Archives par mot-clé : genre

Christine Détrez : “Il serait temps de s’énerver un peu…”

Introduction de Christine Détrez, sociologue, écrivaine, directrice du Centre Max Weber à Lyon, à l’occasion de l’exposition “24 héroïnes électriques” (Galerie Artemisia, ENS de Lyon).

Christine Détrez à l’inauguration de l’exposition “24 héroïnes électriques, jeudi 12 décembre 2019. Photo David Gauthier (ENS Culture).

8 philosophes, 8 guerilleras, 8 artistes vous/nous regardent donc ce soir. 24, et il y aurait pu y en avoir beaucoup plus. 24, et il a fallu choisir. Des femmes qui résistent, qui révolutionnent les idées, la musique, la politique. Et pourtant, nombreuses sont les études qui le montrent, elles sont encore absentes, trop absentes, des livres d’histoire, des musées, des encyclopédies de l’art, des programmations de salles ou de festivals, des palmarès divers et variés sacrant les 100 penseurs importants de notre siècle, de notre millénaire, de notre galaxie. Tout un travail de recherche est donc nécessaire, et est entrepris aujourd’hui notamment par des chercheuses et des associations féministes, pour corriger cette myopie, ou pire cette cécité dont souffre notre société quant à la place des femmes. Cécité à laquelle nous sommes tellement habitué.es que nous ne nous apercevons même pas de cette absence, que nous ne la voyons pas. Les historiennes ont d’ailleurs inventé une bien belle expression, celle du « masculin neutre », pour exprimer cet étrange phénomène par lequel nous prenons pour neutre, pour universel, ce qui est écrit, composé,… par les hommes. Ne parle-t-on pas de « littérature féminine », de festival de voix de femmes, etc. ?

La philosophe Michèle Le Doeuff –et peut-être son portrait sera-t-il à l’honneur d’une deuxième édition des héroïnes électriques- décrit comment l’exclusion des femmes se joue en trois manches. Le premier temps est l’interdiction à exister -comme philosophe, comme scientifique, comme autrice, comme musicienne et la liste pourrait être déclinée à l’envi. Si elles existent envers et malgré toutes les embûches et obstacles, intervient ensuite le déni de réalité (non, il n’y a pas de femmes artistes/philosophes, etc…), puis, dans une troisième et ultime éradication, le déni de valeur (elles ne sont pas de bonnes artistes, de bonnes philosophes, de bonnes chanteuses…). Et Michèle Le Doeuff de conclure, « il serait temps de s’énerver un peu… »1.

Et justement, ces regards nous frappent également par leur détermination. Ce ne sont pas uniquement des femmes qui sourient, des douces, des gentilles. Elles sont assurées, déterminées, des femmes en colère. Là aussi, dans une société où l’on continue à élever les filles et les garçons différemment, à réserver le care aux unes et la guerre aux autres, ne pas sourire, ne pas baisser les yeux, s’affiche comme une façon de résister aux normes, auxquelles nous sommes perpétuellement rappelé.es à l’ordre. Il y aurait même parait-il des opérations de chirurgie esthétique destinées à corriger l’expression du visage au repos, quand celle-ci est trop « triste »… Rappel à l’ordre, pour rentrer dans le rang.

Tout cela a des effets très concrets sur les filles ET sur les garçons : un monde où les héroïnes ne sont pas représentées, c’est un monde où les filles ne peuvent pas se projeter, ne peuvent pas s’identifier. C’est un monde où l’on se prive du regard des femmes, ce fameux Female Gaze dont on commence enfin à parler au cinéma, notamment grâce aux films de Céline Sciamma. Nul essentialisme dans cette idée de regard féminin, juste la conscience d’un art et d’une parole toujours situées et contextualisées. C’est un monde où les garçons n’ont accès qu’à une partie des émotions, où l’on est sommé de bien rester à sa place : la colère versus la sensibilité, l’ambition versus la discrétion, et on pourrait ainsi multiplier les séries dichotomiques de notre vision binaire.

Je conclurai en revenant sur la question de la cécité. Une métaphore souvent employée pour désigner les études de genre est celle des lunettes : on chausserait enfin les lunettes du genre pour voir autrement cette réalité biaisée. Il me semble qu’il serait plus approprié de parler d’opération de la cornée : tant, dès que l’on en a pris conscience, on ne peut plus s’en défaire, on ne peut plus revenir au flou… Garder ces regards fichés en nous, c’est de cela qu’on peut remercier aussi FanXoa.

Je finirai –forcément- par un “Salut à toutes”, réinterprété au féminin récemment avec le groupe Bagarre2, mais également par un titre de sociologie encore d’actualité : Allez les filles !!!3.

