Archives par mot-clé : histoire des femmes

Christine Détrez : “Il serait temps de s’énerver un peu…”

Introduction de Christine Détrez, sociologue, écrivaine, directrice du Centre Max Weber à Lyon, à l’occasion de l’exposition “24 héroïnes électriques” (Galerie Artemisia, ENS de Lyon).

Christine Détrez à l’inauguration de l’exposition « 24 héroïnes électriques, jeudi 12 décembre 2019. Photo David Gauthier (ENS Culture).

8 philosophes, 8 guerilleras, 8 artistes vous/nous regardent donc ce soir. 24, et il y aurait pu y en avoir beaucoup plus. 24, et il a fallu choisir. Des femmes qui résistent, qui révolutionnent les idées, la musique, la politique. Et pourtant, nombreuses sont les études qui le montrent, elles sont encore absentes, trop absentes, des livres d’histoire, des musées, des encyclopédies de l’art, des programmations de salles ou de festivals, des palmarès divers et variés sacrant les 100 penseurs importants de notre siècle, de notre millénaire, de notre galaxie. Tout un travail de recherche est donc nécessaire, et est entrepris aujourd’hui notamment par des chercheuses et des associations féministes, pour corriger cette myopie, ou pire cette cécité dont souffre notre société quant à la place des femmes. Cécité à laquelle nous sommes tellement habitué.es que nous ne nous apercevons même pas de cette absence, que nous ne la voyons pas. Les historiennes ont d’ailleurs inventé une bien belle expression, celle du « masculin neutre », pour exprimer cet étrange phénomène par lequel nous prenons pour neutre, pour universel, ce qui est écrit, composé,… par les hommes. Ne parle-t-on pas de « littérature féminine », de festival de voix de femmes, etc. ?

La philosophe Michèle Le Doeuff –et peut-être son portrait sera-t-il à l’honneur d’une deuxième édition des héroïnes électriques- décrit comment l’exclusion des femmes se joue en trois manches. Le premier temps est l’interdiction à exister -comme philosophe, comme scientifique, comme autrice, comme musicienne et la liste pourrait être déclinée à l’envi. Si elles existent envers et malgré toutes les embûches et obstacles, intervient ensuite le déni de réalité (non, il n’y a pas de femmes artistes/philosophes, etc…), puis, dans une troisième et ultime éradication, le déni de valeur (elles ne sont pas de bonnes artistes, de bonnes philosophes, de bonnes chanteuses…). Et Michèle Le Doeuff de conclure, « il serait temps de s’énerver un peu… »1.

Et justement, ces regards nous frappent également par leur détermination. Ce ne sont pas uniquement des femmes qui sourient, des douces, des gentilles. Elles sont assurées, déterminées, des femmes en colère. Là aussi, dans une société où l’on continue à élever les filles et les garçons différemment, à réserver le care aux unes et la guerre aux autres, ne pas sourire, ne pas baisser les yeux, s’affiche comme une façon de résister aux normes, auxquelles nous sommes perpétuellement rappelé.es à l’ordre. Il y aurait même parait-il des opérations de chirurgie esthétique destinées à corriger l’expression du visage au repos, quand celle-ci est trop « triste »… Rappel à l’ordre, pour rentrer dans le rang.

Tout cela a des effets très concrets sur les filles ET sur les garçons : un monde où les héroïnes ne sont pas représentées, c’est un monde où les filles ne peuvent pas se projeter, ne peuvent pas s’identifier. C’est un monde où l’on se prive du regard des femmes, ce fameux Female Gaze dont on commence enfin à parler au cinéma, notamment grâce aux films de Céline Sciamma. Nul essentialisme dans cette idée de regard féminin, juste la conscience d’un art et d’une parole toujours situées et contextualisées. C’est un monde où les garçons n’ont accès qu’à une partie des émotions, où l’on est sommé de bien rester à sa place : la colère versus la sensibilité, l’ambition versus la discrétion, et on pourrait ainsi multiplier les séries dichotomiques de notre vision binaire.

Je conclurai en revenant sur la question de la cécité. Une métaphore souvent employée pour désigner les études de genre est celle des lunettes : on chausserait enfin les lunettes du genre pour voir autrement cette réalité biaisée. Il me semble qu’il serait plus approprié de parler d’opération de la cornée : tant, dès que l’on en a pris conscience, on ne peut plus s’en défaire, on ne peut plus revenir au flou… Garder ces regards fichés en nous, c’est de cela qu’on peut remercier aussi FanXoa.

Je finirai –forcément- par un “Salut à toutes”, réinterprété au féminin récemment avec le groupe Bagarre2, mais également par un titre de sociologie encore d’actualité : Allez les filles !!!3.

Christine Détrez, jeudi 12 décembre 2019. MàJ 03/01/2020.

