Archives par mot-clé : journalisme

‘I Won’t Leave Vietnam,’ Detained Blogger Says, Promising to Stay to Work For Change [RFA]

La blogueuse et journaliste Pham Doan Trang récipendiaire d’un prix à Prague pour les Droits de l’homme décide de rester dans son pays pour poursuivre son action en faveur de la démocratie.

A Vietnamese activist blogger now under house arrest in Hanoi says she will not travel outside the country to receive a human rights award in March, vowing instead to remain in Vietnam to work for change in the one-party communist state.

Pham Doang Trang, author of a recently published book on political engagement that has angered Vietnamese authorities, wrote on Wednesday on her Facebook page that she will not attempt to go abroad to receive her prize.

“I haven’t gone abroad and don’t plan to, not even for a few days to receive the Homo Homini Prize in the Czech Republic on March 5,” Trang said.

“I will never leave Vietnam until Vietnam has changed.”

“When one is like a fish that has been born in a dirty and polluted pond, one can either find one’s way to a nicer and cleaner pond nearby or to the vast ocean, or one can try to change one’s own pond to make it beautiful, breathable, and worth living in,” Trang said.

“I choose this second option,” she said.

« She will never surrender’

L’ouvrage de Pham Doan Trang, « La politique pour tous », publié aux États-Unis en septembre 2017 © DR

Speaking on Wednesday to RFA’s Vietnamese Service, Trang’s mother Bui Thi Thien Can praised her daughter for her “beautiful ideals,” saying Trang “cannot and will never surrender or betray the path she has begun.”

Trang wrote her book, Politics for Everyone, to equip the Vietnamese public with basic knowledge about politics “so they won’t be afraid of politics or try to avoid it, especially youth and students who are afraid of the security forces,” Can said.

“I am very proud of having a daughter as smart and brave as Trang,” she said.

Security officers apprehended Trang on Feb. 24 to ask about her book and other activities and held her for 23 hours before returning her to her home under house arrest, fellow activists said at the weekend.

Copies of Trang’s book, which is considered politically sensitive in Vietnam, were seized by customs agents in the central coastal city of Danang on Feb. 9, when they were shipped into the country from abroad.

Trang recently received the Homo Homini Award from People in Need, an international human rights organization based in the Czech Republic that recognizes individuals dedicated to the development of human rights, democracy, and nonviolent solutions to political conflict.

Reported by RFA’s Vietnamese Service. Translated by Emily Peyman. Written in English by Richard Finney.

Source : Radio Free Asia

“Arrestation arbitraire et mise en résidence surveillée sans la moindre procédure… Les autorités vietnamiennes ne s’embarrassent même plus de camoufler leur répression de la liberté de la presse avec les habituels vernis de la légalité, déplore Daniel Bastard, responsable du bureau Asie-Pacifique de RSF. L’arrestation d’une journaliste comme Pham Doan Trang, reconnue internationalement pour son courage et la qualité de ses publications, représenterait un degré supplémentaire dans la course que se livrent les officiels vietnamiens pour étouffer les voix libres. La communauté internationale doit immédiatement en tirer les conséquences.”

Autres articles en vietnamien sur le blog Dân Làm Báo :

Illustration « à la une » : Dân Làm Báo © DR

La journaliste française Véronique Robert tuée en couvrant les combats à Mossoul

Décès d’une journaliste sur le front irakien. Véronique Robert avait 54 ans.

AFP, « La journaliste française Véronique Robert tuée en couvrant les combats à Mossoul », Le Monde, 24/06/2017. Elle était en reportage our l’émission « Envoyé spécial avec le Français Stéphan Villeneuve et l’Irakien Bakhtiyar Addad, tués par la même explosion d’une mine.

La journaliste Véronique Robert blessée en Irak est décédée, Le Figaro, 24/06/2017. Elle avait été prise lundi dans l’explosion d’une mine à Mossoul où elle était en reportage. Elle a succombé à ses blessures, a annoncé samedi France Télévisions.

Zoé Lauwereys, Mort de Véronique Robert : ses proches décrivent « une battante, une machine de guerre », Le Parisien, 24/06/2017. Grièvement blessée en Irak, Véronique Robert est décédée ce samedi à Clamart. La profession salue le courage et le travail de cette journaliste, mère de deux garçons.

