Archives par mot-clé : littérature

Nguyễn Ngọc Tư: ‘Giá trị của nhà văn không phải ở giải thưởng’ [VnExpress]

A l’occasion de la réception d’un prix littéraire en Allemagne, entretien avec l’écrivaine Nguyen Ngoc Tu : « la valeur d’un écrivain ne se résume pas à un prix ». L’ouvrage récompensé Cánh đồng bất tận (traduit en allemand sous le titre Endlose Felder) est paru au Viêt-Nam en 2005 et fut primé l’année suivante par l’Association des écrivains du Viêt-Nam. Il a été traduit en français sous le titre de Immense comme la mer (L’Aube, 2015).

 

Tác giả ‘Cánh đồng bất tận’ bất ngờ với giải thưởng văn học vừa nhận từ Đức và đón nhận với tâm thế nhẹ nhàng.

– Tập truyện « Cánh đồng bất tận » của chị vừa được trao giải thưởng Litprom ở Đức, cảm xúc của chị như thế nào?

– Nói tôi bất ngờ quá thì thiệt là sáo rỗng, nhưng mười năm gần đây, mỗi giải thưởng tới với tôi đều là mỗi bất ngờ. Bởi vì tôi không dự thi, không tham gia vào cuộc đua tranh nào, nghĩa là mọi thứ đến mà không phải chờ đợi, toan tính trước.

Tôi xem giải thưởng là quan hệ cho – nhận. Giải Nobel cũng không nằm ngoài quy luật đó. Vì vậy, tôi coi giải thưởng mới nhận được là một món quà. Mình nghĩ nó quan trọng, thì nó là núi, còn nhẹ nhàng thì cũng như bạn gửi tặng tôi gói trà. Giá trị của nhà văn không phải do anh chị ta nhận giải thưởng nào, cả thảy bao nhiêu. Đó chỉ là một cách nhìn nhận sự nghiệp của người viết.

Lire la suite : VnExpress, 19/07/2018.

Sur ce sujet, voir aussi :

 

Veronica Ntoumos : L’esthétique de la résistance dans les œuvres des écrivaines franco-vietnamiennes contemporaines [thèse]

Signalement d’une thèse intéressante soutenue en décembre 2017. Résumé en ligne :

L’esthétique de la résistance dans les œuvres des écrivaines franco-vietnamiennes contemporaines : Femmes, Histoire, Exil

Veronica Ntoumos

thèse de littérature comparée sous la direction de Romuald Fonkoua et de Xavier Luffin

Les fictions franco-vietnamiennes, qui ont relevé le défi de dépasser le carcan folklorique, offrent un point de vue original sur les concepts de femmes, d’histoire et d’exil dans des contextes de dominations politique et sociale différents. Néanmoins, ces fictions mettent en place des stratégies de résistance très proches. Parmi toutes les questions soulevées par les représentations qu’élaborent ces œuvres, celle de la résistance a été retenue car elle est particulièrement riche et révélatrice de la complexité de leur identité littéraire. Comment s’écrit la résistance dans les œuvres franco-vietnamiennes ? À quoi résistent-elles ? Quels sont les enjeux de cette résistance ? L’étude se focalise sur les fictions de quatre écrivaines franco-vietnamiennes contemporaines, Linda Lê, Kim Lefèvre, Ly Thu Ho et Anna Moï. Ces écrivaines offrent des pistes de réponses à ces questions, en mettant en évidence trois dominations qui se croisent et s’articulent entre elles : la résistance à la domination masculine, à l’histoire surplombante et à la glorification d’une identité nationale figée. Le cadre d’analyse choisi est celui des resistance studies.

Cette méthode permet d’engager une description systématique des figures de résistance présentes dans les récits de fiction. Le champ d’investigation pose tout d’abord le problème des représentations de la place des Vietnamiennes, tiraillées entre la société patriarcale teintée de confucianisme et la société française moderne. Elle implique également l’examen des modalités déployées dans les œuvres du corpus pour déjouer les pièges d’une écriture de l’histoire du Vietnam qui accorderait peu de place aux voix subalternes : aux Vietnamiens et en particulier aux femmes. Finalement, à travers l’analyse de l’exil comme forme masquée d’insoumission, nous interrogerons la façon dont le sujet femme-postcoloniale s’approprie les apports exogènes sans renoncer à son éthique et son identité particulières.

