Archives par mot-clé : philosophie

“Se défendre” : Elsa Dorlin et Audrey Chenu à l’IHEAL [vidéo]

Intervention de la philosophe Elsa Dorlin sur son ouvrage “Se défendre” (La Découverte, 2017). Questions sur la violence, la norme sociale, l’expérience vécue, le féminisme en lutte “au corps à corps”.

Le 15 février 2019, l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine (IHEAL) recevait Elsa Dorlin (professeure de philosophie, kung-fu fighter et militante féministe) et Audrey Chenu (écrivaine, boxeuse et militante féministe) pour une lecture-débat autour de l’ouvrage Se défendre. Une philosophie de la violence (Éditions La Découverte, 2017). Vidéo : ©mariefauqueux ©cyrilfussien / Un ring pour tou.te.s

Elsa Dorlin, Se défendre. Une philosophie de la violence [2017]

Paru en octobre 2017 aux Éditions Zones. Présentation de l’éditeur et accès en ligne.

En 1685, le Code noir défendait « aux esclaves de porter aucune arme offensive ni de gros bâtons » sous peine de fouet. Au XIXe siècle, en Algérie, l’État colonial interdisait les armes aux indigènes, tout en accordant aux colons le droit de s’armer. Aujourd’hui, certaines vies comptent si peu que l’on peut tirer dans le dos d’un adolescent noir au prétexte qu’il était « menaçant ».

Une ligne de partage oppose historiquement les corps « dignes d’être défendus » à ceux qui, désarmés ou rendus indéfendables, sont laissés sans défense. Ce « désarmement » organisé des subalternes pose directement, pour tout élan de libération, la question du recours à la violence pour sa propre défense.

Des résistances esclaves au ju-jitsu des suffragistes, de l’insurrection du ghetto de Varsovie aux Black Panthers ou aux patrouilles queer, Elsa Dorlin retrace une généalogie de l’autodéfense politique. Sous l’histoire officielle de la légitime défense affleurent des « éthiques martiales de soi », pratiques ensevelies où le fait de se défendre en attaquant apparaît comme la condition de possibilité de sa survie comme de son devenir politique. Cette histoire de la violence éclaire la définition même de la subjectivité moderne, telle qu’elle est pensée dans et par les politiques de sécurité contemporaines, et implique une relecture critique de la philosophie politique, où Hobbes et Locke côtoient Frantz Fanon, Michel Foucault, Malcolm X, June Jordan ou Judith Butler.

Elsa Dorlin, professeure de philosophie à l’université Paris 8, est notamment l’auteur de La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française (La Découverte, 2006, 2009).

Source : Éditions Zones

Lire en ligne : Lyber

Pour en savoir plus, cinq émissions à écouter sur la chaîne Lundi Matin sur YouTube :

Elsa Dorlin – Se défendre, une philosophie de la violence

Elsa Dorlin est aussi intervenue le jeudi 11 octobre 2018 sur un sujet fondamental : “Phénoménologie de la proie : penser les résistances à la prédation” (MSH Lyon St-Etienne, espace Marc Bloch, 14 av. Berthelot, Lyon 7e), dans le cadre des Rencontres du genre organisées par la MSH Lyon St-Etienne.

Qui peut raisonnablement vivre une vie qui peut basculer à tout moment et être à proprement parler rendue invivable ? Et pourtant, c’est le lot commun de toutes les vies minorisées de s’épuiser dans cette forme d’autodéfense où il s’agit de prendre sur soi : une dépense d’énergie indéfinie, une résistance endurante, une force imperceptible distillée en continue ; une technique martiale pour laquelle il n’y a ni ceinture, ni médaille, ni trophée.

Source : MSH Lyon St-Etienne

Raphaële Andrault : La raison des corps – note de lecture

Réf. : Andrault, Raphaële, La raison des corps. Mécanisme et sciences médicales, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, « Problèmes de la raison », 2016. Présentation de l’éditeur.

Autopsie d’une pensée corpusculaire1.

Les travaux de Raphaële Andrault portent sur l’élaboration d’une philosophie corpusculaire et de la rencontre entre sciences, religion et philosophie au XVIIe siècle2.

