Archives par mot-clé : guerres

Les lois genrées de la guerre – CLIO, Femmes, Genre, Histoire

L’équipe “Genre et société” du LARHRA et le comité de rédaction de la revue CLIO, Femmes, Genre, Histoire présente :

Les lois genrées de la guerre

Le 26 juin 2014

Table ronde organisée de 18h30 à 20h

au Centre d’histoire de la résistance et de la déportation

À l’occasion de la parution du n°39 de CLIO, Femmes, Genre, Histoire, la revue porte son regard sur les femmes et les conflits. Depuis la fin du XXe siècle, l’étude a été renouvelée d’un côté par l’approche anthropologique du fait guerrier et une attention portée à l’intime, de l’autre par la focale mise sur les sorties de guerre. La dénonciation de la violence sexuelle et la protection des populations civiles ont été de plus en plus prises en compte au niveau international et ces questions ont attiré l’attention des chercheurs. Ainsi, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les violences faites aux femmes et la mixité croissante de la sphère militaire ont constitué un marqueur fluctuant de ce que l’on nomme « les lois de la guerre ».

  • Avec Fabrice Virgili, historien, directeur de recherche au CNRS-IRICE Paris I Panthéon-Sorbonne et membre du comité de rédaction de CLIO, Femmes, Genre, Histoire,
  • Isabelle Delpla, professeur de philosophie à l’Université Jean Moulin-Lyon III,
  • Françoise Thébaud, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université d’Avignon,
  • Christiane Klapisch-Zuber, directrice d’études à l’EHESS.
Flyer d’invitation en PDF : Invitation CLIO CHRD

The place of women in war 1914-2014 [call for papers]

Résumés avant le 12 avril – Sarajevo

 

The place of women in war 1914-2014

Sarajevo, June 7th and 8th 2014

The Women in War inaugural conference will take place in Sarajevo on June 7th and 8th, with the support of the University of Sarajevo’s Gender department.

2014 marks the centennial of the start of World War One and a greater visibility of women in armed conflict.

As well as the numerous commemorative events and conferences that will be taking place, this centennial is a unique opportunity to assess the experience and consequences of war on women twenty years after the war in the ex-Yugoslav area (1991-1995), with a look towards the past as well as at conflicts of the same period, namely Rwanda.

This conference is the first academic one of its kind to be held in Sarajevo, we invite proposals for papers in the following or related areas. Although the focus is Bosnia, the examples can be taken from other regions of the world.

  • Gender and Armed Conflict
  • Women in and around the Military
  • War time rape
  • Gender and Nationalism
  • Gender and Post-war reconstruction
  • Men, Masculinity and War
  • Gendered Memories of War and Political Violence

Abstracts of max. 350 words should be submitted by April 12 to carolmann33@gmail.com and nermina.trbonja@gmail.com

Authors of abstracts (selected or not) will be informed by May 1st 2014

Keynote speakers :

Cynthia Cockburn (to be confirmed)
Elissa Helms (confirmed) Gender Studies at the Central European University in Budapest, Hungary
Stef Jansen, University of Manchester (to be confirmed)

Source : RING, 04/03/2014

Maria Thanopoulou : À la recherche de la mémoire des Femmes dans la Guerre – Notes méthodologiques

[Résumé] La recherche sur la mémoire des femmes dans la Seconde Guerre mondiale offre sur un champ riche et étendu qui doit être délimité. Avec, comme point de départ de notre réflexion, le cas de la Grèce, en mettant l’accent sur la recherche de la mémoire orale, nous abordons quelques questions méthodologiques qui pourraient servir à délimiter ce champ. Quel objectif sous-tend cette recherche et régit le fil conducteur de l’enquête orale ? Qu’est la « mémoire des femmes », quelles femmes en sont porteuses ? Qui interroger et comment ? Quel matériel mnémonique obtenons-nous à la suite d’une enquête orale ? Par ce type de questions, nous visons à montrer que la recherche sur la mémoire des femmes dans la guerre est un processus dynamique dont les traces sont vivement imprégnées du matériel recueilli au cours de l’enquête. Ainsi est-il impossible d’étudier le contenu de cette mémoire sans prendre en considération les conditions sociales, spatiales et temporelles qui en ont favorisé l’émergence et le recueil et ont influencé sa forme.

