Archives par mot-clé : littérature

Kim Lefèvre (1935-2021)

Nous annonçons tardivement le décès au mois d’août dernier de l’écrivaine et traductrice Kim Lefèvre. Petit rappel biographique ci-après, publié initialement en vietnamien sur la revue en ligne Diên Dan – Forum. Nous l’avions personnellement rencontrée en compagnie de l’écrivain Nguyên Huy Thiêp lors d’une soirée parisienne organisée par les éditions de l’Aube.

L’écrivaine Kim Lefèvre est décédé le 6 août 2021 à Marseille des suites d’une longue maladie, à l’âge de 86 ans.

Kim Lefèvre est née en 1935 au Vietnam, d’un père français et d’une mère vietnamienne. Elle fut diplômée de la Faculté de français de l’Université pédagogique de Saïgon avant de se rendre en France en 1960 pour étudier les lettres à la Sorbonne.

Après avoir obtenu son diplôme, Kim Lefèvre travailla comme comédienne de théâtre et commença son oeuvre littéraire. Son premier roman autobiographique, Métisse Blanche (B. Barrault, 1989), fut acclamé par la critique. Il fut suivi de trois autres romans et mémoires.

A partir de la fin des années 1980, Kim Lefèvre a traduit des romans et des nouvelles de Nguyen Huy Thiep, Duong Thu Huong, Phan Thi Vang Anh et Nguyen Quang Lap. Un Général à la retraite (L’Aube, 1990) fut le premier ouvrage de Nguyen Huy Thiep à être traduit dans une langue étrangère.

Œuvres de Kim Lefèvre :

Métisse blanche, Paris, Bernard Barrault, 1989 (J’ai Lu, 1990). (Cô gái lai da trắng, bản dịch của Dương Linh và Hoàng Phong, Nhà Xuất bản Nhã Nam và Nhà Xuất bản Hội Nhà văn, 2011.
Retour à la saison des pluies, Paris, Bernard Barrault, 1990 (La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1995)
Moi, Marina la Malinche, 1994 (Phébus, 2007)
Les Eaux mortes du Mékong, Paris, Flammarion, 2006 (Point, 2010)

Traductions du vietnamien :

* Dương Thu Hương, Histoire d’amour racontée avant l’aube (Chuỵện tình kể trước rạng đông), 1986
* Nguyễn Huy Thiệp, Un général à la retraite (Tướng về hưu), éditions de l’Aube, 1990
* Nguyễn Huy Thiệp, Le Cœur du tigre (Trái tim hổ), éditions de l’Aube, 1995
* Nguyễn Huy Thiệp, La Vengeance du loup (Sói trả thù), éditions de l’Aube, 1997
* Nguyễn Huy Thiệp, Conte d’amour un soir de pluie (Chuyện tình kể trong đêm mưa), éditions de l’Aube, 1999
* Nguyễn Huy Thiệp, L’Or et le Feu (Vàng Lửa), éditions de l’Aube, 2002
* Phan Thị Vàng Anh, Quand on est jeune (Khi người ta trẻ), éditions Philippe Picquier, 1996
* Nguyễn Quang Lập, Fragments de vie en noir et blanc (Những mảnh đời đen trắng), éditions Philippe Picquier, 1998

Source : https://www.diendan.org/nhung-con-nguoi/kim-lefevre-1935-2021

« Femmes & Littérature » – “Phụ nữ & Văn chương” – IDECAF 16-12-2020

Une manifestation scientifique rare qu’il convient de signaler. A cette occasion, l’écrivaine Nguyen Thi Hoang a pris la parole après cinquante années de silence.

Buổi toạ đàm rất thú vị tại Idécaf – Viện Trao đổi Văn hóa với Pháp do Viện Pháp tại TP.HCM / Institut français de HCMV tổ chức với chủ đề “Phụ nữ & Văn chương”. Các diễn giả tài năng Việt Nam đã biến buổi tối tuyệt vời này thành công thực sự.

Table ronde très intéressante à l’IDECAF organisée par l’Institut Français sur le thème « Femmes & Littérature ». Les talentueuses intervenantes vietnamiennes ont fait de cette soirée enrichissante, un réel succès.