Quelques ouvrages clés :

  • Christine Detrez, Olivier Vanhée, Mangaddicts, Brill, 2019.
  • Christine Détrez, Les femmes peuvent-elles être de grands hommes ? : sur l’effacement des femmes de l’histoire, des arts et des sciences, Paris, Belin, 2016.
  • Christine Détrez, Quel genre ?, Éditions Thierry Magnier, 2015.
  • Christine Détrez, Femmes du Maghreb, une écriture à soi, Paris, La Dispute, 2012.
  • Christine Détrez, Anne Simon, A leur corps défendant : les femmes à l’épreuve du nouvel ordre moral, Paris, Seuil, 2006.
  • Christine Détrez, La construction sociale du corps, Paris, Éditions du Seuil, 2002.

Image « à la une » : FanXoa, « Feminist Dazibao », 2019.

Notes

  1. Le Doeuff Michèle, Le sexe du savoir, Paris, Alto Aubier, 1998, p. 10 []
  2. NDLR. Comme signalé sur notre blog graphique, le titre « Salut à toi » (devenu « Salut à toutes« ) a été féminisé sur une idée de Pauline Monin de la Compagnie Inanna dont la pièce « La Rivière sous la rivière » sera jouée le 10 mars 2020 au Théâtre Kantor à l’ENS de Lyon à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes []
  3. Baudelot Christian, Establet Roger, Allez les filles !, Paris, Éditions du Seuil, 1992 []

Pour une histoire populaire des femmes. Michelle Zancarini-Fournel à la Bibliothèque Diderot de Lyon

La Bibliothèque Diderot de Lyon recevra l’historienne Michelle Zancarini-Fournel à propos de son livre les Luttes et les rêves, publié aux éditions la Découverte. Actuellement professeure à l’Université Claude Bernard Lyon 1, membre du Larhra, elle nous parlera aussi de son métier d’historienne, et de sa carrière tournée vers l’histoire populaire et vers l’histoire des femmes.

La rencontre sera animée par Muriel Salle, maîtresse de conférences à l’Université Claude Bernard Lyon 1, membre du Larhra.

Mardi 7 novembre
17h – 19h
Hall de la bibliothèque – site Descartes

Entrée libre

____________

BIBLIOTHÈQUE DIDEROT DE LYON
____________

Site Descartes
5, parvis René Descartes | Lyon 7e
Métro/Tram Debourg | Vélo’v 7005 Debourg/JeanJaurès
+33 (0) 4 37 37 65 00
www.bibliotheque-diderot.fr

Séminaire de l’axe « Genre et sociétés » – LARHRA 2017-2018

Programme de l’axe « Genre et sociétés » organisé par le Larhra.

Dates : du 28/09/2017 au 17/05/2018
Horaires : 10:0017:00
Type : Séminaire

Responsables : Pascale Barthélémy, Manuela Martini et Marianne Thivend

L’axe « Genre et société » du LARHRA travaille sur la dimension sexuée des phénomènes et processus historiques, partant du constat que les sociétés et les institutions que nous étudions sont confrontées aux questions propres à l’identification du « masculin » et du « féminin » et aux rapports de pouvoir qui en découlent. Le fil rouge du genre, c’est-à-dire la construction sociale des identités masculines et féminines, permet de revisiter l’histoire des politiques publiques, celle des acteurs et des actrices à l’échelle individuelle comme celle des groupes sociaux et socio-professionnels. L’équipe souhaite mettre l’accent sur les relations entre identités et pratiques sociales, entre réalités et modèles, entre stratégies individuelles et expériences collectives. Les questions abordées dans ce séminaire concernent tout autant la présence des femmes que les constructions sociales du genre et les définitions mouvantes et historicisables du « féminin » et du « masculin ».

Le séminaire de l’axe s’organise en deux semestres et en trois journées, de 10h à 17h, pour chaque semestre. Les matinées sont consacrées à un travail avec les étudiant.es, c’est-à-dire à la lecture critique d’articles écrits par les intervenant.es de l’après-midi.

Le séminaire est ouvert aux étudiant.es de master 1 et 2 (Master Études sur le genre / Matilda et Master histoire moderne et contemporaine) mais aussi aux doctorant.es et à toute personne intéressée. Les étudiant.es peuvent le valider dans le cadre de leur cursus de Master à l’ENS de Lyon et à l’Université Lyon 2. La validation de chaque semestre (5 ECTS par semestre) se fait sur la base d’une participation active aux séances, d’un compte-rendu de lecture oral sur l’un des thèmes proposés ou d’une synthèse de quelques pages (12 000 signes max) mettant en valeur l’apport des séances pour les recherches individuelles en master.

1er semestre (Genre et société 1 et 3)       Lieu : ENS- Site Descartes- D2 018

Genre et histoire transnationale

* 28 septembre : Genre, religions et Histoire transnationale (séance animée par Caroline Muller)

               1/ Carol HARRISON  (University of South Carolina) : « Les vacances romaines d’Alphonse de Ratisbonne. Une conversion entre Rome et Paris au XIXe siècle »

               2/ Xenia von TIPPELSKIRCH (Humboldt – Universität zu Berlin) : « L’intersectionnalité et l’histoire des différentes formes de domination à l’époque moderne. Études de cas ».

