension biologique du sexe et l’identité de genre. Mais pour atteindre une véritable approche critique, il fallut attendre l’introduction en sociologie de ce concept, avec notamment la théorisation proposée par Ann Oakley. Ce chapitre analyse enfin la réception du concept de genre en France, réception compliquée à la fois par la prégnance de l’approche marxiste et à la fois par une certaine défiance à l’égard de la subjectivité, de l’identité et de l’inconscient. Le renouvellement générationnel des chercheur·ses serait cependant l’occasion de dépasser ces oppositions politiques.

Ruptures épistémologiques et nouveaux savoirs

Le deuxième chapitre met en lumière comment cette opération de dénaturalisation du genre a amené une critique épistémologique majeure à partir des années 1970. Il s’agit avant tout de souligner la situation genrée du scientifique : hommes comme femmes disposent d’un point de vue particulier sur le monde. Dorothy Smith défend en 1974 l’idée de « women’s standpoint », selon laquelle les femmes auraient, par une double conscience, une conscience aliénée. Dans sa continuité, les approches de Nancy Hartsock et de Patricia Hill Collins approfondissent cette question, la première proposant en 1983 une « épistémologie du point de vue féministe », tandis que la seconde théorise en 1989 la « pensée féministe noire ».

Patricia Hill Collins, Department of Sociology, University of Maryland © DR

Malgré leurs divergences, l’ensemble de ces théorisations remettent fondamentalement en cause l’épistémologie des Lumières, présupposant qu’un savoir objectif, énoncé par un observateur impartial est possible. Il n’y a pas de savoir innocent, immédiat, qu’il s’agisse du savoir des dominants ou de celui des subalternes. Toutefois, ce dernier semble privilégié par sa tendance à ne pas effacer les traces de sa production. Ces ruptures épistémologiques ne s’en tinrent pas à la critique : elles sont à l’origine de nouveaux concepts et d’un profond renouvellement des études historiques.

Théories matérialistes du genre

L’approche marxiste matérialiste, présentée dans le quatrième chapitre, pose la question de l’exploitation et des hiérarchies que produit et reproduit le genre à partir de sa matérialité, que ce soit par le travail ou par l’emprise sur les corps. En premier lieu, l’appropriation, la dévalorisation et l’invisibilisation sociale du travail des femmes sont conçus comme le lieu principal de production et d’exercice de la domination masculine. C’est ce que démontrent les travaux de Christine Delphy ou encore de Danièle Kergoat, qui contribua à conceptualiser la « division sexuelle du travail ». Non seulement leur travail mais aussi leur corps et leur sexualité sont appropriées, comme le défend Paola Tabet en plaçant l’institution du mariage au cœur de l’oppression et en développant le concept d’échange économico-sexuel. Mais la sexualité féminine ne peut-elle pas être pensée en dehors de la domination d’une culture sexuelle définie par et pour les hommes ? Il ne faudrait pas invisibiliser l’expérience lesbienne et les multiples façons dont les femmes ont résisté aux normes hétérosexuelles, comme l’a souligné Adrienne Rich en 1980. Dans l’ensemble, ces théories ont été critiquées pour leur accent matérialiste et leur tendance à hiérarchiser les rapports de pouvoir au lieu de penser leur articulation dynamique, mais elles présentent selon les deux autrices un cadre de pensée fertile pour penser le néolibéralisme.

Adrienne Rich, théoricienne féministe, essayiste et poétesse (1929-2012) © DR

Interactions, institutions et régimes de genre

Le troisième chapitre souligne l’apport décisif de l’interactionnisme et l’ethnométhodologie dans la conceptualisation du genre. Leur perspective met en lumière comment les normes de genre et de sexualité sont constamment négociées et reformulées, voire contestées. Le genre apparaît comme une pratique socialement construite, un ensemble de pratiques qui prennent sens dans des contextes historiques, sociaux et institutionnels donnés, forgeant les identités sexuées des individus, leur rapport à la sexualité, et participe de leur accès ou non à des formes de privilèges.

Joan Elise Robinson Acker (1924-2016)

L’ouvrage présente les propositions théoriques d’Harold Garfinkel et d’Erving Goffman tout en soulignant leurs limites par l’absence de considération de la dimension du pouvoir. Plusieurs travaux vinrent enrichir leur approche : la notion de « doing gender » de Candace West et Don Zimmerman, les « processus genrés » et « régimes d’inégalité » de Joan Acker, ou encore les « régimes de genre » théorisés par Raewyn Connell. Cette sociologue australienne a également contribué à développer la question des masculinités, en mettant en lumière comment elles se sont construites à l’intersection de différents rapports de pouvoir, comment une « masculinité hégémonique » défavorise les femmes mais aussi d’autres formes de masculinités.