Christine Détrez, jeudi 12 décembre 2019. MàJ 03/01/2020.

Quelques ouvrages clés :

  • Christine Detrez, Olivier Vanhée, Mangaddicts, Brill, 2019.
  • Christine Détrez, Les femmes peuvent-elles être de grands hommes ? : sur l’effacement des femmes de l’histoire, des arts et des sciences, Paris, Belin, 2016.
  • Christine Détrez, Quel genre ?, Éditions Thierry Magnier, 2015.
  • Christine Détrez, Femmes du Maghreb, une écriture à soi, Paris, La Dispute, 2012.
  • Christine Détrez, Anne Simon, A leur corps défendant : les femmes à l’épreuve du nouvel ordre moral, Paris, Seuil, 2006.
  • Christine Détrez, La construction sociale du corps, Paris, Éditions du Seuil, 2002.

Image “à la une” : FanXoa, “Feminist Dazibao”, 2019.

Notes

  1. Le Doeuff Michèle, Le sexe du savoir, Paris, Alto Aubier, 1998, p. 10 []
  2. NDLR. Comme signalé sur notre blog graphique, le titre “Salut à toi” (devenu “Salut à toutes“) a été féminisé sur une idée de Pauline Monin de la Compagnie Inanna dont la pièce “La Rivière sous la rivière” sera jouée le 10 mars 2020 au Théâtre Kantor à l’ENS de Lyon à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes []
  3. Baudelot Christian, Establet Roger, Allez les filles !, Paris, Éditions du Seuil, 1992 []

Lou Eve : Les violences conjugales au Vietnam (Mémoire de Master 2)

Mémoire de Master recherche sur un sujet peu travaillé en sciences sociales. Résumé de l’auteure.

Le présent travail est une étude exploratoire et pluridisciplinaire sur les violences conjugales au Vietnam, permettant de repenser le fonctionnement de la société vietnamienne en pleine transformation après le Renouveau social et économique. Cette étude, à travers un focus sur le genre ainsi que sur les féminités et masculinités vietnamiennes, a pour but de réinterpréter la théorie ainsi qu’une lecture culturaliste, en éclairant les enjeux d’un phénomène et en apportant des éléments de réponse au problème.

Date et lieu de soutenance :

Vendredi 6 septembre 2019, salle de réunion de l’Institut d’Asie Orientale, ENS de Lyon

Membres du jury :

Claire Tran Thi Lien (IRASEC) et François Guillemot (IAO)

Mots clés : genre ; violence basée sur le genre ; violence conjugale ; autorité publique ; féminité ; masculinité, mythes.

New documentary series highlights the struggles of women activists in Vietnam

Signalement d’une série de documentaires sur le combat des femmes vietnamiennes.

A new series of video interviews highlights the perspectives and struggles of women involved in human rights activism in Vietnam.

The 88 Project, an organisation supporting freedom of expression in Vietnam, released the first video of an ongoing interview series with female activists in Vietnam. In the first interview with Pham Doan Trang, a dissident journalist and political activist, she discusses the challenges women face as bloggers and human rights activists:

In general, Vietnamese women are not respected. Not only in democracy activism but in all fields. In democracy activism, female activists are disadvantaged because they get attacked no less than male activists. They get beaten and assaulted. The work they do is no less than their male counterparts. But what they often get from other people is pity. I think it is not respect.

She also recounts an incident of police brutality which led to permanent injury to both of her legs.

Lire la suite : Global Voices

Le genre des indépendances. Comment genrer les indépendances ? Colloque – 18 & 19 juin 2019

Annonce du colloque organisé par Naomi Davidson, Université de Chicago, Centre à Paris.

Ce colloque a pour but d’élargir les champs de recherche sur le genre et les luttes pour l’indépendance. Pendant ces deux jours, nous chercherons à (re)définir les limites des indépendances, en trouvant des convergences et divergences entre la vague des indépendances en Amérique latine du XIXe siècle, celles des États post-ottomans ou post-habsbourgs après la première guerre mondiale, jusqu’aux indépendances des pays africains et asiatiques entre les années 1940-1970.

