Archives par mot-clé : mis-en-avant

Sur les pas des Jeunesses de Choc : une histoire genrée de la guerre du Viêt-Nam

Intervention de François Guillemot au séminaire “Sociétés en guerre” du LARHRA, vendredi 25 octobre 2019. Résumé ci-dessous.

La commémoration du 60e anniversaire de l’ouverture de la piste Hô Chi Minh (mai 1959) a permis de réévaluer l’importance stratégique de ce réseau dans la victoire communiste de 1975. Sur cette “piste mythique” (đường mòn huyền thoại) s’activaient des dizaines de milliers de femmes et d’hommes pour ravitailler le front du Sud en forces et en munitions. L’expérience de la Piste sera considérée ici sous la double perspective de la marge et du genre. En particulier nous soulignerons le rôle essentiel des femmes : démineuses, déblayeuses, conductrices de camion, chanteuses, éclaireuses, infirmières, miliciennes… sans lesquelles la piste aurait été largement impraticable.

Après un survol historiographique rappelant l’avènement d’une histoire des Jeunesses de choc à partir des années 1990, nous relierons entre-elles ces marges multi-situées de la guerre (jungles, villes, campagnes, diplomatie internationale) à la Piste Hô Chi Minh, clé de voûte de la guerre de réunification. Du particulier (cas des Jeunesses de choc) au général (phénomène genre et guerre), nous pensons qu’il reste une histoire de la guerre du Viêt-Nam à écrire dans une perspective genrée, en prenant en compte toutes ses composantes (nord et sud, marge et centre, ethnies minoritaires, stratigraphie de l’armée populaire, engagement des femmes des deux côtés du 17e Parallèle, populations civiles).

FG

Illustration “à la une” : groupe de filles des Jeunesses de choc de la province de Hà Nam en marche sur la Piste Hô Chi Minh en 1972 © DR

Pham Doan Trang : Prix de l’Impact – RSF 2019

L’écrivaine Pham Doan Trang a reçu le 12 septembre 2019 à Berlin le Prix de l’Impact de Reporters sans frontières. Extrait et message vidéographique.

Ce 12 septembre, Reporters sans frontières (RSF) a remis le Prix pour la liberté de la presse 2019 à la journaliste saoudienne Eman al Nafjan, à la vietnamienne Pham Doan Trang ainsi qu’à la journaliste maltaise Caroline Muscat, lors d’une cérémonie organisée pour la première fois à Berlin.

Le Prix de l’Impact, qui récompense un journaliste dont le travail a permis une amélioration concrète de la liberté, l’indépendance et le pluralisme du journalisme ou une prise de conscience sur ce sujet, a été remis à Pham Doan Trang. Journaliste et blogueuse, elle a notamment fondé le magazine juridique en ligne Luât Khoa, et anime la rédaction de thevietnamese – deux publications qui permettent à leurs lecteurs de s’emparer des lois du pays pour défendre leur droit et combattre l’arbitraire du Parti. Elle est aussi l’auteur de nombreux ouvrages, dont l’un a contribué à faire progresser les droits des communautés LGBT du pays. Son travail lui a valu d’être à deux reprises battue et maintenue par la police plusieurs jours en détention arbitraire au cours de l’année 2018.

Source : Reporters sans frontières

Libération de Nguyen Dang Minh Man [02/08/2019]

Le 2 août 2019, l’activiste Nguyễn Đặng Minh Mẫn a été libérée après avoir passé 8 années en prison pour délit d’opinion. C’est à ce jour, l’incarcération la plus longue pour une jeune dissidente, arrêtée en 2011 avec 13 autres jeunes catholiques dans le centre du pays. Après avoir expérimenté, selon ses mots, “une lutte de tous les jours au sein de la prison”, sa détermination reste intacte. De retour parmi les siens à Tra Vinh, elle s’est exprimée sur ses conditions de détention. Alors qu’un regain de tension entre la Chine et le Viêt-Nam se manifeste dans les Spratleys, le combat de Minh Mân contre l’expansionnisme de Pékin est plus que jamais d’actualité.

FG

Illustration “à la une” : Nguyen Dang Minh Man en famille © DR

New documentary series highlights the struggles of women activists in Vietnam

Signalement d’une série de documentaires sur le combat des femmes vietnamiennes.

A new series of video interviews highlights the perspectives and struggles of women involved in human rights activism in Vietnam.

The 88 Project, an organisation supporting freedom of expression in Vietnam, released the first video of an ongoing interview series with female activists in Vietnam. In the first interview with Pham Doan Trang, a dissident journalist and political activist, she discusses the challenges women face as bloggers and human rights activists:

In general, Vietnamese women are not respected. Not only in democracy activism but in all fields. In democracy activism, female activists are disadvantaged because they get attacked no less than male activists. They get beaten and assaulted. The work they do is no less than their male counterparts. But what they often get from other people is pity. I think it is not respect.

