Archives par mot-clé : RSVN

Mme Dang Thi Ngoc Thinh, présidente de la RSVN par intérim. Résistante et apparatchik : portrait

Quelques semaines après publié cette notice biographique sur Mme Dang Thi Ngoc Thinh celle-ci a été remerciée et remplacée par l’actuel homme fort du pays, le secrétaire général du PCV cumulant ce rôle politique de premier plan à celui de président de la RSVN. Cette nomination intervient sans surprise car le 3 octobre 2018 le Comité central du PCV à l’unanimité avait présenté sa candidature à peine une semaine après le décès soudain de Tran Dai Quang, l’ancien président de la république. Le 23 octobre 2018, lors de sa 14e législature et 6e session, l’Assemblée nationale entérinait cette décision en élisant Nguyen Phu Trong à 99,79 % pour la période 2016-2021. Le mandat par intérim de Mme Thinh fut de courte durée (23 septembre – 23 octobre 2018). MàJ 28/10/2018.

A la suite du décès soudain de Tran Dai Quang, la vice-présidente Dang Thi Ngoc Thinh a été nommée présidente de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) par intérim. Elle assume cette charge depuis le 23 septembre 2018 selon le document signé (Notification N ° 317 / TB-UBTVQH14) par Nguyen Thi Kim Ngan, la présidente de l’Assemblée nationale, au nom du Comité permanent de cette assemblée1.

Fait remarquable, c’est la première femme présidente de la République (tous régimes confondus) au Viêt-Nam et donc la première femme présidente en RSVN. Elle est également la première femme à la tête d’un pays communiste depuis Sabine Bergmann-Pohl, présidente de l’Allemagne de l’Est. Ces particularités ont été soulignées et la plupart du temps saluées par la presse étrangère2. En France, quelques jours après sa nomination officielle, L’Humanité, organe du PCF, en faisait « la femme du jour »3.

Mme Dang Thi Ngoc Thinh est peu connue du public vietnamien mais son pédigrée politique au sein de l’État socialiste est important. Née en 1959 dans la province de Quang Nam, elle adhère au PCV le 19 novembre 1979 un mois avant de célébrer ses vingt ans. Mais dès l’âge de quinze ans, alors que la guerre du Viêt-Nam s’enlise et que le Sud s’effondre, elle officie secrètement au sein de l’État-major Viêt-Công de Saigon-Gia Dinh.

Depuis elle a occupé de très nombreuses fonctions officielles principalement au sein du premier arrondissement de Saigon/Ho Chi Minh-Ville (HCMV). Après la chute de Saigon, elle devient une personne incontournable des organigrammes de cet arrondissement, on la retrouve : experte au Bureau du comité de district du district 1 d’Ho Chi Minh-Ville, chef du Comité du parti pour la mobilisation de la population, puis secrétaire du Comité du parti du district de Ben Thanh (district 1, HCMV) ; membre du Comité permanent du comité du parti du district, directrice du parquet du district 1, vice-présidente du Comité populaire du district 1 ; vice-présidente de l’Union des femmes d’Ho Chi Minh-Ville puis présidente de la même organisation. Enfin, quittant la métropole sudiste, elle a été promue directrice adjointe du Comité pour la population et les enfants à Hanoi.

Cette nouvelle affectation lui ouvre les portes du pouvoir au plus haut niveau. Depuis le Xe Congrès national du PCV en avril 2006, elle devient membre suppléante (sur 21 membres suppléants) d’un Comité central du Parti réunissant à l’époque 161 membres.

En octobre 2007, elle est nommée vice-présidente permanente de l’Union des Femmes du Viêt-Nam gravissant encore un échelon dans cette organisation. En 2009 et 2010, elle investit de nouveau le champ politique au Sud en officiant en tant que vice-secrétaire puis comme secrétaire du Comité de la province de Vinh Long, fonction qu’elle quitte en 2015.

Cette année 2015 lui offre une nouvelle promotion importante. Elle est nommée en mars chef adjointe du Bureau central du Parti communiste du Viêt-Nam, une place stratégique qui la place au plus haut niveau de l’État-Parti, un cercle où les femmes sont peu nombreuses. Un an plus tard, le 8 avril 2016, à la suite du XIIe congrès national de janvier, elle est élue à 91 % pour occuper le poste de vice-présidente de la RSVN. Conformément à la constitution (amendée en 2013), elle devient automatiquement présidente par intérim à la suite du décès de Tran Dai Quang4.

Sur le plan académique, les biographies officielles lui prêtent de multiples licences, en histoire, en droit et en sciences politiques. Cependant, activiste très jeune et intégrée au Parti à vingt ans, sa trajectoire politique apparaît plus comme celle d’une apparatchik discrète mais efficace et régulièrement promue. Son niveau d’éducation mis en avant dans sa biographie officielle est un niveau Master dans la « construction du Parti ». Sa fidélité au Parti a semble-t-il été un atout majeur dans son ascension.