★ ★ ★

* 19 octobre : Genre et travail à l’échelle transnationale (séance animée par Michelle Zancarini-Fournel)

            1/ Isabelle MORET (Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne) : « Universalité versus genre, l’OIT et le travail des femmes dans l’entre-deux-guerres »

            2/ Françoise THÉBAUD (université d’Avignon) : « Le genre de l’Organisation internationale du travail (OIT) : quelques enseignements à partir de la carrière de Marguerite Thibert (1886-1982) »

★ ★ ★

* 30 novembre : Histoire inter/transnationale et Histoire des femmes et du genre (séance animée par Manuela Martini)

            1/ Francisca DE HAAN (CEU – Budapest) : «Writing Inter/Transnational History: The Case of Women’s Movements and Feminisms, XXe C. »

           2/ Barbara CURLI (Université de Turin) : « Politiques et actrices de l’égalité en Europe: du Traité de Rome aux directives des années 1970 »

2ème semestre (Genre et société 2 et 4)

Genre et Sexualités

* 8 février 2018 : « Démasqué.e.s » (séance animée par Mathilde Méheust-Rossigneux)

            1/ Pauline MORTAS  pour son livre : Une rose épineuse. La défloration au XIXe siècle en France, PUR 2017, coll. Mnémosyne.

            2/ Romain JAOUEN pour le prix Mnémosyne 2017 : L’inspecteur et l’ « inverti ». La police face aux sexualités masculines à Paris, (1919-1940). A paraître en 2018.

★ ★ ★

* 15 mars 2018 : Sexualités et éducations à la sexualité (séance animée par Muriel Salle)

Lieu : ENS Lyon (Site Descartes), salle D2 018

            1/ Rachel JEAN-BAPTISTE (University of California-Davis) : « Métissage et sexualités en contexte colonial ».

            2/ Muriel SALLE (Université Lyon 1) : « Éducation à la sexualité, France des années 1960-1980 ».

★ ★ ★

* 5 avril 2018 : Archives de soi, photographies (séance animée par Damien Delille)

Lieu : ENS Lyon (Site Descartes), salle D2 020

            1/ Philippe ARTIÈRES (CNRS-EHESS) : « Archives de soi : rapports entre écrits et photographies »

            2/ Damien DELILLE ( LARHRA- Université Lyon 2) : Archives médicales et image photographique des « sexualités intermédiaires » : le cas Magnus Hirschfeld »

★ ★ ★

* 17 mai 2018 :   Séance de conclusion. Retour sur l’histoire transnationale et globale. (séance animée par Manuela Martini)

Lieu : ENS Lyon (Site Descartes), salle D2 002

            1/ Sandrine KOTT (Université de Genève) : « Les Organisations internationales,  terrains pour une histoire transnationale L’exemple de l’OIT »

            2/ Dorit GEVA (CEU-Budapest) : « Globalising gender : la sociologie du genre dans une perspective globale ».

Source : Larhra

Écrire l’histoire des femmes et du genre : un projet scientifique collectif, un parcours individuel – 21 septembre 2017

Annonce d’une grande conférence à l’occasion des trente ans de l’ENS.

Écrire l’histoire des femmes et du genre : un projet scientifique collectif, un parcours individuel

CONFÉRENCE GRAND PUBLIC
21 septembre 2017
Séance : 18h30

Lieu(x) : Site Descartes – 15 parvis René Descartes

Françoise Thébaud est professeure émérite de l’Université d’Avignon, codirectrice de la revue Clio. Femmes, Genre, Histoire, membre du LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » et chercheuse associée à l’Institut des études Genre de l’Université de Genève.

Histoire des hommes écrite par des hommes, la discipline historique a longtemps été pensée au masculin. Tissant l’individuel et le collectif, la conférence propose de retracer près d’un demi-siècle de développement d’un champ de recherches qui a peu à peu imposé le sujet Femmes puis les approches de genre.

Accessibilité : personne à mobilité réduite (accès total)

Durée : 1h30

Lieu : Amphithéâtre Descartes

Pour vous, Mesdames ! La mode en temps de guerre [exposition]

Jusqu’au 13 avril 2014, le CHRD explore une nouvelle facette de la vie à Lyon pendant la guerre, en se penchant sur un thème rarement abordé : celui de la mode et du vêtement.

Pour vous, Mesdames ! La mode en temps de guerre retrace l’énergie déployée par les femmes pour continuer à se vêtir avec élégance malgré les restrictions et les difficultés de la vie quotidienne.

Bien loin de la légèreté supposée du sujet, le vêtement et la mode représentent un enjeu culturel et économique important pendant la guerre et révèlent les stratégies mises en place par une société soumise à la pression des événements. Tandis que l’immense majorité des femmes, subissant de plein fouet les restrictions, récupère, recycle et transforme pour conserver allure et dignité, une minorité d’entre elles reste cliente de quelques maisons de haute couture et s’achète les robes de créateurs réputés, dont l’activité et la main d’oeuvre qualifiée sont jalousées par les Allemands. La presse féminine de l’époque se charge d’établir un lien entre ces deux manières d’être et de s’habiller, offrant aux premières les informations sur les collections et les astuces nécessaires pour suivre la mode « en toutes circonstances ».

Source : CHRD – Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation