Archives par mot-clé : guérilla

François Guillemot : « Genèse d’une recherche sur les femmes et la guerre au Viêt-Nam » – Séminaire Félicité – 10/01/2020

Annonce du programme de l’atelier/séminaire de Félicité du vendredi 10 janvier.

Vendredi 10 janvier 2020, 9h, en D4.235, site Descartes de l’ENS de Lyon.

La journée se déroule en 2 temps : séminaire le matin et atelier l’après-midi.

9h30-12h Séminaire de traductologie féministe

Intervenant : François Guillemot, historien spécialiste du Viêt Nam contemporain et ingénieur de recherche à l’IAO. Il viendra nous parler de son ouvrage Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre 1945-1975 paru en 2014 aux éditions Les Indes savantes.

Discutante : Léa Buatois (Agathe Senna). Normalienne de l’ENS de Lyon, ses recherches portent sur l’histoire de l’anarchisme chinois comme courant intellectuel au début du vingtième siècle et sur l’historiographie de ce mouvement en Chine, ainsi que sur l’émergence du féminisme chinois comme langage politique et ses rapports avec les rhétoriques nationalistes au début du vingtième siècle.

Résumé : L’émergence d’une connaissance académique sur le genre et la guerre au Viêt-Nam peut être datée de la fin des années 1990 lorsque le conflit régional avec le Cambodge se termine et que la politique de Renouveau culturel s’affirme. C’est à partir de cette décennie que des autrices et auteurs explorent l’histoire des Jeunesses de choc, une formation fondée en 1950 pour la logistique de guerre et mobilisée pendant les trois périodes de conflit (1950-1955, 1965-1975, 1979-1989). Formés de plus de 50% de jeunes femmes, ces groupements ont joué un rôle décisif dans la victoire communiste notamment sur la Piste Hô Chi Minh.

A la fin des années 2000, des initiatives sont prises par des chercheuses à Hô Chi Minh-Ville pour mener des investigations dans une perspective transnationale. Ainsi fut créé le groupe de recherche Gender And Society de l’université privée Hoa Sen, université dirigée par l’historienne Bui Trân Phuong, organisatrice d’un colloque international interdit par les autorités en octobre 2011. Notre ouvrage sur « l’autre moitié de la guerre » s’inscrit dans ce contexte particulier et reflète précisément les difficultés qu’ont les témoins ou acteurs/actrices de cette guerre (écrivain·es, soldat·es, représentants politiques, corps médical …) à mettre des mots sur une guerre fratricide particulièrement destructrice lors de laquelle on a fait peu de cas du destin des femmes.

Cette difficulté à dire la vie quotidienne sur le théâtre des opérations militaires, à parler de la souffrance et de la brutalité de la guerre, se retrouve dans l’expression même du texte. Nous nous appuierons sur quelques exemples pour démontrer l’émergence du genre dans la littérature sur la guerre du Viêt-Nam et comment l’expression de l’indicible apparaît en filigrane dans certains textes d’écrivaines (Lê Minh Khuê, Duong Thu Huong, Vo Thi Hao) ou dans les études d’anciens responsables des Jeunesses de choc comme Nguyên Van Dê et Dông Sy Nguyên ou dans le témoignage du chirurgien Lê Cao Dai.

14h-16h Atelier de traduction féministe

Émilie Fernandez présentera son projet de traduction de l’ouvrage Our Women On The Ground. Il s’agit d’un recueil de 19 textes écrits en anglais par des femmes journalistes d’origine arabe sur leurs années de reportage au Moyen-Orient. Ces récits ont été recueillis et édités par Christiane Amanpour, correspondante internationale en chef de CNN, et Zahra Hankir, journaliste libano-britannique.

Plus d’informations : https://felicite.hypotheses.org/2338

Illustration « à la une » : Combattant.e.s des Jeunesses de choc de la Capitale, groupement C812 (province de Nghê An, 1965) © DR

Exposition : FanXoa « 24 héroïnes électriques » – ENS de Lyon / Artemisia

Texte du happening de l’artiste FanXoa lors de l’inauguration de son exposition/installation à l’ENS de Lyon, galerie Artemisia.