Membre du Comité central du Parti communiste du Viêt-Nam depuis 2006 : suppléante  pour la période 2006-2011 (Xe Congrès) et membre officiel pour les mandats 2011-2016 (XIe Congrès), 2016-2021 (XIIe Congrès). Député de l’Assemblée nationale de la RSVN pour les mandats 2002-2007 ( XIe législature), 2011-2016 ( XIIIe législature), 2016-20201 (XIVe législature).

Le journal L’humanité, dans un portrait publié le 26 septembre, soulignait ses principaux atouts :

Durant son précédent mandat, Dang Thi Ngoc Thinh s’est attachée à promouvoir l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes par le renforcement de leur rôle dans tous les aspects de la vie économique, politique, culturelle et sociale.

Dès sa nomination, son calendrier s’est chargé de visites d’hôtes étrangers. Dès le 21 septembre 2018, date du décès du président de la RSVN, Dang Thi Ngoc Thinh rencontrait Mme Valentina Matvienko la présidente du conseil de la Fédération de Russie5. Le 28 septembre à Hanoi elle recevait l’ancien président mozambicain Armando Emilio Guebuza, à la tête d’une délégation du Mozambique6.

On ne sait si cette période de présidence intérimaire va durer. Elle laisse du moins le temps aux membres du Politburo vietnamien, un cercle fermé de 19 personnes7, de réfléchir à la nomination d’un nouveau président ou la confirmation dans ses fonctions de la nouvelle présidente. Cette décision sera à l’ordre du jour de la prochaine session de l’Assemblée nationale programmée en principe à la fin du mois d’octobre.

FG, Màj 01/10/2018.

Image « à la une » : infographie de l’ascension politique de Mme Dang Thi Ngoc Thinh © VietnamNet / VNA

Notes

  1. Cette notice biographique s’appuie sur les sources officielles du Parti communiste du Viêt-Nam ainsi que sur les notices Wikipedia en vietnamien et en anglais de cette personnalité politique. Voir aussi les documents édités en 2016 :  « Tóm tắt lý lịch tân Phó Chủ tịch nước Đặng Thị Ngọc Thịnh », VOV, 08/04/2016 ; et mis à jour en 2018 : « Tiểu sử, sự nghiệp của quyền Chủ tịch nước Đặng Thị Ngọc Thịnh », VTC News, 23/09/2018 []
  2. A titre d’exemple voir : « Dang Thi Ngoc Thinh becomes first female president of Vietnam », South China Morning Post, 23/09/2019 ; « Vietnam Taps First Woman to Top Leadership as Acting President », Bloomberg, 23/09/2018 []
  3. « La femme du jour : Dang Thi Ngoc Thinh », L’Humanité, 26/09/2018 []
  4. « Thực hiện quyền Chủ tịch nước với bà Đặng Thị Ngọc Thịnh », Dân Tri, 23/09/2018 ; « Dang Thi Ngoc Thinh assume la position de président p.i. du Vietnam », Vietnam +, 23/09/2018 []
  5. « Phó Chủ tịch nước Đặng Thị Ngọc Thịnh gặp Chủ tịch Hội đồng LB Nga », VietnamNet, 21/09/2018 []
  6. « La présidente par intérim Dang Thi Ngoc Thinh reçoit l’ancien président mozambicain », Le Courrier du Vietnam, 29/09/2018 []
  7. Après le décès de Tran Dai Quang, l’éviction de Dinh La Thang et le retrait pour raisons de santé de Dinh The Huynh, le Poliburo comprend désormais 16 membres []

La condamnation en appel de Nguyễn Ngọc Như Quỳnh renforce le climat de peur au Vietnam

Communiqué du Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme à la suite de la confirmation en appel de la peine de dix ans de prison pour la blogueuse et activiste sociale Me Nam.

PARIS, 30 novembre 2017 (VCHR) – Le Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme dénonce fermement la condamnation en appel, aujourd’hui à Nha Trang, de la blogueuse et défenseure des droits de l’Homme Nguyễn Ngọc Như Quỳnh (alias Mẹ Nấm) à 10 ans d’emprisonnement pour « propagande contre l’État » (article 88 du Code pénal). Les juges vietnamiens ont, sans surprise, confirmé la sentence en première instance prononcée le 29 juin dernier. Sa mère et les manifestants venus la soutenir devant le tribunal ont été passés à tabac par des policiers en civil.

La condamnation en appel de Nguyễn Ngọc Như Quỳnh, qui intervient la veille même du Dialogue UE-Vietnam sur les droits de l’Homme, est inique car elle a été prononcée au cours d’un procès entaché d’atteinte aux droits de la défense. Dimanche dernier, son avocat, Me Võ An Đôn, a été soudainement et arbitrairement radié du Barreau par les autorités. Par ailleurs, cette condamnation se fonde sur l’article 88 du Code pénal qui est de longue date dénoncé par la communauté internationale comme incompatible avec le Pacte international relatif aux droits civils et politiques auquel est partie le Vietnam depuis 1982.