Aesthetics of Resistance in the Works of Contemporary French-Vietnamese Female Writers : Women, History, Exile

Having successfully taken up the challenge of going beyond the limits of folklore, French-Vietnamese fiction offers an original point of view on the ideas of women, history and exile. These elements are staged in different contexts of social and political domination, but they nevertheless set up very similar strategies of resistance. This is why, among all the issues raised by the representations framed by these works, that of resistance was chosen, since it is so rich and revealing of the complexity of their literary identity. How is resistance described in French-Vietnamese works? What is being resisted against? What is at stake in this resistance?This study is focused on the works of four French-Vietnamese contemporary writers: Linda Lê, Kim Lefèvre, Ly Thu Ho and Anna Moï. These female writers provide answers to the questions above by highlighting three correlated and intertwined dominations: resistance to male domination, to overarching history, and to the glorification of a frozen national identity. The framework of the analysis is that of resistance studies.

This approach enables a systematic description of the resistance figures encountered in these fictional works. The field of investigation first reveals the issue of the representation of Vietnamese women, torn between a Confucean and patriarchal society and that of modern France. It also implies the study of the means developed in these works to avoid the traps of a writing of Vietnamese history that allows little space to subaltern voices of the Vietnamese, and of women in particular. Finally, through the analysis of exile as a hidden form of insubordination, we will question the way in which French-Vietnamese narrative gives initiative to the postcolonial woman subject and enables her to appropriate contributions from outside without denying her ethics
and her identity.

Source : http://www.sudoc.fr/224142992

  • Profil de l’auteure :

​Veronica Ntoumos​ est ​docteure en ​Etudes interculturelles, Civilisations et ​Lettres de Sorbonne Université et de​ l’Université libre de Bruxelles. Durant sa formation doctorale, elle a été lauréate de la Fondation Wiener-Anspach ce qui lui a permis de passer une année de recherche à l’université d’Oxford, à Exeter College​, tout en étant​ membre de l’équipe CNRS de la Maison française d’Oxford. Elle a également été lauréate d’une bourse de l’Institute for World Literature d’Harvard afin de participer a​u​ séminaire en World Literature.

Pour sa thèse, à partir du champ des resistances studies, développées par James Scott (Yale University),​ et​  issues des sciences politiques, elle a interrogé les réseaux de dominations auxquels résistent les écrivaines franco-vietnamiennes contemporaines. Elle les a déclinés en trois formes de résistance : la résistance à la domination masculine, la résistance ​à l’homogénéisation d’un certain​ discours historique​,​ et, enfin, la résis​ta​nce à une identité nationale monolithique.

 

D’où crient les dissidents ? – Rencontre avec Dương Thu Hương

[Rencontre entre Dương Thu Hương, la célèbre écrivaine dissidente vietnamienne, et l’artiste Dominique de Miscault, Paris XIII, septembre 2015. Article publié avec l’autorisation de l’auteure].

Dương Thu Hương est venue à ma rencontre dans ma cave de l’avenue d’Italie en septembre dernier.

Dương Thu Hương est radicale, mais il y a en elle quelque chose de doux et de chaleureux. « On doit rire, il faut rire et faire confiance jusqu’au dernier moment – je suis prisonnière à Paris. Je suis seule ici. Au Viêt Nam ma famille est harcelée par la police, mes deux enfants ont fait des études supérieures mais jamais ils n’auront un travail stable. Il faut accepter ».

« Je suis un loup solitaire », on la croit volontiers. Née en 1947 dans la région de Thai Binh au nord Viet Nam d’ « une famille ni riche ni pauvre », élève douée, elle étudiera dans les pays frères mais deviendra chanteuse dans l’armée sur le front de Binh Tri Thien au nord de Quang Tri. « Chanter plus fort que les bombes ». Aujourd’hui, volontaire, excessive, elle agresse volontiers, mais vit de ses romans et rêve de démocratie.

C’est au début des années 90 que les français découvrent Dương Thu Hương avec son roman merveilleusement bien traduit par Phan Huy Duong : les paradis aveugles.

DuongThuHuong_LesParadisAveugles_EditionsDesFemmes

Dương Thu Hương est une romancière affichée comme une dissidente politique vietnamienne qui participe à la renaissance littéraire du Viêt Nam dans les années 1980, tout comme Nguyên Huy Thiêp et quelques d’autres. Son premier roman, c’est-à-dire Histoire d’amour racontée avant l’aube, fut écrit en 1986, mais c’est son second roman Au-delà des illusions en 1987 qui la place rapidement parmi les écrivains les plus populaires du Viêt Nam avec un tirage de plus de 100 000 exemplaires. Au-delà des illusions paru aux éditions Philippe Picquier « est sans doute l’un des plus beaux romans d’amour vietnamiens des deux dernières décennies ». Dương Thu Hương avait rejoint le Parti communiste vietnamien en 1985 non sans réticences ; dès 1989, elle en est expulsée à cause de ses attaques verbales. Viscéralement elle ne supporte pas le mensonge et l’hypocrisie et les dénonce de plus en plus fort.