« Une trêve artistique dans la violence sexiste du monde »

Je crois assez à cette idée que les artistes sont les éponges volontaires du temps. Ils absorbent, boivent l’esprit du temps qu’ils côtoient et positionne leur art, leur performance à l’issue d’une réflexion, d’une intuition sur ce temps1. J’ai choisi d’exprimer ce temps actuel à travers trois thématiques : le punk, pour son insolence plus construite et raisonnée qu’il n’y paraît, la guérilla pour l’esprit des luttes qui parcourent de nombreuses vies sur la planète, la philosophie pour la puissance et l’épanouissement de la pensée sans laquelle notre monde ne serait qu’une indéfinissable fusion. Ces thématiques m’ont amené à exprimer une forme de reconnaissance à quelques héroïnes des XXe et XXI siècles chargées d’électricité que j’ai parfois croisées directement ou rencontrées à travers leurs écrits ou encore suivies à travers leurs actes déterminants. Comme l’électricité, elles nourrissent nos têtes et nos corps. Comme l’électricité, elles irriguent nos cerveaux qu’elles ont, rappelons-nous, mis au monde2.

En décembre 2018, il y a un an, Greta Thunberg lançait un appel pour la justice climatique. C’est indéniablement une des héroïnes de la jeune génération. Quarante ans plus tôt, le 7 avril 1978, à quatorze ans et demi, je manifestais à Paris avec des féministes radicales et les Autonomes pour dénoncer les sévices corporelles perpétrées par la police française contre Heide, une jeune allemande3. J’inscris donc mon intérêt pour ces causes éco-féministe dans un temps long. Bien sûr, ces thématiques ne sont ni closes ni figées, l’astronomie a démontré que les femmes scientifiques jouaient un rôle très important dans cette discipline et dans notre vie de terrien/ne4. Il en est de même pour toutes les héroïnes anonymes qui, dans nos vies respectives, « nettoient, nourrissent, éduquent et soignent le monde »5, femmes de ménages6, infirmières, cuisinières, travailleuses du sexe, institutrices, nous avons un devoir de respect pour chacune quel que soit leur métier, leur tâche, leur position sociale bien souvent imposées.

Cette exposition, placée définitivement sous le signe du genre, a pour but de découvrir et de croiser des parcours et des approches. Des trajectoires pacifiques ou violentes, subies ou provoquées, déclamées ou silencieuses, se côtoient et se confrontent parfois dans leurs objectifs et leurs actions. Cette approche plurielle est volontaire, exposant les possibilités de dialogue sur le genre et la société, interrogeant différents discours, proclamations, avertissements ou pensées profondes en provenance de différents espaces sociaux et de différents pays. A l’heure où plus de 140 femmes ont été assassinées par leur conjoint ou ex en France depuis le début de l’année 2019, les hommes ont tout intérêt à apprendre de ces discours, des ces écrits, de ses actions pour envisager un terme à la domination masculine et j’en fais partie7. Garçons, ne faites plus pleurer vos mères de désespoir, époux ne battez plus vos femmes, prédateurs ne tuez plus nos filles. Lorsque Stefan Sweig écrivait en 1927 24 heures de la vie d’une femme, on ne pouvait imaginer qu’en 1983 Andréa Dworkin demanderait une trêve de 24 heures pour qu’il n’y ait plus de viols sur cette terre8. C’est cela cette exposition, une trêve artistique dans la violence du monde, des prises de liberté de femmes, éprises de liberté, pour une prise de conscience pour chaque 24 heures de notre vie.

Suzanne B. (1907-1987), portrait réalisé à Saigon par un artiste vietnamien.

En mon for intérieur, je crois que cette exposition s’inscrit profondément dans un vécu. Celui d’avoir été, d’être et d’aimer être en compagnie de femmes et souvent de femmes d’un certain âge, marquées par le temps, courbées par le poids d’un travail domestique sans fin ou travaillée par une réflexion intellectuelle intense, martelées par les épreuves de la vie, se frayant des espaces de liberté au milieu des lourdeurs de notre société patriarcale. Lorsque je pense à ma grand-mère, femme du peuple, élevant ses cinq frères et sœurs puis m’élevant mes sœurs et moi-même, je suis amené à penser aux philosophes Simone Weil, Simone de Beauvoir, Hannah Arendt ou Gayatri Spivak réfléchissant sur la condition humaine et les injonctions faites aux femmes9. Je garde ce souvenir tendre d’elle et de ses précieuses amies, libérées des hommes, décédés ou absents, lorsqu’elles partaient en voyage, riant d’elles-mêmes, jouant au scrabble, vivant pleinement la vie, à la fin de leurs propres vies. Je crois que je ne l’avais jamais vu aussi heureuse en ces temps-là. Vous l’aurez donc perçu, cette exposition est un prétexte, une invitation à la réflexion, un projet à la fois artistique, social et intellectuel. A travers l’image de ma grand-mère, cette exposition est dédiée aux héroïnes anonymes, « subalternes » de notre temps, celles qui nous nourrissent depuis la naissance : de mots, d’affection, d’amour, de repas familiaux, de traditions, de luttes parfois violentes et de résiliences.