Lire la suite : Cahiers balkaniques

Référence papier

  • Maria Thanopoulou, « À la recherche de la mémoire des Femmes dans la Guerre », Cahiers balkaniques, 41 | -1, 221-228.

Référence électronique

  • Maria Thanopoulou, « À la recherche de la mémoire des Femmes dans la Guerre », Cahiers balkaniques [En ligne], 41 | 2013, mis en ligne le 16 mai 2013, consulté le 17 novembre 2013. URL : http://ceb.revues.org/3951 ; DOI : 10.4000/ceb.3951

Femmes & Guerres : One person crying Women and War – L’affiche

Femmes&Guerres_OnePersonCrying

ONE PERSON CRYING: Women and War, an exhibition by award winning photojournalist Marissa Roth, is a 28-year, personal global photo essay that addresses the immediate and lingering effects of war on women. Roth states, “In an endeavor to reflect on war from what I consider to be an underreported perspective, the project brought me face to face with hundreds of women who endured and survived war and it’s ancillary experiences of loss, pain and unimaginable hardship.”

The photographer’s journey took her from Novi Sad, Yugoslavia in 1984, to its conclusion in Oradour in 2013. The ninety one photographs cover twelve conflicts over a twenty-eight year time period, starting with the photographer’s own history as a child of Holocaust refugees. Additionally, the exhibition includes panels with historical perspectives and references to the wars addressed by Roth.

The exhibition is supplemented by the collection of unedited archives on the women of Oradour, which were taken from the Cahiers de Denise Bardet, institutrice a Oradour, (Denise Bardet’s Journal, teacher at Oradour) one of the 246 women that were victims of the Oradour massacre. She kept a diary from 1940 to 1944 that provided insight in to the life and thoughts of a French woman during World War II.The collection of projections (testimonials and documentaries) describes the conditions of life and the violence perpetrated against women during wars, which supports the work of Marissa Roth.

The exhibition was curated by Howard Spector, Los Angeles, CA, co-director of the South Pasadena Arts Council (SPARC), an NGO consultant, and panelist for the National Endowment for the Arts and the US Dept. of Education.

Exhibition representation made by Photokunst, agency specializes in cause-oriented fine art photography and photojournalism. Photokunst is honored to launch and travel this important and timely exhibition.

ONE PERSON CRYING: Women and War, debuted at The Museum of Tolerance, Los Angeles from August 16 to October 25, 2012. It was presented in Berlin, and now in Oradour, France. The exhibition will be available for travel to additional venues from May 2014 through December 2015.

Document PDF : One Person Crying – Women and War

Femmes et guerres : One person crying, Women and war

Le centre de la mémoire présente : « Femmes et guerres : One person crying, Women and war ».

À l’aide de plus de 90 photographies noir et blanc, Marissa Roth, photoreporter américaine, aborde les effets immédiats et durables de la guerre sur les femmes. Le voyage de la photographe débute à Novi Sad en Yougoslavie en 1984 et se conclut à Oradour en 2013. Les photographies couvrent une dizaine de conflits mondiaux au long d’une période de travail de 28 années qui commence avec l’histoire personnelle de Marissa Roth en tant que fille de réfugiés de l’Holocauste.

L’exposition inclut des panneaux qui fournissent des références historiques et reviennent sur le déroulement des guerres abordées par la photographe. Un ensemble de projections (témoignages, documentaires), d’ouvrages, d’archives se rapportant aux violences faites aux femmes lors des guerres complète le travail photographique de Marissa Roth.

« Il n’y a pas de sang ni d’armes dans ces images, juste le souvenir de ces vies passées dans un après-guerre sans fin comme toile de fond » Marissa Roth

© Marissa Roth
© Marissa Roth

Source : Centre de la mémoire / Oradour-sur-Glane