 

Image « à la une » : Véronique Robert en 2007 à Dubaï. © AFP/Karim Sahib

 

 

 

Svetlana Alexievich: ‘Không yêu Stalin, Putin’ [BBC]

Article sur Svetlana Alexievich auteure de la remarquable enquête  La guerre n’a pas un visage de femme (Presses de la Renaissance, 2004) et Prix Nobel de littérature en 2015.

Svetlana Alexievich, người được giải Nobel văn học năm nay, nói phương pháp của bà là để “tiếng nói con người tự nói cho chính họ”.

Bà nổi tiếng từ 1985, khi đang là nhà báo 37 tuổi ở Liên Xô và xuất bản cuốn sách tư liệu đầu tiên, Chiến tranh không có khuôn mặt phụ nữ.

Tác phẩm này đã được nhà văn Nguyên Ngọc dịch sang tiếng Việt, ra mắt tại Việt Nam năm 1987.

Đó là lịch sử truyền khẩu về những phụ nữ Belarus tham gia Thế chiến Hai.

Lúc đó, Belarus vẫn sống trong tuyên truyền cộng sản, với đợt kỷ niệm 40 năm Liên Xô chiến thắng phát xít Đức.

Giọng văn của bà đã gây ra cơn sốc, và cũng là phong cách chung của bà sau này.

Alexievich từ nhiều năm đã được xem là ứng cử viên giải Nobel.

Nhưng loan báo năm nay vẫn gây bất ngờ, một phần vì bà không viết tiểu thuyết, mà tác phẩm của bà là của một nhà báo.

Trước đây chỉ có hai người không viết văn, Winston Churchill và Bertrand Russell, được giải Nobel.

Lire la suite : BBC, 10.10/2015.

A lire ou écouter :

  • David Caviglioli, Les vrais-faux témoins de Svetlana Alexievitch, L’Obs, BiblioObs, 10/10/2015. Une enquête intéressante sur l’utilisation délicate des témoignages oraux et l’élaboration d’une contre-histoire périlleuse. Un exemple pour réfléchir sur les tensions entre histoire orale, mémoire et reconstruction littéraire.
  • Ackerman Galia, Lemarchand Frédérick, « Du bon et du mauvais usage du témoignage dans l’œuvre de Svetlana Alexievitch. », Tumultes 1/2009 (n° 32-33) , p. 29-55. URL : www.cairn.info/revue-tumultes-2009-1-page-29.htm.
  • Rediffusion spéciale de l’émission Hors-Champs du 25 mars 2014 en compagnie de la lauréate : La Fabrique de l’Histoire, 08/10/2015.

« I’m searching life for observations, nuances, details. Because my interest in life is not the event as such, not war as such, not Chernobyl as such, not suicide as such. What I am interested in is what happens to the human being, what happens to it in of our time. How does man behave and react. How much of the biological man is in him, how much of the man of his time, how much man of the man. » (source : Alexievich Info).

Œuvres traduites en français :

  • Les Cercueils de zinc, [« Cinkovye mal′čiki »], Paris, Christian Bourgois, 1990, trad. de Wladimir Berelowitch, 285 p.
  • Ensorcelés par la mort, [« Začarovannye smert’û »], Paris, Plon, 1995, coll. « Feux croisés », trad. de Sophie Benech, 214 p.
  • La Supplication : Tchernobyl, chroniques du monde après l’apocalypse, [« Tchernobylskaïa molitva »], Paris, Lattès, 1999, trad. de Galia Ackerman et Pierre Lorrain, 267 p.
  • La guerre n’a pas un visage de femme, Paris, Presses de la Renaissance, 2004, trad. de Galia Ackerman et Paul Lequesne, 298 p.
  • Derniers témoins, Paris, Presses de la Renaissance, 2005, trad. d’Anne Coldefy-Faucard, 378 p.
  • La Fin de l’homme rouge ou le Temps du désenchantement (trad. du russe par Sophie Benech), Arles, Actes Sud,‎ 2013, 542 p.

Image « à la une » : Belarussian writer Svetlana Alexievich is seen during a book fair in Minsk, Belarus, in 2014. © Reuters / The Guardian.