Je voudrais pour finir rappeler que cette exposition / installation a été collectivement imaginée et réalisée par les équipes de l’ENS de Lyon et je les remercie pour ce soutien et cette transformation réussie, en particulier Coralie, Vincent d’ENS Media, Ludovic le régisseur et David du service culturel. Elle s’est nourrie de rencontres avec Trio Cosmos et la Compagnie Inanna, elle s’est enrichie du travail vidéographique d’Alyosha… intitulé 24, 25, 26… héroïnes électriques.

Puisse ce lieu être, pour quelques mois à la fois un lieu de recueillement (pour celles qui sont parties trop tôt), un espace de réflexion, de lecture (50 ouvrages, trois revues, 8 fiches sont à votre disposition à consulter sur place), de débats et de joies, oui j’ai bien dit de joies.

Merci.

FX

12 décembre 2019. Annoté le 15 décembre 2019.

Pour en savoir plus sur l’exposition :

Notes

  1. Dans ce sens, il s’agit « d’habiter le présent » selon le mot Jean-Louis Pradel analysant l’avènement de la Figuration narrative des années 1960 (Cf. Jean-Louis Pradel, La Figuration narrative. Des années 1960 à nos jours, Découvertes Gallimard, Hors Série, 2008 []
  2. Je vois, à la relecture de mon texte, que je reste moi-même prisonnier de certains stéréotypes. Mais que l’on me comprenne bien, il ne s’agit pas ici de voir dans les femmes de mon expérience vécue « des mères, rien que des mères… » (Cf. Salle et Vidal, Femmes et santé encore une affaire d’hommes ?, Belin, 2017, p. 30-32). C’est bien plus que cela []
  3. Cf. « A Paris. Manifestation de solidarité avec Heide Boettcher [Böttcher] », Le Monde, 10 avril 1978 et « Qui a torturé Heide Kempe Böttcher ? », Le Monde, 19 juin 1978 (accès abonnés) []
  4. Cf. Yaël Nazé, L’astronomie au féminin, CNRS éditions, 2014. Plus généralement sur la place des femmes au CNRS voir le bilan établi en 2004 par le Comité pour l’histoire du CNRS intitulé Les femmes dans l’histoire du CNRS, document en ligne : http://www.cnrs.fr/mpdf/IMG/pdf/cnrs_femmes_histoire.pdf []
  5. Clin d’œil à l’introduction de Françoise Vergès, Un féminisme décolonial, La Fabrique, 2019 []
  6. « On admet moins difficilement le préjudice subi par un salarié du bâtiment qui a passé sa vie professionnelle à porter des charges lourdes que celui d’une salariée ayant fait des ménages tout sa vie » (Cf. Salle et Vidal, op. cit., 2017, p. 16-17) []
  7. Ce texte implique une réflexion sur soi-même, un regard réflexif sur ses propres actions depuis l’adolescence []
  8. Cf. Andréa Dworkin, Souvenez-vous, résistez, ne cédez pas. Anthologie, Paris / Montréal, Syllepse, Remue-Ménage, 2017, p. 153-163 []
  9. Peut-être plus que je ne le pensais auparavant, elle joua un rôle prépondérant dans le processus d’identification à l’un ou l’autre genre. Sur ce sujet voir le chapitre de Victoire Tuaillon, « Comment la masculinité vient aux garçons » dans Les couilles sur la table, Binge Audio Editions, 2019, p. 29 []

Lòng nhân ái của người phụ nữ Việt Nam trong chiến tranh – Trầm Hương

Article de l’écrivaine Trầm Hương sur la charité des Vietnamiennes pendant la guerre.

