Archives par mot-clé : genre

GenERe (dir.) : Épistémologies du genre. Croisements des disciplines, intersections des rapports de domination

Nouvelle publication sur la problématique du Genre aux ENS éditions, éditée par GenERe, le laboratoire junior « Genre : épistémologie & recherches » créé en janvier 2014 à l’ENS de Lyon. Présentation de l’éditeur.

Que signifie, aujourd’hui, être chercheur.e et travailler avec le concept de genre ? Le genre ne se conçoit pas isolément. C’est ce que montrent les quatorze contributions réunies dans cet ouvrage, à partir de disciplines aussi variées que la géographie, l’histoire, la littérature, la sociologie, les STAPS, la linguistique, la psychologie sociale, les SIC, les sciences de l’éducation ou encore la philosophie.

D’une part, penser le genre engage des croisements entre les disciplines dont témoignent notamment les épistémologies féministes. D’autre part, cela implique de tenir compte de la multiplicité des rapports de domination, ce que permet en particulier une perspective intersectionnelle.

La pluridisciplinarité des études de genre est peut-être déjà une forme d’interdisciplinarité : le genre serait alors un carrefour aussi bien pour penser les différents rapports de pouvoir que pour formuler des questionnements réflexifs au sein des disciplines – mais également entre elles. En ce sens, l’ouvrage s’adresse aux chercheur.e.s en sciences humaines et sociales mobilisant le genre, mais pas uniquement : il intéressera également toutes celles et ceux qui travaillent à dévoiler les rapports de domination.

Version électronique disponible sur

Sommaire

Préface de Christine Détrez

Introduction    

  • Partie 1. Pluralité et croisements des disciplines    

Le genre en Histoire : universalisme versus universalité plurielle
Michelle Zancarini-Fournel

Le genre en littérature : difficultés, fondements et usages d’un concept
Christine Planté    

Contribution à une épistémologie du genre sur le terrain de l’EPS
Sigolène Couchot-Schiex  

Les bibliothèques au prisme du genre.

L’apport critique de la méthodologie du genre appliquée à la classification des savoirs
Florence Salanouve  

Le genre : une épistémologie contributive pour l’analyse du discours
Marie-Anne Paveau

De la neutralité axiologique au réalisme des expériences vécues du standpoint

Une critique féministe de la relation de connaissance
Claude Gautier    

  • Partie 2. Multiplicité et intersections des rapports de domination 

Saisir l’articulation des rapports de domination : les défis d’une critique féministe de l’espace
Mélusine Dumerchat    

La fabrique du bouc-émissaire en crèche : souffrance et racisme dans le travail de care
François Ndjapou, Pascale Molinier    

Le genre est-il un cache-race ?

Intersections entre genre, classe sociale et « race » dans un projet éducatif sur « l’égalité filles-garçons » en sciences
Clémence Perronnet    

La subversion du genre dans la photographie de Nan Goldin
Mélanie Grué 

Le rôle des enseignant·e·s dans la contestation ou la consolidation d’hétéronormes en milieu scolaire
Gabrielle Richard  

Les « femmes déchues » et les pratiques des associations pour femmes à Liverpool (1890-1910) : Intersectionnalité et micro-histoire
Muriel Gleser-Neveu    

La statistique au service d’une pensée binaire dans l’Angleterre victorienne

Genre, émigration féminine et recensements
Marie Ruiz  

La racialisation de l’ordre des sexes dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres.

Trois cas d’antisémitisme genré
Jennifer Meyer

Conclusion
La recherche en études de genre en contexte polémique  

Postface  

Présentation des auteur·e·s

Comité scientifique

Source : ENS éditions
 

Mathieu Arbogast : La santé n’est pas étrangère au genre

Article intéressant paru dans le Journal du CNRS (en ligne).

Pourquoi une maladie touche-t-elle plutôt l’un ou l’autre sexe ? Pour quelle raison l’autisme est-il mal diagnostiqué chez les femmes? Le sociologue Mathieu Arbogast, chargé de projet à la Mission pour la place des femmes au CNRS, nous explique l’importance des rapports sociaux liés au sexe sur les questions de santé.