Spécialiste de Nicolas Sténon [Niels Stensen, 1638-1686], l’auteure pose le tableau. Un débat anime les philosophes et les médecins sur les relations entre l’âme et le corps conduisant à une réflexion d’ensemble sur le corps lui-même, son fonctionnement, sa mécanique et sa possible transcendance, voire sa remise en cause. Qui des mécanistes ou des finalistes va finalement remporter la raison des corps ? Qui donne « corps » au fil du temps à la raison des corps et depuis quand ? Or la difficulté réside dans deux choses : le débat ne semble pas directement posé (par une polémique, par un manifeste, par une position catégorique). Le second point est rappelé par l’auteure dans les premières pages : « […] il est difficile de reconnaître l’unité d’une doctrine ou d’une méthode » (p. 8). D’autant plus que la conception cartésienne sur le fonctionnement du corps est duale et semble, à ce titre, dans un entre-deux, toute provisoire. L’auteure s’attache à répondre à ces débats (inter-livresques se demande-t-on) à travers « quatre questions solidaires » (pp. 25-25) qui, par elles-mêmes révèlent toute la complexité des problématiques qui se posent à la lecture contemporaine des textes du XVIIe siècle et à l’aune des connaissances et interprétations de l’époque.

La longue introduction discourt sur le sujet de façon détaillée mais dans laquelle la chronologie semble brouillée. Sensible/insensible, circulation du sang, lois physico-chimiques, phénomènes intérieurs qui, de René Descartes ou de William Harvey, pose le problème ? Le premier chapitre, relativement long, décrypte avec soin le legs cartésien qui apparaît majeur. Il faut cependant attendre la page 62 pour resituer ces questionnements dans une certaine profondeur historique puisque « concernant les analogies entre corps et machines, elles ne sont à l’âge classique guère inédites… ». De même, c’est aux pages 167-168 que les moments clés de l’apparition des concepts de mécanisme et de vitalisme sont rappelés. Ces éléments de chronologie donnent un aperçu de la construction d’une pensée et de ses débats.

A partir de la pensée dominante de Galien (129-circa 216), l’auteure mobilise les auteurs du XVIIe siècle lorsqu’à la suite de Descartes le débat prend forme avec La Forge (qui interprète Descartes), Sténon (le plus convaincant par son approche rationnelle et empirique), Marcello Malpighi ou Robert Boyle. Puis la pensée de Leibniz, un peu plus tardive, inaugurant une nouvelle compréhension du corps humain sur la base de l’analyse et de la synthèse, est convoquée en discussion avec Stahl (1706)3 et Haller (1756).

Poursuivant son analyse, l’auteure effectue un saut volontaire et assumé dans le temps. Pour la période contemporaine, sont mobilisées les analyses et interprétations de Claude Bernard (1856), de Jacques Roger, de Jean Rostand (1939), enfin de Georges Canguilhem (1904-1995) et sa critique de la « déduction anatomique » à laquelle le dernier chapitre est consacré. Curieusement, l’étude ne fait pas écho des éventuelles oppositions et/ou obstacles qui ont (peut-être / c’est une interrogation) porté ombrage à l’élaboration et la linéarité supposée de ces discours. Par exemple, la pensée de Condillac (1714-1780) n’est pas évoquée ne serait-ce que pour signaler que ces diverses théories furent contestées dans son Traité des systèmes (1749) notamment la monadologie de Leibniz4. Quant à Sténon, en s’intéressant à ce qui s’apparente au corps-propre (notion bien plus tardive), ne fait-il pas figure de phénoménologue avant l’heure ?5. Pour autant, chez lui le questionnement entre fonction et finalité des organes du corps ne semble pas totalement figé (p. 93).

L’ouvrage, qui s’avère complexe dans son approche croisant plusieurs problématiques comme dans son écriture pour initiés, relativement dense dans ses questionnements à tiroir, peut apparaître comme une construction philosophique postmoderne. Si le débat a bien eu lieu, quel en fut son ampleur au moment clé de son apparition ? L’auteure ne surévalue-t-elle pas les questionnements de l’époque en y introduisant par son analyse minutieuse une profondeur philosophique contemporaine inédite ? Ne nous y trompons pas, c’est à la fois tout l’enjeu de cette étude, celui de se livrer à une analyse en règle de la pensée du corps et de démêler les enjeux majeurs de la philosophie corpusculaire depuis le XVIIe siècle. C’est en même temps la grande difficulté de l’entreprise, celle de restituer la véritable profondeur du débat d’antan et de mesurer la réalité de cette pensée sans emphase ou, a contrario, trop a minima. Cette complexité n’a pas échappée à l’auteure qui rappelle, en s’appuyant sur Canguilhem, la nécessaire lucidité sur l’historicité, souvent négligée, des termes mêmes de l’analyse corpusculaire et leurs significations originelles :