She also recounts an incident of police brutality which led to permanent injury to both of her legs.

Lire la suite : Global Voices

Le genre des indépendances. Comment genrer les indépendances ? Colloque – 18 & 19 juin 2019

Annonce du colloque organisé par Naomi Davidson, Université de Chicago, Centre à Paris.

Ce colloque a pour but d’élargir les champs de recherche sur le genre et les luttes pour l’indépendance. Pendant ces deux jours, nous chercherons à (re)définir les limites des indépendances, en trouvant des convergences et divergences entre la vague des indépendances en Amérique latine du XIXe siècle, celles des États post-ottomans ou post-habsbourgs après la première guerre mondiale, jusqu’aux indépendances des pays africains et asiatiques entre les années 1940-1970.

Programme

Mardi 18 Juin

13h20-13h40 : Accueil et café

13h40-13h45 : Mot de bienvenue de la Directrice Académique Leora AUSLANDER (Université de Chicago)       

13h45-14h00 : Introduction               

  • Naomi DAVIDSON (Université d’Ottawa/Université de Chicago Centre à Paris)

14h00-15h30 : Race et genre en Amérique Latine à l’heure des indépendances 

Présidente : Capucine BOIDIN (IHEAL-Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)         

  • Federica MORELLI (Université de Turin), « Race et genre dans les indépendances hispano-américaines »
  • Lissell QUIROZ (Université Rouen Normandie), « Les indépendances latino-américaines au prisme de la théorie féministe décoloniale »
  • Frédéric SPILLEMAEKER (EHEHI Casa de Velázquez – EHESS), « La masculinité guerrière dans l’Indépendance de l’Amérique hispanique (Nouvelle-Grenade et Venezuela, 1810-1831) »

15h30-15h45 : Pause café

15h45-17h45 : La construction et l’effacement du genre et identité(s) en Europe centrale

Présidente : Morgane LABBÉ (EHESS)  

  • Nevila PAHUMI (Independent Scholar), « Which Feminism Will be Ours? Feminism, Agency and Print Culture in Post Ottoman Albania »
  • Sara BERNASCONI (Universität Zürich), « Le genre des non nommé(e)s – la Bosnie en transition de colonie habsbourgeoise au Royaume des Serbes, Croates et Slovènes»
  • Malgorzata MAZUREK (Columbia University), « Erasing Gender, Creating Abstraction: The Making of Developmental Thought between Poland and the World, 1930-1960 »
  • Tara ZAHRA (University of Chicago), « The Gender of Deglobalization »

Pot : 17h45-18h45

Mercredi 19 Juin

9h30-11h30 : Femmes des luttes, femmes d’état : Engagement féminin en Afrique et au Maghreb

Président : François GUILLEMOT (IAO-ENS de Lyon)

  • Nassima MEKAOUI-CHEBOUT (EHESS) et Elise ABASSADE (Paris 8 et La Manouba), « De l’engagement de femmes au genre des militantes : Béatrice Slama, communiste « israélite » à Tunis et Rima, jociste « musulmane » à Alger.  Perspectives comparées. »
  • Pascale BARTHÉLEMY, (ENS de Lyon, en délégation à l’Imaf) « Les indépendances invisibles : Le Conseil international des femmes et la naissance des conseils nationaux de femmes dans les pays africains (1957-1963) »
  • Natalya VINCE (University of Portsmouth and Netherlands Institute for Advanced Study), « Female University Students, the family and state building in 1960s and 1970s Algeria »
  • Sílvia ROQUE (Universidade de Coimbra), « De l’Héroïne officielle aux héroïnes oubliées : notes sur l’évolution des mémoires de la libération de Guinée-Bissau »

11h30-11h45 : Pause café

11h45-13h15 : Le genre de l’intime et des émotions entre l’Afrique et l’Europe

Présidente : Christina WU (Paris 1)

  • Elena VEZZADINI (CNRS-Imaf), « L’émancipation des femmes au prisme de la presse : débats sur la « question féminine » au Soudan autour de l’indépendance, 1950-1956»
  • Françoise BLUM (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains) et Ophélie RILLON (CNRS-LAM), « Une histoire de famille à l’épreuve des indépendances africaines »
  • Ulrike SCHAPER (Freie Universität Berlin), « Women as the last colonial good: Fighting “Third World” sex tourism in West Germany »

13h15-14h15 : Déjeuner                                

14h30-15h15 : Conférence : Quel « genre » avant l’invasion coloniale? Éclairages féministes sur la théorie décoloniale latino-américaine et des Caraïbes

  • Jules FALQUET (Université de Paris, CEDREF-LCSP)

15h15-15h30 : Pause café

15h30-17h00 : Conférence de Clôture de Todd SHEPARD (Johns Hopkins University) et débat

Présidente : Michelle ZANCARINI-FOURNEL (Université de Lyon I, LARHRA)

Source : Calenda