Repenser le sujet et l’identité : théories post-structuralistes du genre

Le post-structuralisme et le linguistic turn des années 1990 proposent une nouvelle approche du genre, présentée au sein du cinquième chapitre, centrant son analyse sur les discours et leurs effets sur la constitution du sujet. Les deux autrices s’attardent en particulier sur les travaux de Joan W. Scott et de Teresa de Lauretis avec son concept de « technologie de genre ». Aussi, Judith Butler vint approfondir l’idée que le genre est performatif : l’identité de genre, instable, fragile, nécessite une constante répétition ; dans ce processus performatif, le corps est central, et c’est justement cette incorporation qui donne l’impression d’une identité de genre naturelle. Ces approches post-structuralistes invitent à ne plus lutter seulement contre le patriarcat, mais également contre l’hétérosexisme : la sexualité, comme le genre, se révèle plurielle et non binaire. Cette critique est notamment soutenue par les études queer, apparues dans les années 1990 et dont les propositions théoriques sont mises en lumière dans ce chapitre. L’« homonationalisme », par exemple, proposé par Jasbir K. Puar pour qualifier la rencontre entre le nationalisme américain et le discours pro-gay dans une même opposition contre l’islam. Plus particulièrement, le chapitre souligne à quel point le champ des études trans*, qui ont connu une révolution théorique et politique en opérant une démédicalisation du discours et en produisant des savoirs par et pour les personnes trans*, n’a encore que trop peu été pris en compte par le personnel médical.

Judth Butler, philosophe américaine dont les travaux portent sur le genre et la théorie queer. 

Vers une théorie intersectionnelle du genre

Bien avant que ne soit théorisé en 1989 l’intersectionnalité par Kimberlé Crenshaw, de nombreuses études avaient déjà adopté une perspective intersectionnelle. Le dernier chapitre de l’ouvrage replace l’origine de cette approche dans la lutte de théoriciennes féministes de couleur pour penser des expériences de marginalisation et d’oppression rendues invisibles dans les récits traditionnels et majoritaires d’émancipation politique. Leur objectif était double : rendre compte de subjectivités spécifiques, et forger un langage pour que ces subjectivités se constituent politiquement contre leur marginalisation. L’intersectionnalité dépasse la simple addition de conditions : l’expérience des femmes blanches ne constitue pas la norme universelle à partir de laquelle le racisme ou la religion viennent se surajouter.

Ange-Marie Hancock Alfaro,
University of Southern California © DR

Certaines chercheuses ont ainsi proposé de nouveaux concepts, telle celui d’une « co-construction du racisme et du sexisme » par Ange-Marie Hancock Alfaro, ou celui d’une « matrice de la domination » par Patricia Hill Collins. Mais cette approche intersectionnelle ne s’applique-t-elle qu’à certains groupes, ou s’agit-il d’une théorie transversale de l’identité et de son rapport au pouvoir ? Surtout, peut-elle être déliée de la question raciale, comme cela semble être encore le cas en Europe ? Dans le cadre de cette dernière, ces débats semblent se renouveler avec le développement des études postcoloniales.

Cet ouvrage proposé par Éléonore Lépinard et Marylène Lieber brille par sa clarté et par l’introduction, concise mais précise, qu’il offre aux lecteurices sur les théories du genre. Leur choix d’une approche théorique et non empirique permet de mettre en valeur avec finesse à la fois les forces comme les faiblesses conceptuelles les différentes approches théoriques. Cet horizon conceptuel nous encourage ainsi à (re)parcourir de manière approfondie ces écrits majeurs et à porter un nouveau regard, plus averti, sur notre contemporanéité comme sur notre passé.

Sophie Rainaut, promotion ASIOC 2020-2021.

Sophie Rainaut est étudiante au sein du Master 2 d’Asie orientale et contemporaine du département des Sciences sociales de l’ENS de Lyon. Spécialisée en histoire du Japon d’avant-guerre, ses intérêts de recherche portent sur l’histoire des femmes et du genre en contexte non-occidental. Son mémoire a pour projet d’interroger la construction et l’évolution des identités de genre au sein du système éducatif japonais par une analyse des manuels de morale approuvés par l’État, entre l’ère Taishō et l’ère Shōwa d’avant-guerre (1912-1937).

Susan Blackburn and Helen Ting (ed.) : Women in Southeast Asian Nationalist Movements [2013]

Signalement d’un ouvrage collectif sur un sujet encore trop peu étudié. Présentation de l’éditeur et aperçu Google Books.

Books on Southeast Asian nationalist movements make very little – if any – mention of women in their ranks. Biographical studies of politically active women in Southeast Asia are also rare. Women in Southeast Asian Nationalist Movements makes a strong case for the significance of women’s involvement in nationalist movements and for the diverse impacts of those movements on the lives of individual women activists.

Some of the 12 women whose political activities are discussed in this volume are well known, while others are not. Some of them participated in armed struggles, while others pursued peaceful ways of achieving national independence. The authors show women negotiating their own subjectivity and agency at the confluence of colonialism, patriarchal traditions, and modern ideals of national and personal emancipation. They also illustrate the constraints imposed on them by wider social and political structures, and show what it was like to live as a political activist in different times and places.

WomenInSEANationalistMovements

Fully documented and drawing on wider scholarship, this book will be of interest to students of Southeast Asian history and politics as well as readers with a particular interest in women, nationalism and political activism.

« The authors raise valuable questions about the lack of integration of women’s contributions into national histories. The obstacles are not just class or educational status, as the variety of women presented here makes clear.” – Sophie Quinn-Judge

Susan Blackburn is an Associate Professor in the School of Political and Social Inquiry at Monash University, where she teaches Southeast Asian Politics.

Helen Ting is a Research Fellow at the Institute of Malaysian and International Studies of Universiti Kebangsaan Malaysia.

Source : National University of Singapour Press

Image « à la une » : Nguyen Thi Giang, membre du Parti national vietnamien (VNQDD).