[…]

S’intéresser au genre (c’est-à-dire aux rapports sociaux liés au sexe, et au masculin et au féminin) permet de découvrir que ce qu’on croyait « naturel » ne l’est pas. Ainsi, l’anthropologue Priscille Touraille a démontré que les femmes sont devenues progressivement plus petites que les hommes. En se réservant longtemps la nourriture la plus riche, en privilégiant les unions avec des femmes plus petites, les hommes ont profité de leur domination sociale et ont peu à peu construit ces différences de stature et de morphologie.

[…]

Lire la suite : Le Journal / CNRS

Séminaire de l’axe « Genre et sociétés » – LARHRA 2017-2018

Programme de l’axe « Genre et sociétés » organisé par le Larhra.

Dates : du 28/09/2017 au 17/05/2018
Horaires : 10:0017:00
Type : Séminaire

Responsables : Pascale Barthélémy, Manuela Martini et Marianne Thivend

L’axe « Genre et société » du LARHRA travaille sur la dimension sexuée des phénomènes et processus historiques, partant du constat que les sociétés et les institutions que nous étudions sont confrontées aux questions propres à l’identification du « masculin » et du « féminin » et aux rapports de pouvoir qui en découlent. Le fil rouge du genre, c’est-à-dire la construction sociale des identités masculines et féminines, permet de revisiter l’histoire des politiques publiques, celle des acteurs et des actrices à l’échelle individuelle comme celle des groupes sociaux et socio-professionnels. L’équipe souhaite mettre l’accent sur les relations entre identités et pratiques sociales, entre réalités et modèles, entre stratégies individuelles et expériences collectives. Les questions abordées dans ce séminaire concernent tout autant la présence des femmes que les constructions sociales du genre et les définitions mouvantes et historicisables du « féminin » et du « masculin ».

Le séminaire de l’axe s’organise en deux semestres et en trois journées, de 10h à 17h, pour chaque semestre. Les matinées sont consacrées à un travail avec les étudiant.es, c’est-à-dire à la lecture critique d’articles écrits par les intervenant.es de l’après-midi.

Le séminaire est ouvert aux étudiant.es de master 1 et 2 (Master Études sur le genre / Matilda et Master histoire moderne et contemporaine) mais aussi aux doctorant.es et à toute personne intéressée. Les étudiant.es peuvent le valider dans le cadre de leur cursus de Master à l’ENS de Lyon et à l’Université Lyon 2. La validation de chaque semestre (5 ECTS par semestre) se fait sur la base d’une participation active aux séances, d’un compte-rendu de lecture oral sur l’un des thèmes proposés ou d’une synthèse de quelques pages (12 000 signes max) mettant en valeur l’apport des séances pour les recherches individuelles en master.

1er semestre (Genre et société 1 et 3)       Lieu : ENS- Site Descartes- D2 018

Genre et histoire transnationale

* 28 septembre : Genre, religions et Histoire transnationale (séance animée par Caroline Muller)

               1/ Carol HARRISON  (University of South Carolina) : « Les vacances romaines d’Alphonse de Ratisbonne. Une conversion entre Rome et Paris au XIXe siècle »

               2/ Xenia von TIPPELSKIRCH (Humboldt – Universität zu Berlin) : « L’intersectionnalité et l’histoire des différentes formes de domination à l’époque moderne. Études de cas ».

★ ★ ★

* 19 octobre : Genre et travail à l’échelle transnationale (séance animée par Michelle Zancarini-Fournel)

            1/ Isabelle MORET (Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne) : « Universalité versus genre, l’OIT et le travail des femmes dans l’entre-deux-guerres »

            2/ Françoise THÉBAUD (université d’Avignon) : « Le genre de l’Organisation internationale du travail (OIT) : quelques enseignements à partir de la carrière de Marguerite Thibert (1886-1982) »

★ ★ ★

* 30 novembre : Histoire inter/transnationale et Histoire des femmes et du genre (séance animée par Manuela Martini)

            1/ Francisca DE HAAN (CEU – Budapest) : «Writing Inter/Transnational History: The Case of Women’s Movements and Feminisms, XXe C. »

           2/ Barbara CURLI (Université de Turin) : « Politiques et actrices de l’égalité en Europe: du Traité de Rome aux directives des années 1970 »

2ème semestre (Genre et société 2 et 4)

Genre et Sexualités

* 8 février 2018 : « Démasqué.e.s » (séance animée par Mathilde Méheust-Rossigneux)

            1/ Pauline MORTAS  pour son livre : Une rose épineuse. La défloration au XIXe siècle en France, PUR 2017, coll. Mnémosyne.

