Archives par mot-clé : indépendance

Le genre des indépendances. Comment genrer les indépendances ? Colloque – 18 & 19 juin 2019

Annonce du colloque organisé par Naomi Davidson, Université de Chicago, Centre à Paris.

Ce colloque a pour but d’élargir les champs de recherche sur le genre et les luttes pour l’indépendance. Pendant ces deux jours, nous chercherons à (re)définir les limites des indépendances, en trouvant des convergences et divergences entre la vague des indépendances en Amérique latine du XIXe siècle, celles des États post-ottomans ou post-habsbourgs après la première guerre mondiale, jusqu’aux indépendances des pays africains et asiatiques entre les années 1940-1970.

Programme

Mardi 18 Juin

13h20-13h40 : Accueil et café

13h40-13h45 : Mot de bienvenue de la Directrice Académique Leora AUSLANDER (Université de Chicago)       

13h45-14h00 : Introduction               

  • Naomi DAVIDSON (Université d’Ottawa/Université de Chicago Centre à Paris)

14h00-15h30 : Race et genre en Amérique Latine à l’heure des indépendances 

Présidente : Capucine BOIDIN (IHEAL-Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)         

  • Federica MORELLI (Université de Turin), « Race et genre dans les indépendances hispano-américaines »
  • Lissell QUIROZ (Université Rouen Normandie), « Les indépendances latino-américaines au prisme de la théorie féministe décoloniale »
  • Frédéric SPILLEMAEKER (EHEHI Casa de Velázquez – EHESS), « La masculinité guerrière dans l’Indépendance de l’Amérique hispanique (Nouvelle-Grenade et Venezuela, 1810-1831) »

15h30-15h45 : Pause café

15h45-17h45 : La construction et l’effacement du genre et identité(s) en Europe centrale

Présidente : Morgane LABBÉ (EHESS)  

  • Nevila PAHUMI (Independent Scholar), « Which Feminism Will be Ours? Feminism, Agency and Print Culture in Post Ottoman Albania »
  • Sara BERNASCONI (Universität Zürich), « Le genre des non nommé(e)s – la Bosnie en transition de colonie habsbourgeoise au Royaume des Serbes, Croates et Slovènes»
  • Malgorzata MAZUREK (Columbia University), « Erasing Gender, Creating Abstraction: The Making of Developmental Thought between Poland and the World, 1930-1960 »
  • Tara ZAHRA (University of Chicago), « The Gender of Deglobalization »

Pot : 17h45-18h45

Mercredi 19 Juin

9h30-11h30 : Femmes des luttes, femmes d’état : Engagement féminin en Afrique et au Maghreb

Président : François GUILLEMOT (IAO-ENS de Lyon)

  • Nassima MEKAOUI-CHEBOUT (EHESS) et Elise ABASSADE (Paris 8 et La Manouba), « De l’engagement de femmes au genre des militantes : Béatrice Slama, communiste « israélite » à Tunis et Rima, jociste « musulmane » à Alger.  Perspectives comparées. »
  • Pascale BARTHÉLEMY, (ENS de Lyon, en délégation à l’Imaf) « Les indépendances invisibles : Le Conseil international des femmes et la naissance des conseils nationaux de femmes dans les pays africains (1957-1963) »
  • Natalya VINCE (University of Portsmouth and Netherlands Institute for Advanced Study), « Female University Students, the family and state building in 1960s and 1970s Algeria »
  • Sílvia ROQUE (Universidade de Coimbra), « De l’Héroïne officielle aux héroïnes oubliées : notes sur l’évolution des mémoires de la libération de Guinée-Bissau »

11h30-11h45 : Pause café

11h45-13h15 : Le genre de l’intime et des émotions entre l’Afrique et l’Europe

Présidente : Christina WU (Paris 1)

  • Elena VEZZADINI (CNRS-Imaf), « L’émancipation des femmes au prisme de la presse : débats sur la « question féminine » au Soudan autour de l’indépendance, 1950-1956»
  • Françoise BLUM (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains) et Ophélie RILLON (CNRS-LAM), « Une histoire de famille à l’épreuve des indépendances africaines »
  • Ulrike SCHAPER (Freie Universität Berlin), « Women as the last colonial good: Fighting “Third World” sex tourism in West Germany »

