Archives par mot-clé : mythologie sexualisée

Jean Bethke Elshtain : Women and War [1995]

Présentation de l’éditeur suivie d’un avis de Mary Drake McFeely.

Jean Elshtain examines how the myths of Man as « Just Warrior » and Woman as « Beautiful Soul » serve to recreate and secure women’s social position as noncombatants and men’s identity as warriors. Elshtain demonstrates how these myths are undermined by the reality of female bellicosity and sacrificial male love, as well as the moral imperatives of just wars (source : UCP).

Elshtain_Women&War_1995

Refusing to accept the inevitability of war, Elshtain, a political scientist who teaches a course on war and peace, disputes theorists from the Greeks to Michael Walzer (Just and Unjust Wars, 1977). Using an impressive range of literary, historical, and mythological examples, she examines the rhetoric and iconography of war. She classifies the assigned or adopted roles of women from Minerva to the Greenham Common women, from Spartan mother to warrior to victim. Finally, she proposes a leap of imagination, a search for new alternatives to the war/peace dichotomy. Elshtain does not argue that the world would be better if women ran it; she does insist upon the responsibility of women and men, as citizens, to reflect on history and experience, to find new forms of civic virtue, and not to leave everything to the experts. A challenging book of the first importance which should be in most libraries. (Mary Drake McFeely, Univ. of Georgia Libs., Athens. Copyright 1987 Reed Business Information, Inc. –This text refers to an out of print or unavailable edition of this title – Source : Amazon).

Réf. : Jean Bethke Elshtain, Women and War, with a new epilogue, Chicago, University Of Chicago Press, 1995, 318 p.

Couverture de la première édition de 1987 :

Elshtain_Woman&War_1987

Penser la guerre à partir des femmes et du genre : l’exemple de la Grande Guerre

Signalement d’un article clé de l’historienne Françoise Thébaud.

Résumé :

Francoise-ThebaudFrançoise Thébaud, en posant la question de savoir comment le genre structure les politiques de guerre, présente une intervention qui fait le point sur la « barbarisation » de la guerre dans le cadre de l’histoire du genre, à partir de la mise en évidence du passage du problème de l’émancipation, ou de l’autonomisation (cf. travaux des années 1960-1970), des femmes à celui de la réflexion plus récente sur la violence de guerre (depuis les années 1980) qui conteste la thèse de la guerre « émancipatrice » (si provisoire et superficielle qu’ait été cette émancipation). Dans ce cadre-là, la guerre en ex-Yougoslavie a pu jouer un rôle d’accélérateur de la prise de conscience du caractère très relatif de l’émancipation des femmes par la guerre des hommes. Certains historiens récents de la Première Guerre mondiale en viennent à travailler sur la culture de guerre qui serait le fondement d’une « brutalisation » du conflit au nom d’une « ethnicisation » de l’ennemi. Leurs thèses sont contestées par ceux qui rejettent l’idée d’un simple consentement à la guerre au profit d’un mélange complexe de contraintes, fraternité, patriotisme et refusent que la « culture de guerre » prenne le pas sur les autres cultures pré-existantes. La place des femmes et du genre dans la guerre est d’abord abordée par F. Thébaud à la lumière d’une double mythologie sexualisée (l’équation pureté nationale/pureté sexuelle et la féminisation de l’ennemi comme décadent) et de l’autre mythe de la femme « naturellement » pacifiste en tant que mère potentielle. Or, les féministes ont adhéré massivement à l’effort de guerre et l’internationalisme « féministe » s’est effondré. Par ailleurs, la relative « humanisation » du conflit dont sont porteuses les femmes aux armées se fait toujours au service exclusif de la patrie. Dans un dernier volet de son intervention, F. Thébaud s’attarde sur la réalité des violences faites aux femmes et les réactions qu’elles ont pu susciter. Les viols ont eu lieu pendant l’invasion plus que pendant l’occupation et le débat sur l’« enfant de l’ennemi » s’il a été animé d’un point de vue discursif ne permet pas d’en savoir beaucoup plus sur la réalité. Les déportations de femmes hors des villes occupées suscitèrent, quant à elles, suffisamment de réactions violentes pour que les Allemands mettent fin à cette pratique dès 1916. Certaines interventions féministes visèrent à modifier les lois de la guerre mais on en sait peu sur la place des femmes dans l’humanisation de la guerre. Par ailleurs, une comparaison s’avérerait nécessaire entre les histoires respectives de la guerre dans les pays dits occidentaux et dans les pays de l’Est.

Lire l’article : Astérion (2/2004)