Lire la suite : Quê Me

Phương Liên : Ra mắt sách ‘Thanh niên xung phong anh hùng’

Annoncée sur le site officiel du gouvernement de la RSVN : sortie prévue d’un ouvrage commémoratif en trois tomes en hommage aux Jeunesses de choc du Viêt-Nam. Le tome 1 est paru le 7 juillet à l’occasion du 70e anniversaire des blessés et martyrs, le tome 2 paraîtra le 30 septembre et le tome 3 le 15 décembre.

(Chinhphu.vn) – Chiều 7/7, Hội Cựu Thanh niên xung phong (TNXP) Việt Nam đã giới thiệu cuốn sách “Thanh niên xung phong anh hùng” tập 1 nhân dịp kỷ niệm 70 năm ngày Thương binh-Liệt sĩ (27/7/1947-27/7/2017).

Lire la suite : VGP News, 07/07/2017.

Voir aussi :

Giới thiệu bộ sách “Thanh niên xung phong Việt Nam anh hùng”, QĐND Online, 08/07/2017 – Chiều 7-7, tại Hà Nội, Hội cựu Thanh niên Xung phong Việt Nam đã tổ chức giới thiệu bộ sách “Thanh niên Việt Nam anh hùng”.

Thanh niên xung phong Việt Nam anh hùng, TP Online, 08/07/2017.

Image « à la une » : © 2017 Tien Phong Online

Arrestation de Mme Can Thi Theu / Dân oan Cấn Thị Thêu bị bắt – 10/06/2016

La répression contre les paysans pétitionnaires s’accentue. Annonce par sa famille de l’arrestation de Can Thi Theu, une activiste sociale connue. Selon le blogueur Nguyen Tuong Thuy, l’arrestation a mobilisé 70 policiers en uniforme et en civil pour mener à bien l’opération !

Message politique de son fils traduit ci-après en français.

« A 6 heures aujourd’hui [vendredi 10 juin], des forces de police anti-émeute, la Công An, la sécurité publique (de Hanoi et de la province de Hoa Binh) se sont rendues dans notre maison (district de Yen Thuy dans la province de Hoa Binh) pour contrôler ma famille et mettre aux arrêts ma mère avant de l’emmener.

La police du district de Dong Da à Ha Noi a présenté le mandat d’arrêt en vertu de l’article 245 du code pénal pour « troubles de l’ordre public ».

Ils ont également présenté un mandat de perquisition, ils ont fouillé la maison sans résultat, mais le téléphone de ma mère a été saisi.

Actuellement, les policiers détiennent ma mère au commissariat du district de Yen Thuy.

Je suis sur le chemin avec les compatriotes de Duong Noi pour lutter contre la clique des mandarins corrompus communistes, contre la dictature communiste et contre l’État policier.

Ma famille appelle la communauté internationale à se mobiliser contre les arrestations visant à s’accaparer des terres du peuple par les autorités de Hanoi ».

Source : Dan Lam Bao

DanOan_CanThiTheu
Portrait de Can Thi Theu © CTM Media

Lire aussi :

Image « à la une » : Policiers anti-émeutes arrêtant Mme Can Thi Theu, paysanne pétitionnaire à Yen Thuy, province de Hoa Binh © ANTD

Nguyên Thi Kim Ngân élue présidente de l’Assemblée nationale [Le Courrier du Vietnam]

[ndlr] Élection par les députés de l’État-Parti de la première femme présidente de l’Assemblée nationale de la RSVN (Nguyen Thi Kim Ngan, 62 ans).

À la majorité des voix, Nguyên Thi Kim Ngân a été élue ce matin, 31 mars, présidente de l’Assemblée nationale (AN) vietnamienne, succédant à Nguyên Sinh Hùng.

Nguyên Thi Kim Ngân est la première femme à assumer une des plus hautes fonctions de l’État, en dehors de la vice-présidente du Vietnam, ainsi que le premier dirigeant à prêter serment devant l’AN.  Elle a aussi été élue présidente du Conseil électoral national, fonctions également occupées par son prédécesseur.

Cet après-midi 31 mars, la libération de ses fonctions du chef de l’État, Truong Tân Sang, doit être à l’ordre du jour.

Le 30 mars, les députés se sont réunis en séance plénière. Dans la matinée, ils ont discuté du projet d’amendement de la Loi sur la signature, l’adhésion et l’application des conventions internationales. Douze députés ont présenté leurs avis sur les principes de signatures, d’application et de ratification des conventions internationales, sur l’harmonie entre ces dernières et la Constitution, les lois vietnamiennes, etc.

Lire la suite : Le Courrier du Vietnam

Pour en savoir plus :

Image « à la une » : La nouvelle présidente de l’Assemblée nationale prête serment © Thông Nhât/VNA/CVN