Archives par mot-clé : prisonniers d’opinion

Interview with Former Political Prisoner Tran Thi Nga About Effects of Prison on Women and Children

Entretien avec l’ancienne prisonnière de conscience Trân Thi Nga sur ses conditions de détentions et les méthodes coercitives de la Sécurité publique du Viêt-Nam à l’encontre des dissidents, de leur famille et de leurs enfants. Un témoignage important.


The 88 Project had the opportunity to interview former political prisoner Tran Thi Nga about her experience in prison and conditions in prison for women and children. Tran Thi Nga was released from prison in January and sent immediately into exile in the United States. She was about three years into a nine-year prison sentence for her activism in land and labor rights when she was released. 

In the video, Nga speaks about the psychological effects on her young children during her arrest and her time in prison. Her youngest child was only four years old when he witnessed his mother being arrested by the police in their own home. When Nga’s husband was detained for questioning, their six year-old was also detained and was even separated from his father. Nga’s children struggled with discrimination at school during her imprisonment, as well as difficulties in visiting their mother in prison. Nga was transferred to a facility 1,000 km away from the family’s hometown, and the authorities often used visitation rights as a means to try to get her to admit guilt. She urges international stakeholders to speak up for the rights of women and children and remedy the injustices caused by the Vietnamese authorities’ poor treatment of female prisoners.

Lire la suite : The 88 Project, 20/06/2020.

Libération de Nguyen Dang Minh Man [02/08/2019]

Le 2 août 2019, l’activiste Nguyễn Đặng Minh Mẫn a été libérée après avoir passé 8 années en prison pour délit d’opinion. C’est à ce jour, l’incarcération la plus longue pour une jeune dissidente, arrêtée en 2011 avec 13 autres jeunes catholiques dans le centre du pays. Après avoir expérimenté, selon ses mots, « une lutte de tous les jours au sein de la prison », sa détermination reste intacte. De retour parmi les siens à Tra Vinh, elle s’est exprimée sur ses conditions de détention. Alors qu’un regain de tension entre la Chine et le Viêt-Nam se manifeste dans les Spratleys, le combat de Minh Mân contre l’expansionnisme de Pékin est plus que jamais d’actualité.

FG

Illustration « à la une » : Nguyen Dang Minh Man en famille © DR

Tran Thi Xuan : imprisoned for protesting against pollution

Une prisonnière de conscience à ne pas oublier.


Tran Thi Xuan, one of the female activists tried in Vietnam in 2018


Check out our recap of Vietnam’s continued crackdown on dissent in 2018. Last year saw an increase over 2017 in the number of activists arrested and tried, as well as the length of prison sentences activists received. As of December 22, 2018, there were 210 political prisoners currently serving sentences in Vietnam and another 19 still awaiting trial. We recognize that 2018 was one of the worst years for human rights in Vietnam in recent times.

Source : The 88 Project

Dissident Vietnam blogger ‘Mother Mushroom’ released, on way to US

Annonce de la libération de la blogueuse et dissidente Nguyen Ngoc Nhu Quynh emprisonnée depuis octobre 2016 pour « propagande anti-étatique ». Condamnée à dix ans de prison en juin 2017, elle est aujourd’hui libérée mais expulsée vers les États-Unis.

HANOI: A dissident Vietnamese blogger known by the pen name « Mother Mushroom » was on her way to the United States Wednesday (Oct 17) after being released from prison where she was serving 10 years for anti-state propaganda, multiple sources said.

Nguyen Ngoc Nhu Quynh was freed from jail Wednesday and put on a flight en route to the US to join her children and mother, a US embassy source, friends, and a Vietnam official said.

« Quynh was sent to the US earlier today, » a Vietnamese government official confirmed to AFP, speaking on condition of anonymity.

Family friend Nguyen Lai said on Facebook « congratulations » to Quynh, adding she would soon be in a « free country ».

Quynh, one of Vietnam’s most well-known activists whose recognisable pen name « Me Nam » comes from her daughter’s nickname « mushroom », was jailed in June 2017 in a case that drew ire from the United States, the European Union and the United Nations.