Lòng nhân ái của người phụ nữ Việt Nam trong chiến tranh

Trầm Hương

Thế giới tìm đến Việt Nam không chỉ vì những kỳ tích chiến đấu mà chính trái tim nhân hậu của người phụ nữ Việt Nam. Qua hình ảnh người phụ nữ tham gia chiến tranh, bạn bè thế giới tò mò, ngạc nhiên, tìm hiểu và rồi một phụ nữ Nhật đã bất ngờ thốt lên: “Chúng tôi xin nghiêng mình trước vẻ đẹp, nỗi đau của người phụ nữ Việt Nam!”.

NuDuKichVN

Nữ du kích Võ Thị Mô và khoảnh khắc đưa tay gạt nòng súng

Ngay từ những năm Việt Nam bị cấm vận, nhiều cựu binh Mỹ đã vượt qua nhiều rào cản tìm đến Việt Nam vì sự kính trọng, nể phục người phụ nữ đã từng bám vành đai trắng Củ Chi đánh Mỹ. Thời chiến tranh, những người lính Mỹ ấy từng được một tên chiêu hồi kể về nữ du kích Võ Thị Mô. Họ rung cảm, ngưỡng mộ vì chất nhân hậu của đối thủ mà họ tìm diệt bằng đủ loại vũ khí quy mô, hiện đại, tàn khốc nhất. Họ đã hủy diệt tất cả, biến Củ Chi thành đất trắng nhưng họ không hủy diệt được lòng nhân hậu, phần nữ tính cao đẹp của những người phụ nữ Việt Nam.

Sau chiến tranh, họ  tìm được chị Võ Thị Mô ở Tây Ninh. Họ hỏi chuyện xưa, chị Mô kể. Nhưng họ nói: “Còn một chuyện chị chưa kể. Đó là chuyện chị không bắn những người Mỹ khi họ đang khóc…”. Chị Mô giật mình và chị đã bật khóc. Ai cũng biết trong chiến tranh, diệt được 3 tên Mỹ sẽ được phong danh hiệu “Dũng sĩ diệt Mỹ”, 6 tên là dũng sĩ cấp 2 và 11 tên là dũng sĩ cấp ưu tú. Nữ du kích Võ Thị Mô năm ấy là dũng sĩ diệt Mỹ cấp ưu tú. Khắp Củ Chi nở rộ phong trào nở hoa dũng sĩ. Vậy mà chị Võ Thị Mô đã không bắn những người lính Mỹ đang trong tầm ngắm của chị, bởi những người lính Mỹ ấy còn rất trẻ. Họ đang chụm nhau đọc thơ gia đình, xem ảnh vợ con, người yêu. Và những người lính Mỹ ấy thay vì đi tìm những tên cộng sản dưới chiến hào đã trốn vào một góc, òa khóc nức nở. Người du kích bám theo chị, cùng tìm diệt những tên Mỹ thúc giục nhưng chị đã gạt nòng súng sang một bên. Anh ta ngạc nhiên khi nhìn thấy gương mặt người nữ du kích gan lì, nổi tiếng dũng cảm ràn rụa nước mắt. Trong cuộc họp chi bộ, chị mạnh mẽ giải thích: “Tôi không thể bắn những người lính Mỹ khi họ trở về với chất con người nhất”.

Lire la suite : CAND, 30/04/2015.

Des usages de la lutte contre la violence « de genre » dans le contexte de la mondialisation neolibérale

Programme de la première partie d’un atelier abordant la question des femmes et de la guerre :

Des usages de la lutte contre la violence « de genre » dans le contexte de la mondialisation neolibérale / Jeudi 4 septembre 2014, Salle 102, Bât. Formation – 09:00-11:00 (2h)

Atelier thématique coordonné par Jules Falquet

DES USAGES DE LA LUTTE CONTRE LA VIOLENCE « DE GENRE » DANS LE CONTEXTE DE LA MONDIALISATION NEOLIBERALE par Jules Falquet, CEDREF (Centre d’Enseignement, de Documentation et de Recherches pour les Etudes Féministes) – LCSP (Laboratoire du Changement Social et Politique)

La mondialisation néolibérale produit à la fois la globalisation d’un ensemble de discours et de pratiques sur la situation des femmes dans le monde ; et un notable accroissement des violences masculines contre les femmes (et/ou de leur visibilité), qu’elles soient militaires, économiques ou inter-personnelles, incluant les « féminicides ». On s’interrogera sur les discours et les pratiques de lutte contre ces violences, dans la double perspective ‘top-down’ telle qu’elle est construite par les Nations-Unies ou la Communauté européenne, et ‘bottom-up’ à partir des initiatives des mouvements de femmeset féministes.