Outre la manière dont cette étude de G. Canguilhem interroge plus généralement l’idée d’anticipation ou de précurseur dans les sciences médicales, elle souligne l’historicité des concepts qui requiert notamment d’être attentif à l’apparition concomitante d’un terme désignant un phénomène et d’une définition y associant une interprétation relativement déterminée de ce phénomène. Or, s’il est possible qu’à une autre époque l’association phénomène-mot-interprétation ait été radicalement différente, il n’est pas plus légitime d’identifier par la seule persistance d’un mot la continuité du concept – ou au contraire, de reconstruire systématiquement par-delà l’absence du mot la présence cachée et anticipatrice du concept –, que de prescrire à partir de notre intelligence actuelle d’un phénomène l’intelligibilité qui devait lui être conférée à un autre moment, dans un autre contexte théorique et expérimental (p. 176).

La raison des corps, véritable autopsie de la pensée médicale et de ses effets, fait donc ressurgir autant les débats sur les fonctions du corps, la finalité, les causes mécanistes et leurs interprétations philosophiques que la portée historiographique et conceptuelle de cette notion. La raison des corps qui s’élabore au fil de l’analyse se présente comme une révolution dans la philosophie corpusculaire où le rationalisme l’emporterait et discréditerait la conception téléologique des corps tout en la remplaçant par une nouvelle métaphysique que le vitalisme pourrait jouer. Tout l’intérêt de cette étude est de plonger le lecteur dans l’histoire intellectuelle marquée par l’univers concret du fonctionnement des organes (polyvalence et vicariance soulignée par Canguilhem, p. 95, historicité du concept de réflexe, pp. 172-176) et d’en restituer les riches questionnements6 qui trouvent des résonances et un continuum jusqu’à la philosophie contemporaine de Georges Canguilhem et finalement de celle de bien d’autres penseurs du XXe siècle. En effet, mais ce n’est pas le propos du livre, cette problématique sur l’étude du vivant et de sa réception trouve des suites dans la pensée, entre autres, de Maurice Merleau-Ponty ou celle de Michel Foucault et, par delà le bien et le mal, chez Friedrich Nietzsche lui-même7.

« L’articulation entre la finalité des organes et l’accès subjectif aux fonctions du vivant » comme le stipule la quatrième de couverture sont ainsi réexaminés avec minutie, dimension capitale de l’ouvrage, à travers une autopsie des textes (souvent traduits du latin). De « l’anatomie animée » (citée p. 94) de la première physiologie aux « sens biologiques » des mécanismes jusqu’à la démarche radicalement non objective du corps propre de la phénoménologie8, la perception et la connaissance de nos corps se meuvent (à l’inverse de nos corps eux-mêmes qui disparaissent ou de notre corps propre qui définit notre finitude) dans une non finitude exemplaire. Dernière précaution d’emploi, cet ouvrage est à lire avec soin pour comprendre à partir du XVIIe siècle, autant sur le plan charnel que philosophique, de quoi nous sommes faits.

FG, 09/01/2017, MàJ 15/10/2018.

Image “à la une” : Illustrations de Exercitatio anatomica de motu cordis et sanguinis in Harvey, William (1578-1657), auteur du texte. Planche entre pp. 8-9. Dissection et anatomie. Présentation des veines de l’avant-bras. XVIIè siècle. Cote : BNF C 28692.

Cite this article as / Pour citer cet article : François Guillemot, "Raphaële Andrault : La raison des corps – note de lecture," sur Guérillera, 15/10/2018. Lien : https://guerillera.hypotheses.org/3455.