She is an outspoken critic of Vietnam’s one-party state and gained notoriety with her writing about the environment, politics and deaths in police custody – a no-go topic in communist Vietnam.

Read more / Lire la suite : Channel News Asia

Pour en savoir plus :

Table ronde de la BBC Vietnamese sur la libération de Nguyen Ngoc Nhu Quynh

Photo « à la une » :  la dissidente « Me Nam » © Jonas Gratzer/Lightrocket via Getty Images

Lettre ouverte du Collectif pour les droits humains et pour la lutte contre la violence faite aux femmes

La prisonnière d’opinion Tran Thi Nga incarcérée depuis janvier 2017 a subi menaces de mort et violences physiques. Elle a bénéficié d’une action urgente d’Amnesty International l’été dernier. Le 10 octobre 2018, une lettre ouverte de la députée suisse au Grand Conseil de Genève Anne Marie von Arx-Vernon représentant le « Collectif pour les droits humains et pour la lutte contre la violence faite aux femmes » a été envoyée aux autorités vietnamiennes pour exiger sa libération et la fin des maltraitances.

Lettre ouverte du 10 octobre 2018

Tô Lâm

Ministre de la Sécurité publique du Vietnam

44 Yêt Kiêu St. Hoàn Kiêm District

Hà Nội, Viêt-Nam

Monsieur le Ministre,

Nous vous adressons cette lettre ouverte à la suite d’informations reçues de sources concordantes sur les conditions de détention préoccupantes de votre citoyenne Madame Tran Thi Nga, qui purge actuellement une peine de neuf ans à la prison de Gia Trung à Mang Yang, dans la province de Gia Lai, à plus de 1300 kms de son lieu de domicile.

Le 17 août 2018, Tran Thi Nga nous a fait savoir par ses proches qu’elle avait été violemment battue et menacée de mort par sa codétenue. Bien que les autorités pénitentiaires locales aient été alertées à plusieurs reprises, aucune mesure à ce jour n’a été mise en place pour la protéger.

Depuis son arrestation le 21 janvier 2017, Tran Thi Nga n’aurait pu recevoir qu’une seule visite de son conjoint, et aucune de ses enfants âgés de 6 et 8 ans malgré les dispositions de la loi vietnamienne qui prévoit une visite par mois.

Elle n’a été autorisée à joindre sa famille par téléphone qu’en juin 2018, après 16 mois de silence.

Tran Thi Nga souffre par ailleurs des séquelles de deux attaques subies en 2014 en 2015 au cours desquelles elle a été rouée de coups avec un bras et une jambe fracturés par des individus en civil.

Dans ces circonstances, nous vous exhortons, Monsieur le Ministre, à agir afin de :

  • libérer Tran Thị Nga immédiatement et sans condition, car elle est détenue uniquement pour avoir exercé, sans violence, son droit à la liberté d’expression ;
  • veiller à ce que, dans l’attente de sa libération, Tran Thi Nga soit traitée conformément à l’ensemble des conventions des Nations-Unies pour le traitement des détenus, et particulièrement à ce qu’elle ne soit pas victime d’actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements ;
  • mettre fin à son lointain transfert de manière à ce que Tran Thị Nga puisse régulièrement avoir une visite de sa famille et bénéficier des soins médicaux adaptés qui lui seraient nécessaires.

Dans cette attente, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de nos sentiments distingués.

Au nom du collectif des signataires dont la liste est jointe.

Anne Marie von Arx-Vernon

Députée au Grand Conseil de Genève

Copie de cette lettre ouverte envoyée à :

Ambassade du Vietnam en Suisse.Monsieur l’Ambassadeur Pham Hai Bang, Schlösslistrasse 26 – CH-3008 Berne

Département fédéral des Affaires Etrangères DFAE.Monsieur le Conseiller fédéralIgnazio Cassis, Effingerstrasse 27 – CH-3003 Bern

Source : Viêt Tân