Source : Consulat général de France à Ho Chi Minh-Ville. URL : https://www.facebook.com/permalink.php?id=1764765263830864&story_fbid=2759410137699700

Pour en savoir plus sur le destin de l’écrivaine Nguyen Thi Hoang :

Extraits vidéos :

Illustration “à la une” : IDECAF / Consulat général de France à Ho Chi Minh-Ville.

Aurore Turbiau : Une utopie féministe est-elle possible ?

Signalement d’un article de Aurore Turbiau, doctorante contractuelle en littérature comparée (Sorbonne Université, CRLC).

J’ai choisi un titre un peu clickbait pour cet article : « une utopie féministe est-elle possible ? » J’espère que ça ne fera pas trop de déçu·es : il sera plus question de littérature et d’histoire des idées ici que de vie en communauté sur des terres en non-mixité. Mais tout de même je maintiens le titre : une utopie (littéraire) féministe, est-ce que ça peut exister ? Est-ce qu’une utopie féministe peut s’inscrire dans la grande tradition héritée des textes de la Renaissance, transmise de génération d’hommes de lettres en générations d’hommes de lettres ? Est-ce qu’une utopie féministe peut correspondre aux définitions qu’on donne de l’utopie à l’université, dans les manuels scolaires — est-ce que le féminisme peut avoir une portée suffisamment « universelle » pour intégrer les rangs des grandes théories humanistes ? Ou est-ce qu’on doit en changer la définition — est-ce que ça aurait un intérêt ? Je ne promets pas de répondre exactement à toutes ces questions, mais surtout de souligner que les réponses ne vont pas de soi : les utopies féministes ne rentrent pas dans le cadre traditionnel qu’on a fourni pour définir « l’utopie », qui est globalement masculin et imperméable aux points de vue et propositions du féminisme ; les femmes ne sont pas souvent citées dans les histoires de l’utopie.

Lire la suite : Littératures engagées

Réf. : Aurore Turbiau, “Une utopie féministe est-elle possible ?”, dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 06/09/2020, https://engagees.hypotheses.org/2492, consulté le 11/09/2020.

Illustration “à la une” : © Toni Frissell, Five women running, tiré de la couverture de l’ouvrage de Angelika Bammer, Partial Visions. Feminism and utopianism in the 1970s (1991), Bern, Peter Lang, 2015.

François Guillemot : « Genèse d’une recherche sur les femmes et la guerre au Viêt-Nam » – Séminaire Félicité – 10/01/2020

Annonce du programme de l’atelier/séminaire de Félicité du vendredi 10 janvier.

Vendredi 10 janvier 2020, 9h, en D4.235, site Descartes de l’ENS de Lyon.

La journée se déroule en 2 temps : séminaire le matin et atelier l’après-midi.

9h30-12h Séminaire de traductologie féministe

Intervenant : François Guillemot, historien spécialiste du Viêt Nam contemporain et ingénieur de recherche à l’IAO. Il viendra nous parler de son ouvrage Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre 1945-1975 paru en 2014 aux éditions Les Indes savantes.

Discutante : Léa Buatois (Agathe Senna). Normalienne de l’ENS de Lyon, ses recherches portent sur l’histoire de l’anarchisme chinois comme courant intellectuel au début du vingtième siècle et sur l’historiographie de ce mouvement en Chine, ainsi que sur l’émergence du féminisme chinois comme langage politique et ses rapports avec les rhétoriques nationalistes au début du vingtième siècle.

Résumé : L’émergence d’une connaissance académique sur le genre et la guerre au Viêt-Nam peut être datée de la fin des années 1990 lorsque le conflit régional avec le Cambodge se termine et que la politique de Renouveau culturel s’affirme. C’est à partir de cette décennie que des autrices et auteurs explorent l’histoire des Jeunesses de choc, une formation fondée en 1950 pour la logistique de guerre et mobilisée pendant les trois périodes de conflit (1950-1955, 1965-1975, 1979-1989). Formés de plus de 50% de jeunes femmes, ces groupements ont joué un rôle décisif dans la victoire communiste notamment sur la Piste Hô Chi Minh.