 

Ta Phong Tan, libérée mais « expulsée » aux États-Unis

Les médias concernés par la protection des journalistes et des droits de l’homme ont annoncé la bonne nouvelle hier. La célèbre blogueuse dissidente Ta Phong Tan, ancienne policière, a finalement été libérée  après trois ans d’enfermement et une grève de la faim éprouvante.

Son cas a été pris très au sérieux par les autorités américaines et sa défense portée inlassablement par son compatriote dissident Nguyen Van Hai lui même libéré et expulsé aux États-Unis en octobre 2014. En mars 2013, alors qu’elle était toujours emprisonnée, Ta Phong Tan avait reçu le prix des « Femmes de Courage du Monde » décerné par Michelle Obama. Lors de son expulsion vers les États-Unis, Nguyen Van Hai avait prévenu qu’il ferait tout pour faire libérer Ta Phong Tan, celle avec qui il avait créé le Club des Journalistes Libres au Viêt-Nam huit ans plus tôt. Grâce à l’intervention américaine auprès des autorités vietnamiennes l’ancienne policière est certes libérée mais comme pour Nguyen Van Hai, elle est expulsée en urgence vers les États-Unis, destination traditionnelle pour les exilés politiques vietnamiens. Arrivée hier soir en Californie, visiblement émue, Ta Phong Tan a pu s’exprimer sur les conditions de son départ devant les journalistes de la communauté vietnamienne qui ont relayé l’information. Comme pour Nguyen Van Hai, la difficulté pour Tan sera désormais de se reconstruire et de s’insérer dans un tissu local encore largement hostile au pouvoir communiste vietnamien. La communauté vietnamienne des États-Unis reste divisée sur le soutien à apporter aux anciens prisonniers d’opinion issus de l’appareil communiste comme c’est le cas pour cette ancienne policière (expulsée du PCV et interdite d’exercer son métier en 2006). Janet Nguyen, la sénatrice de l’État de Californie, très engagée aux côtés des dissidents vietnamiens, se tenait à ses côtés lors de son entretien express à l’aéroport de Los Angeles.

La stratégie des autorités vietnamiennes qui consiste à expulser manu militari les dissidents les plus notoires vers les États-Unis suite aux fortes pressions exercées par ces derniers vise à épuiser les forces de la dissidence intérieure. Cette stratégie appliquée par la Chine populaire s’est révélée payante pour le pouvoir en place. Il est en effet plus difficile d’agir sur la situation intérieure en étant coupé du contexte économique et social tout en étant éloigné du pays. Mais selon la dissidente, il ne s’agit pas d’une expulsion sur le plan juridique mais du résultat de la pression américaine pour la faire libérer, elle s’explique à son arrivée à l’aéroport de Los Angeles :

« Ce n’est pas une expulsion parce que les Américains les ont forcés à me libérer et ils ont décrété « une suspension temporaire de l’exécution de la peine d’emprisonnement«  et non pas une décision d’expulsion ». [1]

Quoi qu’il en soit, Ta Phong Tan est ainsi la troisième dissidente à rejoindre les États-Unis après Cu Huy Ha Vu en avril 2014 et Nguyen Van Hai alias Dieu Cay en octobre 2014. Cependant, cette relative impuissance d’action des dissidents politiques exilés est compensée par leur regroupement dans un même pays et la possibilité de faire entendre leurs voix pour peser de l’extérieur sur l’évolution politique du Viêt-Nam. Ces dissidents parient beaucoup sur la puissance d’internet et, désormais libres de leurs faits et gestes, hissent leur action au niveau international. Symbolique forte : cette libération du 19 septembre intervient huit ans jour pour jour après la fondation du Club des Journalistes Libres à Saigon. Notons qu’il reste une douzaine de cyberdissidents journalistes dans les geôles de l’État communiste.

FG, MàJ 21/09/2015.

[1] Entretien retranscrit par le blog Dan Lam Bao : Blogger Tạ Phong Tần vừa đặt chân đến Mỹ, Dan Lam Bao, 21/09/2015.

TaPhongTan-cpj

La libération de Ta Phong Tan :

Son portrait sur le site d’Amnesty International :

Pham Thanh Nghien : “It’s not easy to tell the world what’s happening in Vietnam”

Pham Thanh Nghien is a blogger who was imprisoned for writing about human rights abuses in Vietnam. After surviving harsh jail conditions, she was released but is currently under house arrest.