Notes

  1.  N’étant ni spécialiste du sujet et ni familier des usages et langages particuliers de la philosophie, cette note n’est pas une recension au sens académique du terme. Il s’agit de la note de lecture d’un néophyte intéressé par ces questions []
  2. Voir sa présentation analytique du texte de Nicolas Sténon (Niels Steensen), Discours sur l’anatomie du cerveau [1669], Paris, Éditions Classiques Garnier, « Textes de philosophie », 2009. Pour ses contributions scientifiques, Raphaële Andrault a été récompensée de la Médaille de Bronze du CNRS en 2018 []
  3. Voir p. 124 et suiv. Objet de la discussion détaillée du long chapitre IV qui décrypte les oppositions fondamentales entre le mécanisme médical leibnizien et sa relation au divin et l’animinisme stahlien []
  4. Voir le texte en ligne sur le portail de l’UQAC : http://classiques.uqac.ca/classiques/condillac_etienne_bonnot_de/traite_des_systemes/condillac_traite_des_systemes.pdf []
  5. Voir l’exploration de cette notion chez Fichte : Jérôme Porée, « Sentiment, corps propre et appel d’autrui dans la première philosophie de Fichte », Revista Filosofica de Combra, n° 44, 2013, pp. 339-368 (voir en particulier pp. 351-356) ; Jean-Christophe Goddard, La philosophie fichtéenne de la vie: le transcendantal et le pathologique, Paris, Vrin, « Bibliothèque d’histoire de la philosophie », 1999, § 32, pp. 122 et suiv. []
  6. Voir aux pages 95 et suiv. où l’auteure formule « quelques remarques sur les implications réelles de la priorité heuristique de cette discipline [l’anatomie] dans les pratiques médicales de l’âge classique ». Remarques clés sur le partage entre l’anatomie et la physiologie et l’évolution de cette notion. []
  7. A titre d’exemple, la première partie de l’ouvrage majeur de Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception (1945) nous renvoie au corps, en particulier son chapitre intitulé précisément « Le corps comme objet et la physiologie mécaniste », Paris, Gallimard, coll. Tel, 2004, p. 101 et suiv. []
  8. Notons que cette notion de l’avoir à l’être se rapproche de l’unité de corps que la pratique des arts martiaux propose d’acquérir par l’entrainement, permettant d’accéder à une forme de nirvana bouddhique dans l’action []

Raphaële Andrault : chercheuse en philosophie – Bronze CNRS 2018

Message du CNRS. Toutes nos félicitations à notre collègue de l’IHRIM.

Chaque année, les médailles du CNRS célèbrent les chercheurs, ingénieurs et techniciens qui participent de manière exceptionnelle au dynamisme et à la renommée de l’institution. En 2018, les médailles d’argent, de bronze et de cristal distinguent 82 Talents, 40 femmes et 42 hommes.

Le CNRS, fier de ses talents et de la science qui avance, félicite les 20 médailles d’argent, 42 médailles de bronze et 20 médailles de Cristal qui y contribuent largement.

Raphaële Andrault : Chercheuse en philosophie

Médaille de bronze du CNRS 2018

Raphaële Andrault © CNRS/Vanessa Cusimano

Chercheuse en philosophie moderne à l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités et spécialiste du problème corps-esprit dans l’axe Histoire et imaginaire des sciences et des techniques.

Quand j’ai commencé à travailler sur Spinoza et Leibniz, j’ai dû passer du temps en bibliothèque. Là, dans les fonds anciens, j’ai découvert des ouvrages de médecine parcourus par ces deux philosophes. J’ai été impressionnée par la beauté des planches anatomiques. Comment ces illustrations avaient-elles modifié leur regard sur l’âme, le vivant ou la différence entre l’homme et l’animal ? De cette question est née une conviction : on sous-estime le pouvoir des images sur les conceptions philosophiques ; les images façonnent notre compréhension du lien entre cerveau et pensée. J’ai donc décidé de redonner un peu de « chair » aux théories du rapport corps-esprit, notamment de la douleur, en les confrontant à l’histoire de la médecine, de l’anatomie et des techniques d’imagerie.

Source : CNRS

Principales publications de l’auteure :

Image “à la une” : Anatomy Lesson of Dr. Willem van der Meer (Wikipedia)

Nancy Huston, Sois belle / Sois fort – CR de lecture par François Guillemot

Recension de : Nancy Huston, Sois belle / Sois fort, Paris, Parole, Main de femme, 2016.

Il y a des ouvrages qui bousculent volontairement les pensées conventionnelles et les normes établies. C’est le cas de Sois belle / Sois fort de Nancy Huston. Autant le préciser d’emblée aux lectrices/teurs de ce carnet de recherche, il ne s’agit pas d’un ouvrage académique répondant aux normes des sciences sociales mais plutôt d’un essai personnel d’une femme de lettres renommée.