Programme

Mardi 18 Juin

13h20-13h40 : Accueil et café

13h40-13h45 : Mot de bienvenue de la Directrice Académique Leora AUSLANDER (Université de Chicago)       

13h45-14h00 : Introduction               

  • Naomi DAVIDSON (Université d’Ottawa/Université de Chicago Centre à Paris)

14h00-15h30 : Race et genre en Amérique Latine à l’heure des indépendances 

Présidente : Capucine BOIDIN (IHEAL-Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)         

  • Federica MORELLI (Université de Turin), « Race et genre dans les indépendances hispano-américaines »
  • Lissell QUIROZ (Université Rouen Normandie), « Les indépendances latino-américaines au prisme de la théorie féministe décoloniale »
  • Frédéric SPILLEMAEKER (EHEHI Casa de Velázquez – EHESS), « La masculinité guerrière dans l’Indépendance de l’Amérique hispanique (Nouvelle-Grenade et Venezuela, 1810-1831) »

15h30-15h45 : Pause café

15h45-17h45 : La construction et l’effacement du genre et identité(s) en Europe centrale

Présidente : Morgane LABBÉ (EHESS)  

  • Nevila PAHUMI (Independent Scholar), « Which Feminism Will be Ours? Feminism, Agency and Print Culture in Post Ottoman Albania »
  • Sara BERNASCONI (Universität Zürich), « Le genre des non nommé(e)s – la Bosnie en transition de colonie habsbourgeoise au Royaume des Serbes, Croates et Slovènes»
  • Malgorzata MAZUREK (Columbia University), « Erasing Gender, Creating Abstraction: The Making of Developmental Thought between Poland and the World, 1930-1960 »
  • Tara ZAHRA (University of Chicago), « The Gender of Deglobalization »

Pot : 17h45-18h45

Mercredi 19 Juin

9h30-11h30 : Femmes des luttes, femmes d’état : Engagement féminin en Afrique et au Maghreb

Président : François GUILLEMOT (IAO-ENS de Lyon)

  • Nassima MEKAOUI-CHEBOUT (EHESS) et Elise ABASSADE (Paris 8 et La Manouba), « De l’engagement de femmes au genre des militantes : Béatrice Slama, communiste « israélite » à Tunis et Rima, jociste « musulmane » à Alger.  Perspectives comparées. »
  • Pascale BARTHÉLEMY, (ENS de Lyon, en délégation à l’Imaf) « Les indépendances invisibles : Le Conseil international des femmes et la naissance des conseils nationaux de femmes dans les pays africains (1957-1963) »
  • Natalya VINCE (University of Portsmouth and Netherlands Institute for Advanced Study), « Female University Students, the family and state building in 1960s and 1970s Algeria »
  • Sílvia ROQUE (Universidade de Coimbra), « De l’Héroïne officielle aux héroïnes oubliées : notes sur l’évolution des mémoires de la libération de Guinée-Bissau »

11h30-11h45 : Pause café

11h45-13h15 : Le genre de l’intime et des émotions entre l’Afrique et l’Europe

Présidente : Christina WU (Paris 1)

  • Elena VEZZADINI (CNRS-Imaf), « L’émancipation des femmes au prisme de la presse : débats sur la « question féminine » au Soudan autour de l’indépendance, 1950-1956»
  • Françoise BLUM (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains) et Ophélie RILLON (CNRS-LAM), « Une histoire de famille à l’épreuve des indépendances africaines »
  • Ulrike SCHAPER (Freie Universität Berlin), « Women as the last colonial good: Fighting “Third World” sex tourism in West Germany »

13h15-14h15 : Déjeuner                                

14h30-15h15 : Conférence : Quel « genre » avant l’invasion coloniale? Éclairages féministes sur la théorie décoloniale latino-américaine et des Caraïbes

  • Jules FALQUET (Université de Paris, CEDREF-LCSP)

15h15-15h30 : Pause café

15h30-17h00 : Conférence de Clôture de Todd SHEPARD (Johns Hopkins University) et débat

Présidente : Michelle ZANCARINI-FOURNEL (Université de Lyon I, LARHRA)

Source : Calenda

Annonce d’une conférence de Le Ly Hayslip aux Etats-Unis. Affiche ci-dessous.

Le Ly Hayslip, author of When Heaven and Earth Changed Places and Child of War, Woman of Peace, is giving a public lecture:

Women in the Thick of War: Vietnam and Beyond

 at 7pm next Thursday, Feb. 21st, at Haverford College.  

Based on the experiences she and others have undergone, Le Ly Hayslip recounts the trials and tribulations of women caught in
the middle of war zones. Le Ly is an internationally known Vietnamese-American author, philanthropist, peace activist and speaker. Her best-selling memoirs When Heaven and Earth Changed Places and Child of War, Woman of Peace – adapted to film by Oliver Stone as Heaven and Earth – record her painful and ultimately triumphant journey from a traumatizing childhood in war-torn Vietnam to her new life in America. For the last 30 years, Le Ly’s goal has been to bring east and west together – to open a dialogue between the United States and Vietnam – to heal the wounds of war and re-build a ravaged nation.

Sponsored by the Department of History and the John B. Hurford ’60 Center for the Arts and Humanities in conjunction with the Distinguished Visitors Program.