A la fin des années 2000, des initiatives sont prises par des chercheuses à Hô Chi Minh-Ville pour mener des investigations dans une perspective transnationale. Ainsi fut créé le groupe de recherche Gender And Society de l’université privée Hoa Sen, université dirigée par l’historienne Bui Trân Phuong, organisatrice d’un colloque international interdit par les autorités en octobre 2011. Notre ouvrage sur « l’autre moitié de la guerre » s’inscrit dans ce contexte particulier et reflète précisément les difficultés qu’ont les témoins ou acteurs/actrices de cette guerre (écrivain·es, soldat·es, représentants politiques, corps médical …) à mettre des mots sur une guerre fratricide particulièrement destructrice lors de laquelle on a fait peu de cas du destin des femmes.

Cette difficulté à dire la vie quotidienne sur le théâtre des opérations militaires, à parler de la souffrance et de la brutalité de la guerre, se retrouve dans l’expression même du texte. Nous nous appuierons sur quelques exemples pour démontrer l’émergence du genre dans la littérature sur la guerre du Viêt-Nam et comment l’expression de l’indicible apparaît en filigrane dans certains textes d’écrivaines (Lê Minh Khuê, Duong Thu Huong, Vo Thi Hao) ou dans les études d’anciens responsables des Jeunesses de choc comme Nguyên Van Dê et Dông Sy Nguyên ou dans le témoignage du chirurgien Lê Cao Dai.

14h-16h Atelier de traduction féministe

Émilie Fernandez présentera son projet de traduction de l’ouvrage Our Women On The Ground. Il s’agit d’un recueil de 19 textes écrits en anglais par des femmes journalistes d’origine arabe sur leurs années de reportage au Moyen-Orient. Ces récits ont été recueillis et édités par Christiane Amanpour, correspondante internationale en chef de CNN, et Zahra Hankir, journaliste libano-britannique.

Plus d’informations : https://felicite.hypotheses.org/2338

Illustration “à la une” : Combattant.e.s des Jeunesses de choc de la Capitale, groupement C812 (province de Nghê An, 1965) © DR

Nguyễn Ngọc Tư: ‘Giá trị của nhà văn không phải ở giải thưởng’ [VnExpress]

A l’occasion de la réception d’un prix littéraire en Allemagne, entretien avec l’écrivaine Nguyen Ngoc Tu : “la valeur d’un écrivain ne se résume pas à un prix”. L’ouvrage récompensé Cánh đồng bất tận (traduit en allemand sous le titre Endlose Felder) est paru au Viêt-Nam en 2005 et fut primé l’année suivante par l’Association des écrivains du Viêt-Nam. Il a été traduit en français sous le titre de Immense comme la mer (L’Aube, 2015).

 

Tác giả ‘Cánh đồng bất tận’ bất ngờ với giải thưởng văn học vừa nhận từ Đức và đón nhận với tâm thế nhẹ nhàng.

– Tập truyện “Cánh đồng bất tận” của chị vừa được trao giải thưởng Litprom ở Đức, cảm xúc của chị như thế nào?

– Nói tôi bất ngờ quá thì thiệt là sáo rỗng, nhưng mười năm gần đây, mỗi giải thưởng tới với tôi đều là mỗi bất ngờ. Bởi vì tôi không dự thi, không tham gia vào cuộc đua tranh nào, nghĩa là mọi thứ đến mà không phải chờ đợi, toan tính trước.

Tôi xem giải thưởng là quan hệ cho – nhận. Giải Nobel cũng không nằm ngoài quy luật đó. Vì vậy, tôi coi giải thưởng mới nhận được là một món quà. Mình nghĩ nó quan trọng, thì nó là núi, còn nhẹ nhàng thì cũng như bạn gửi tặng tôi gói trà. Giá trị của nhà văn không phải do anh chị ta nhận giải thưởng nào, cả thảy bao nhiêu. Đó chỉ là một cách nhìn nhận sự nghiệp của người viết.

Lire la suite : VnExpress, 19/07/2018.

Sur ce sujet, voir aussi :