En deux textes courts, l’auteure propose un questionnement puissant et subversif sur les comportements humains et les approches genrées. Ce « double essai » disposé en envers/endroit comme une carte de jeu à double pagination (SF 51 + SB 48 p.) interroge, à travers plusieurs binômes croisés, les côtés pile et face de notre humanité : fille/garçon, femme/homme, animal/humain, anthropologie/genre, filiations/rôles sociaux, individu/espèce. Dans sa démonstration que l’on peut qualifier d’anthroposophique (mêlant anthropologie/éthologie et philosophie) Nancy Huston bousculent tous les cadres qui sont habituellement donnés par la dichotomie H/F acceptée, entretenue et nourrie par nos sociétés modernes. L’écriture est vivante, le langage parfois familier, le discours radical (d’aucun le trouveront peut-être simpliste)1. L’auteure souligne d’ailleurs cette écriture alerte : « Je vais vite, brosse, trace » (SF, p. 21). Les références, mêlant contemporains et auteurs de jadis (SF, p. 12), font appel autant à la biologie, la philosophie, qu’à la poésie avec une proximité amicale pour Annie Leclerc2. Bien qu’aucun sens de lecture ne soit à priori proposé, j’ai commencé la lecture de ce texte par Sois fort sans doute par curiosité étant moi-même un homme mais aussi pour respecter le sens de la construction de l’ouvrage3.

Sois fort interroge le monde des hommes en trois points. Nancy Huston part d’un questionnement sur la violence humaine, un phénomène clé du fonctionnement du monde : « le monde contemporain est débordé par les effets incontrôlables de la violence virile » (SF, p. 22). Le postulat est fort : « le mâle humain est un problème global, un problème mondial » (SF, p. 14-15). Cette vision macro, facilement vérifiable et plutôt convaincante, propose en quelque sorte une généalogie pour penser la violence humaine, largement conduite et partagée par les hommes. Quelles explications à celle-ci ? Outre les réponses politiques, économiques, sociales, historiques, l’auteure l’aborde sous le double fait du genre et de l’espèce. La problématique de ce premier texte vise à exposer le point faible des hommes, leur violence, à la fois génétique et socialement construite (SF, p. 10). Elle inverse les valeurs communes : l’homme n’est pas le prétendu sexe fort, il est au contraire bardé de faiblesses d’où sa propension à gonfler les muscles et à se battre avec les autres ou encore à s’effondrer, décrocher, se désocialiser (SF, p. 26). Elle entend démontrer et déconstruire cette faiblesse en trois chapitres : lier la violence humaine, pas uniquement à l’éducation, mais plus spécifiquement à l’évolution de l’espèce humaine dont les femmes sont partie prenante ; exposer « la détresse du corps-esprit des garçons dans le monde contemporain » et enfin penser les remèdes pour atténuer ces états de détresse et de violence.

Le premier chapitre expose « la propension à la violence des mâles humains » en scrutant les actions individuelles mais aussi en critiquant les actions guerrières collectives du monde occidental, une barbarie qui n’a rien d’inhumain et notre faculté d’adhérer si facilement à « une politique planétaire de maraudeurs » (SF, p. 23-25). Le chapitre deux de Sois fort souligne la « faiblesse de l’individu homme » avec acuité dès les premières lignes (SB, p. 26) :

« On ne le relève pas souvent, mais les mâles ont le quasi-monopole, non seulement du minuscule barreau tout en haut de l’échelle sociale, mais aussi de l’immense dépotoir au pied de cette échelle. Ils sont majoritaires, non seulement parmi les puissants de ce monde, mais aussi, et de loin, parmi les impuissants. En effet, une vaste majorité des suicidés, des SDF, des accidentés de la route, des détenus, des alcooliques et des toxicomanes sont de sexe masculin » (SB, p. 26).