13h15-14h15 : Déjeuner                                

14h30-15h15 : Conférence : Quel « genre » avant l’invasion coloniale? Éclairages féministes sur la théorie décoloniale latino-américaine et des Caraïbes

  • Jules FALQUET (Université de Paris, CEDREF-LCSP)

15h15-15h30 : Pause café

15h30-17h00 : Conférence de Clôture de Todd SHEPARD (Johns Hopkins University) et débat

Présidente : Michelle ZANCARINI-FOURNEL (Université de Lyon I, LARHRA)

Source : Calenda

La Maquisarde, l’hommage à sa mère, de l’écrivaine Nora Hamdi [2014]

[ndlr] Témoignage de Nora Hamdi.

« C’est ma mère. Je la regarde sans mots. De sa vie, de ses quinze ans en Kabylie, je sais peu de choses. Presque rien. Ma mère était paysanne, elle cueillait des olives, elle surveillait les moutons. Elle dormait sur la terre battue et ne connaissait ni l’école, ni la liberté. Longtemps je n’ai pas osé la questionner. Puis j’ai enquêté, je suis partie en Algérie. J’ai découvert que ma mère, timide et discrète, était une héroïne. Qu’elle avait connu, si jeune, le maquis, la résistance, la fuite, le camp. Sans doute la torture et la violence des hommes. J’ai compris aussi qu’elle avait aimé la fraternité et la vraie liberté… »

Source : Grasset

Birangona: Women of War – Official Trailer

Komola Collective presents
Birangona: Women of War
by Samina Luthfa & Leesa Gazi

2014 UK show dates:
21-23 March 2014 at Rich Mix, London at 7:30pm. Matinee show on 22nd at 2:30pm
9-20 April 2014 at Lost Theatre, London at 7:30pm. Sunday Shows at 5pm
1-2 May 2014 at Grange Arts Centre, Oldham at 7:00pm
3-4 May 2014 at Seven Arts, Leeds at 7:00pm
11 May 2014 at The Drum, Birmingham at 6:00pm
16-17 May 2014 at New Wimbledon Theatre at 7:30pm
19 May 2014 at Fullwell Cross Leisure Centre, London at 6:00pm

Komola Collective is a London-based arts company dedicated to telling the stories that often go untold — stories from women’s perspectives.

In the 1971 Bangladesh War of Independence from Pakistan, more than 200,000 women and girls were systematically raped and tortured as part of the Pakistani army’s war strategy. After Bangladesh gained independence, the war effort was acknowledged as a popular struggle. ‘Freedom Fighters’ were championed, but these women were ignored by a society in which rape is considered a source of shame for the victims. Marked with dishonour, they were silenced, ostracised and forgotten. 42 years on, Komola Collective wants to help break this silence.

Creative Team:

Script: Samina Lutfa
Research, Concept and Performance: Leesa Gazi
Direction: Filiz Ozcan
Stage Design and Animation: Caitlin Abbott
Lighting Design: Nasirul Haque Khokon
Videography: Fahmida Islam
Sound Design: Ahsan Reza
Stage Manager: Dominic Gomes
Production Manager: Md. Fakhruzzaman
Performance: Farhad Chowdhury Noyan
Vocals: Sohini Alam
Facilitator: Sadaf Saaz Siddiqi
Poems: Tarfia Faizullah

Synopsis:

Moryom is a young woman who loves the taste of tamarind, the smell of her grandmother, and holding her husband’s hand. It is 1971, the year that the war of independence tears through Bangladesh, and no part of the country is untouched. The Kalbosheki Storm is coming. In a small village, Moryom and her family await its arrival. Every day, they hide from soldiers in the pond behind their house, while across the country, women are disappearing from streets and homes. When the storm finally hits, it will tear away everything.

This piece uses physical performance, choreography and animation interwoven with films of the real Birangona women’s accounts to tell their stories.