On dirait volontiers que c’est une « grande gueule » qui se passionne pour la démocratie et la revendique haut et fort pour ce pays qu’elle a quitté en 2006. Elle a reçu le grand prix des lectrices de Elle en 2007 pour son roman Terre des oublis. Tandis que Dương Thu Hương a réussi sa vie de romancière et gagne sa vie, comme elle l’a toujours fait, par son travail et maintenant ses droits d’auteur. In fine le plus important pour elle c’est son combat pour la démocratie au Viêt Nam ; ce rêve d’absolu qui fait chanter les artistes jusqu’à leur dernier souffle.

DuongThuHuong_Paris09-2015_DdM
Une écrivaine combattante © 2015 DdM

Si on évoque les procès contre les blogueuses récemment expulsées aux USA :

« Exilées, elles doivent affronter la vie quotidienne… Elles perdent leur statut. Ma vie a été bâtie sur des contingences. En 2006 je pensais rester un mois en France et partir aux USA mais finalement j’ai quitté mon pays pour la lutte. Le succès de Terre des oublis m’a obligé à rester ici. Le principal dans ma vie c’est la lutte pour abattre ce régime. Je ne suis pas diplomate, pas du tout. Nous avons un régime d’insectes sans foi ni loi. Nous sommes gouvernés par des pirates au sens le plus mauvais. Le peuple est contraint à la peur et à la lâcheté. J’ai perdu tous mes papiers à Marseille je suis toujours vietnamienne. Je vois tous les jours la douleur des immigrés et des gens de couleur ; sombres désespérés, les yeux injectés de sang. Je suis observatrice mais toujours soutenue par les autres ».

Les Viêt kiêu français ?

« Ce sont des révolutionnaires de salon. Je ne veux pas perdre de temps avec les Vietnamiens. Je les fuis comme la peste. Moi je suis un loup solitaire et je vis très bien comme cela ».

En conclusion, j’écrirai volontiers que Dương Thu Hương une louve solitaire et blessée, toujours soutenue par son public.

DdM

* * *

Œuvres de Dương Thu Hương traduites en français :

  • Itinéraire d’enfance (1985) ; Sabine Wespieser éditeur, 2009 ; Librairie générale française, Le Livre de Poche, 2014.
  • Histoire d’amour racontée avant l’aube (1986) ; éditions de l’Aube, 1991 et Picquier poche, 1995.
  • Au-delà des illusions (1987) ; Philippe Picquier, 1996.
  • Les paradis aveugles (1988) Prix Gabrielle d’Estrées ; éditions des Femmes, 1991 ; Sabine Wespieser éditeur, 2012 ; Librairie générale française, Le Livre de Poche, 2014.
  • Roman sans titre (1991), éditions des Femmes, 1992 ; Sabine Wespieser éditeur, 2010 ; Librairie générale française, Le Livre de Poche, 2013.
  • Myosotis (1996) ; Philippe Picquier, 1998 et Picquier poche, 2001.
  • Terre des oublis (2005) ; Sabine Wespieser éditeur, 2005 ; Librairie générale française, Le Livre de Poche, 2007.
  • Au Zénith (2009) ; Sabine Wespieser éditeur, 2009 ; Librairie générale française, Le Livre de Poche, 2010.
  • Sanctuaire du cœur (2011) ; Sabine Wespieser éditeur, 2011 ; Librairie générale française, Le Livre de Poche, 2012.
  • Les collines d’eucalyptus (2014) ; Sabine Wespieser éditeur, 2014.

DuongThuHuong_LesCollinesdEucalyptus

Anthologie :

Œuvres, Paris, Robert Laffont, 2008 (rassemble les romans Au-delà des illusions ; Les paradis aveugles ; Roman sans titre ; Terre des oublis).

Svetlana Alexievich: ‘Không yêu Stalin, Putin’ [BBC]

Article sur Svetlana Alexievich auteure de la remarquable enquête  La guerre n’a pas un visage de femme (Presses de la Renaissance, 2004) et Prix Nobel de littérature en 2015.

Svetlana Alexievich, người được giải Nobel văn học năm nay, nói phương pháp của bà là để “tiếng nói con người tự nói cho chính họ”.

Bà nổi tiếng từ 1985, khi đang là nhà báo 37 tuổi ở Liên Xô và xuất bản cuốn sách tư liệu đầu tiên, Chiến tranh không có khuôn mặt phụ nữ.

Tác phẩm này đã được nhà văn Nguyên Ngọc dịch sang tiếng Việt, ra mắt tại Việt Nam năm 1987.