Une évolution de nos pratiques éducatives apparaît nécessaire pour saisir les mutations corporelles chez le garçon, examiner cette montée des hormones sans culpabilité pour mieux la dompter ou lui offrir un espace non problématique (SF, p. 32). Selon elle, l’État laïque reste muet sur cette question clé : « aider les mâles à organiser, à gérer et à contrôler leurs pulsions sexuelles » (SF, p. 29). Cette fragilité masculine est aussi sociale. La pauvreté et la relégation dans des banlieues discriminées favorisent l’exclusion et le passage à l’acte criminel et guerrier :

« Ce sont ces garçons-là, je le sais, et pas les gamins du sixième arrondissement, que je retrouverai plus tard en prison » (SF, p. 34).

Une mutation dans nos approches s’avère indispensable si l’on désire provoquer quelque changement qui viserait (on peut le lire ainsi) à « lisser notre humanité ». Il s’agirait de la rendre moins agressive et moins mortifère, de mieux canaliser les effets de la testostérone chez les jeunes mâles. Il s’agirait de limiter « les excès délirants de violence » et notamment le phénomène des guerres qui consistent à s’accaparer des richesses des autres (SF, p. 51-52). Il s’agirait également à mettre fin à « une situation hautement paradoxale » qui nous inflige quotidiennement le message primitif suivant :

« l’homme est un guerrier déchainé meurtrier musclé et violent, et la femme, une chose à décorer, à maquiller, à habiller, à déshabiller, à protéger, à sauver, à frapper et à baiser » (SF, p. 31).

Cette comédie humaine, ancrée dans nos mentalités et nos gènes, a des effets dévastateurs.

Le chapitre trois propose une prise de conscience par les femmes (mères, copines, épouses, amantes) en termes d’instincts et de besoins de l’homme mâle, animal génétiquement programmé (SF, p. 41-42). La tâche des femmes pour bousculer « la machine redoutable, huilée et rodée depuis la nuit des temps », est immense : « Nous devons […] apprendre aux filles à désirer des garçons non-violents » (SF, p. 48). Les modèles à valoriser ne doivent plus être ceux de l’agressivité et du saccage et l’éducation mutuelle des hommes et des femmes doit faire place « à la nuance et à l’humilité » (SF, p. 50). Mais dans ce monde d’hommes, la mutation paraît bien fragile et l’auteure « plutôt pessimiste » (SF, p. 13). Selon elle, c’est pourtant une utopie qu’il faudra bien relever pour notre propre survie. Le questionnement est puissant. Cependant, les solutions préconisées semblent bien dérisoires face à la complexité du problème.

Sois belle est également décliné en trois chapitres qui lient intimement anthropologie et constructions sociales. Nancy Huston débute par une remontée dans le temps en explorant les caractéristiques de notre espèce Homo sapiens, notamment la narrativité comme technique de survie (SB, p. 12)4. Elle donne des signes probants de notre soumission prédéterminée aux règles du monde animal et démontre avec efficacité le lien qui existe entre « hormones et désir » (SB, p. 16). Or, notre survie dépend beaucoup de ce lien et du danger qu’il y a « à chosifier » nos comportements « indépendamment de [leur] fonction originelle » (SB, p. 16-18)5. Les femmes ont cette spécificité particulière de mettre au monde filles et garçons : « un privilège, un avantage, un scandale ou un mystère sacré » selon les cas (SB, p. 18-19). Mais la différenciation est aussi biologique : « les hommes ont une prédisposition innée à désirer les femmes par le regard » (SB, p. 20). Or, les implications dans la reproduction, pour les deux sexes, sont bien différentes, voire inégales et dans tous les cas bien plus lourde pour la femme. Nancy Huston résume d’une formule lapidaire les rapports entre les sexes chez Homo sapiens :

« il n’est pas rare que les garçons feignent d’aimer pour pouvoir baiser, alors que les filles feignent de désirer pour piéger » (p. 22).