WomenAtWar
Source : http://chrisblattman.com

  • Genre et dynamiques sociales pendant la guerre civile ougandaise de 1981-86 : Trajectoires de femmes-combattantes au sein du mouvement de guérilla de la National Resistance Army (NRA) par Pauline Bernard, Institut des Mondes Africains, Institut Français de Recherche en Afrique

Cette intervention étudie, à partir de témoignages et de récits de vie, les trajectoires de femmes engagées dans la guérilla de la National Resistance Army pendant la guerre civile de 1981-86 en Ouganda. Il s’agit d’examiner les relations de pouvoir internes à la guérilla, et de s’interroger sur la façon dont ces femmes combattantes ont renégocié leur place dans la société pendant cette période d’atomisation de l’ordre social.

  • Intervention militaire et libération des femmes par Aurélie Knüfer, Centre d’Histoire des Systèmes de Pensée Moderne
L’objet de notre exposé sera d’examiner une controverse politique et

philosophique virulente – celle qui, au milieu du XIXème siècle, divisa partisans et opposants d’une intervention militaire en faveur de la liberté des femmes mormones supposées être opprimées et victimes de la polygamie. Cette controverse est particulièrement intéressante car elle pose sans doute pour la première fois, de manière aussi explicite, l’émancipation féminine comme visée d’une entreprise guerrière.

Dans De la Liberté (1859), en effet, John Stuart Mill récuse le projet d’une « civilisade », c’est-à-dire d’une « croisade civilisatrice » contre les Mormons ; projet défendu notamment par Thomas Taylor Meadows dans un « Essai sur la civilisation » (1856) aujourd’hui oublié. Pour celui-ci, tandis que la polygamie des “barbares” musulmans ou chinois serait acceptable, parce qu’elle serait l’expression de leur “arriération” quasi-naturelle, chez un peuple “civilisé”, en revanche, il ne serait pas possible d’admettre une telle institution, et ce parce qu’elle menacerait de l’intérieur la “civilisation” elle-même dont le mariage monogame serait un des principaux piliers : les Mormons constituent donc l’ennemi intérieur qu’il s’agit à ses yeux tout simplement de détruire. L’enjeu pour John Stuart Mill est de montrer qu’une telle argumentation est en réalité l’expression de la domination masculine et la perversion d’un “libéralisme” véritablement soucieux de l’affranchissement des femmes.

Définitions de la “civilisation” et de la “barbarie”, réflexion sur le statut du mariage, sur l’asservissement des femmes ainsi que sur les modalités de leur libération constituent alors l’horizon de ce débat dont il n’est pas nécessaire de rappeler ici les prolongements contemporains. Cette étude sera donc l’occasion d’interroger, d’une manière plus générale, les discours de légitimation de la guerre au nom de l’émancipation féminine, ainsi que la défense de la liberté des femmes comme argument privilégié de l’intervention dite “humanitaire”. Se contenter d’évacuer cet argument, en affirmant qu’il ne serait qu’un prétexte visant à dissimuler des entreprises de conquête n’est en effet pas suffisant : il est au contraire nécessaire, pour la théorie du genre, de le prendre au sérieux, d’en saisir toutes les implications afin d’en produire une véritable critique.

  • Visibilité et occultation des violences masculines envers les femmes au Nicaragua (1979-2013)  par Delphine Lacombe, École des hautes études en sciences sociales, Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace

La communication abordera les modes d’occultation et de visibilité des violences masculines contre les femmes dans le contexte nicaraguayen (1979-2013). En réinscrivant l’analyse dans le long terme, il s’agit de repositionner les registres de visibilité des violences dans leur historicité et dans leur articulation avec les configurations guerrières, les régimes politiques, les actions collectives des femmes et le contexte international de « l’aide au développement ». Nous montrons par quels processus de qualifications la dénonciation des violences envers les femmes est devenue sinon légitime, du moins audible, mais toujours au prix de l’occultation de leurs ressorts de genre.