Đó là lịch sử truyền khẩu về những phụ nữ Belarus tham gia Thế chiến Hai.

Lúc đó, Belarus vẫn sống trong tuyên truyền cộng sản, với đợt kỷ niệm 40 năm Liên Xô chiến thắng phát xít Đức.

Giọng văn của bà đã gây ra cơn sốc, và cũng là phong cách chung của bà sau này.

Alexievich từ nhiều năm đã được xem là ứng cử viên giải Nobel.

Nhưng loan báo năm nay vẫn gây bất ngờ, một phần vì bà không viết tiểu thuyết, mà tác phẩm của bà là của một nhà báo.

Trước đây chỉ có hai người không viết văn, Winston Churchill và Bertrand Russell, được giải Nobel.

Lire la suite : BBC, 10.10/2015.

A lire ou écouter :

  • David Caviglioli, Les vrais-faux témoins de Svetlana Alexievitch, L’Obs, BiblioObs, 10/10/2015. Une enquête intéressante sur l’utilisation délicate des témoignages oraux et l’élaboration d’une contre-histoire périlleuse. Un exemple pour réfléchir sur les tensions entre histoire orale, mémoire et reconstruction littéraire.
  • Ackerman Galia, Lemarchand Frédérick, « Du bon et du mauvais usage du témoignage dans l’œuvre de Svetlana Alexievitch. », Tumultes 1/2009 (n° 32-33) , p. 29-55. URL : www.cairn.info/revue-tumultes-2009-1-page-29.htm.
  • Rediffusion spéciale de l’émission Hors-Champs du 25 mars 2014 en compagnie de la lauréate : La Fabrique de l’Histoire, 08/10/2015.

« I’m searching life for observations, nuances, details. Because my interest in life is not the event as such, not war as such, not Chernobyl as such, not suicide as such. What I am interested in is what happens to the human being, what happens to it in of our time. How does man behave and react. How much of the biological man is in him, how much of the man of his time, how much man of the man. » (source : Alexievich Info).

Œuvres traduites en français :

  • Les Cercueils de zinc, [« Cinkovye mal′čiki »], Paris, Christian Bourgois, 1990, trad. de Wladimir Berelowitch, 285 p.
  • Ensorcelés par la mort, [« Začarovannye smert’û »], Paris, Plon, 1995, coll. « Feux croisés », trad. de Sophie Benech, 214 p.
  • La Supplication : Tchernobyl, chroniques du monde après l’apocalypse, [« Tchernobylskaïa molitva »], Paris, Lattès, 1999, trad. de Galia Ackerman et Pierre Lorrain, 267 p.
  • La guerre n’a pas un visage de femme, Paris, Presses de la Renaissance, 2004, trad. de Galia Ackerman et Paul Lequesne, 298 p.
  • Derniers témoins, Paris, Presses de la Renaissance, 2005, trad. d’Anne Coldefy-Faucard, 378 p.
  • La Fin de l’homme rouge ou le Temps du désenchantement (trad. du russe par Sophie Benech), Arles, Actes Sud,‎ 2013, 542 p.

Image « à la une » : Belarussian writer Svetlana Alexievich is seen during a book fair in Minsk, Belarus, in 2014. © Reuters / The Guardian.

 

Lan Cao: The lotus and the storm, a novel

[ndlr] Paru au mois d’août 2014, nous signalons le roman, en partie autobiographique, de Lan Cao, fille du général Cao Van Vien. Présentation de l’éditeur et entretiens avec Hà Giang du journal Nguoi Viet et la chaîne LA Review Books.

LanCao_TheLotus&TheStorm

Half a century after it began, the Vietnam War still has a hold on our national psyche. Lan Cao’s now-classic debut, Monkey Bridge, won her wide renown for “connecting . . . the opposite realities of Vietnam and America” (Isabel Allende). In her triumphant new novel, Cao transports readers back to the war, illuminating events central to twentieth-century history through the lives of one Vietnamese American family.

Minh is a former South Vietnamese commander of the airborne brigade who left his homeland with his daughter, Mai. During the war, their lives became entwined with those of two Americans: James, a soldier, and Cliff, a military adviser. Forty years later, Minh and his daughter Mai live in a close-knit Vietnamese immigrant community in suburban Virginia. As Mai discovers a series of devastating truths about what really happened to her family during those years, Minh reflects upon his life and the story of love and betrayal that has remained locked in his heart since the fall of Saigon.

Voir aussi :

 

* * *

Réf.: Lan Cao, The lotus and the storm, a novel, New York : Viking Books, 2014. ISBN: 978-0670016921