            2/ Romain JAOUEN pour le prix Mnémosyne 2017 : L’inspecteur et l’ « inverti ». La police face aux sexualités masculines à Paris, (1919-1940). A paraître en 2018.

★ ★ ★

* 15 mars 2018 : Sexualités et éducations à la sexualité (séance animée par Muriel Salle)

Lieu : ENS Lyon (Site Descartes), salle D2 018

            1/ Rachel JEAN-BAPTISTE (University of California-Davis) : « Métissage et sexualités en contexte colonial ».

            2/ Muriel SALLE (Université Lyon 1) : « Éducation à la sexualité, France des années 1960-1980 ».

★ ★ ★

* 5 avril 2018 : Archives de soi, photographies (séance animée par Damien Delille)

Lieu : ENS Lyon (Site Descartes), salle D2 020

            1/ Philippe ARTIÈRES (CNRS-EHESS) : « Archives de soi : rapports entre écrits et photographies »

            2/ Damien DELILLE ( LARHRA- Université Lyon 2) : Archives médicales et image photographique des « sexualités intermédiaires » : le cas Magnus Hirschfeld »

★ ★ ★

* 17 mai 2018 :   Séance de conclusion. Retour sur l’histoire transnationale et globale. (séance animée par Manuela Martini)

Lieu : ENS Lyon (Site Descartes), salle D2 002

            1/ Sandrine KOTT (Université de Genève) : « Les Organisations internationales,  terrains pour une histoire transnationale L’exemple de l’OIT »

            2/ Dorit GEVA (CEU-Budapest) : « Globalising gender : la sociologie du genre dans une perspective globale ».

Source : Larhra

Coline Cardi & Geneviève Pruvost : Penser la violence des femmes [réédition]

Réédition chez La Découverte / Poche de l’ouvrage dirigé par Coline Cardi et Geneviève Pruvost. Présentation de l’éditeur.

Tueuses, ogresses, sorcières, pédophiles, hystériques, criminelles, délinquantes, furies, terroristes, kamikazes, cheffes de gang, lécheuses de guillotine, soldates, policières, diablesses, révolutionnaires, harpies, émeutières, pétroleuses, viragos, guerrières, Amazones, boxeuses, génocidaires, maricides… Qu’y a-t-il de commun entre toutes ces figures ? Pour le comprendre, il importe d’exhumer, de dénaturaliser, d’historiciser et de politiser la violence des femmes. Telle est l’ambition de cet ouvrage qui propose une approche pluridisciplinaire sur un sujet trop longtemps ignoré des sciences sociales.

Cette somme inédite, réunissant des études historiques, anthropologiques, sociologiques, linguistiques et littéraires, révèle combien la violence des femmes est au cœur d’enjeux d’ordre à la fois politique et épistémologique. Penser la violence des femmes, c’est en faire un véritable levier pour considérer autrement la différence des sexes, la violence et, par-delà, l’ordre social.

  • Coline Cardi est maîtresse de conférences en sociologie à l’université Paris-VIII, chercheuse au CRESPPA-CSU.
  • Geneviève Pruvost, médaille de bronze du CNRS, est sociologue, chargée de recherche au CESDIP. Elle est l’auteure de Profession : policier. Sexe : féminin (Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007).

Source : La Découverte

Réf. : Coline Cardi, Geneviève Pruvost (sous la dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, coll. « Poche / Sciences humaines et sociales » n° 471, 2017,  464 p. ISBN : 9782707196422.

Recension :

Sophie Maunier, « Coline Cardi, Geneviève Pruvost (dir.), Penser la violence des femmes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 26 septembre 2012, consulté le 12 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/9308

Table ronde « genre et migration » en présence de Nadia Mounchit

Annonce.

Dans le cadre de ses activités, le laboratoire junior Mouvances organise une table ronde sur le thème « Genre et Migration ». L’invitée de cette table ronde sera Nadia Mounchit, doctorante en sociologie de l’immigration au centre Max Weber de l’Université Lyon II.

Son intervention portera sur le travail et l’autonomisation des femmes en situation migratoire. Cette table ronde appelle au dialogue entre chercheurs et l’intervention de Nadia Mounchit sera suivie d’un moment de questions et d’échanges.

Labo junior Mouvances
18 mai 2017
15h – 17 h
Site Descartes – 15 parvis René Descartes
salle F106
Source : ENS de Lyon