Ces dispositions en tête, l’auteure en vient à décrypter comment, dans le monde académique, les différences sexuelles ont été gommées et participent du clivage au sein du milieu scientifique (différences naturelles, « de droite » et constructions sociales, « de gauche) (SB, p. 24). Elle déconstruit les excès ou la tendance de la théorie du genre à nier la différenciation sexuelle et psychique (les hommes et les femmes ne pensent pas de la même façon) et à gommer la pluralité des sexes (SB, p. 25). Elle fait cette critique elle-même aussi avec excès ne mesurant pas suffisamment les apports des études sur le genre. Dans Sois fort, elle souligne également la différenciation sexuelle, utile pour les femmes : « pour donner un sens à sa vie, une femme a toujours un recours, et elle le sait : elle peut devenir mère » (SF, p. 34). L’utérus, seul porteur du futur, fait toute la différence (SB, pp. 26-27). Dans son second chapitre, Nancy Huston met en avant la « double contrainte » de la modernité (SB, p. 37) qui habite la femme : être putain ou mannequin ?, reflet paradoxal des deux idéaux féminins (non-maternels) que véhiculent la société actuelle à l’excès (SB, p. 33). Le dernier chapitre propose une revalorisation de la pudeur comme cadre social correctif d’une humiliation qu’illustrent la pornographie et la prostitution, drogues mercantiles du monde moderne occidental. En ce sens, « la pudeur n’a rien de dérisoire », elle se présente comme une résistance à notre culture « allumeuse » et exhibitionniste (SB, p. 46). Le texte Sois belle se termine de façon abrupte sur un programme éducatif en sept points ouvrant sur une possible discussion révélant aussi l’importance du culturel pour corriger les effets du naturel. On en revient toujours à l’éducation.

Les deux faces de cet essai nous poussent à réfléchir à la fois sur le genre de notre monde mais aussi sur les perspectives féministes. Elles questionnent profondément ce que nous sommes (un envers, un endroit en interaction) et ce que nous pouvons devenir, la possibilité d’une société plus égalitaire et moins brutale, car si une prise de conscience s’élabore, des correctifs sont possibles. En bousculant les perspectives de nature (notre génétique) et de culture (notre construction sociale), Nancy Huston nous invite à les prendre en compte, non pas l’une au détriment de l’autre, mais l’une et l’autre et, par ce geste-là, sa réflexion est déjà une forme de réconciliation entre les deux approches : « c’est dans la nature humaine d’avoir une culture mais celle-ci ne nous propulse pas magiquement hors-nature » rappelle-t-elle (SB, p. 29-30). Être conscient, c’est admettre notre part d’animalité, notre « continuité biologique avec le monde animal » (SB, p. 27), une disposition intellectuelle qui apparaît être, selon elle, le meilleur moyen d’agir sur les questions de genre et de culture.

La combinaison argumentative de Nancy Huston est claire : exposer le problème (postulats du premier chapitre des deux textes), l’admettre, le comprendre et l’analyser (les chapitres deux) permettraient d’en trouver les solutions (les chapitres trois). Faire entrer la différenciation sexuelle et l’éthologie dans la théorie du genre pour la refondre en une anthroposophie plus large, telle est l’ambition de ces deux textes percutants. Les opinions que l’auteure défend, souvent remises en cause dans les recherches sur le genre dans le domaine des sciences sociales, se situent dans un autre champ, plus philosophique. En se plaçant au niveau terre-à-terre de notre animalité pour formuler son analyse, elle bouscule les disciplines et les oblige à dialoguer. Et si chaque assertion de cet essai, plus riche et profond qu’il n’y paraît, mériterait des approfondissements élaborés, son grand avantage est qu’il pose intellectuellement et publiquement le débat.

François Guillemot, 27/02/2017.

 

Image “à la une” : Nancy Huston en 2015, photo publiée par marina53 sur Babelio © DR

Notes

  1. L’ouvrage a fait l’objet d’une recension anonyme cinglante sur un blog féministe []
  2. On peut citer dans SF : Cervantès, la philosophe des sciences Peggy Sastre, l’éditeur Hubert Nyssen, les écrivains Romain Gary, Bruce Chatwin, Rober Bly, le philosophe François Flahaut, l’anthropologue Dounia Bouzar, l’écrivaine Elena Ferrante, le dramaturge Mohamed Kacimi, le sociologue Pierre Bourdieu… et dans SB : Jared Diamond, Elisabeth Badinter, Roland Barthes, Michel Raymond, Simone de Beauvoir, Gilles Lipovetscky… []
  3. La liste des ouvrages de la collection « Main de femme » située à la fin de Sois belle est en soi une indication []
  4. Ce point de départ chronologique pourrait indiquer que la lecture débute ici. L’ouvrage lui-même est référencé sous le titre Sois belle / Sois fort. Laissons à chacun de loisir de choisir le sens de la lecture []
  5. Elle cite trois exemples concrets susceptibles de graves dérives : la nourriture, la violence et la beauté féminine []