Archives par mot-clé : RSVN

International Press Freedom Awards: Nguyen Ngoc Nhu Quynh, Vietnam

Après avoir été libérée avant terme et expulsée du Viêt-Nam vers les Etats-Unis la blogueuse et activiste Nguyen Ngoc Nhu Quynh, connue sous le pseudonyme de “Mère Champignon” a bénéficié du soutien du Comité de Protection des Journalistes, ONG installée à New York. Elle a reçu le 20 novembre 2018, en compagnie de journalistes du Venezuela, du Soudan et de l’Ukraine, le prix de la Liberté de la presse 2018. Vidéo et texte ci-après de son allocution lors de la remise de ce prix.

The text of Nguyen Ngoc Nhu Quynh’s acceptance speech, as prepared for delivery, is below.

I would like to express my sincere gratitude to the Committee to Protect Journalists for selecting me as one of the recipients of the 2018 International Press Freedom Awards.

Freedom! One cannot find a more fitting symbol of freedom than the Statue of Liberty right here in this great city of New York; where I have found myself in these immortal words that were cast more than a century ago: Give me your tired, your poor, your huddled masses yearning to breathe free.

I am so grateful to CPJ for helping to secure my freedom. I am also profoundly thankful to the U.S. government and this country for accepting my family into her open and compassionate arms. But even now, as I am breathing the air of freedom, I must confess that I have yet to find complete happiness. Because seeking personal freedom in another land away from Vietnam was never my goal. My dream and my struggle have always been to one day be one of 90 million free citizens of Vietnam–living lives with basic freedoms, with human rights respected and protected, fully free to engage in the process of self-determination.

My personal freedom today was secured by the tireless efforts and contributions of many friends and supporters. This newly gained freedom would only be meaningful if I use it as a voice for the oppressed back in Vietnam. So my journey for a free Vietnam shall continue, regardless of where I live.

I would also take this opportunity to ask all of you to shine the light of justice on another brave Vietnamese mother with 2 children of her own–fellow blogger Trần Thị Nga. She was sentenced to nine years imprisonment for her fight for freedom, democracy and human rights in Vietnam. Please support us in our endeavor to free this courageous woman. Thank you again, so much, for your recognition and support for bestowing this award upon me. Thank you everyone.

Nguyen Ngoc Nhu Quynh

Source : CPJ

Mme Dang Thi Ngoc Thinh, présidente de la RSVN par intérim. Résistante et apparatchik : portrait

Quelques semaines après publié cette notice biographique sur Mme Dang Thi Ngoc Thinh celle-ci a été remerciée et remplacée par l’actuel homme fort du pays, le secrétaire général du PCV cumulant ce rôle politique de premier plan à celui de président de la RSVN. Cette nomination intervient sans surprise car le 3 octobre 2018 le Comité central du PCV à l’unanimité avait présenté sa candidature à peine une semaine après le décès soudain de Tran Dai Quang, l’ancien président de la république. Le 23 octobre 2018, lors de sa 14e législature et 6e session, l’Assemblée nationale entérinait cette décision en élisant Nguyen Phu Trong à 99,79 % pour la période 2016-2021. Le mandat par intérim de Mme Thinh fut de courte durée (23 septembre – 23 octobre 2018). MàJ 28/10/2018.

A la suite du décès soudain de Tran Dai Quang, la vice-présidente Dang Thi Ngoc Thinh a été nommée présidente de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) par intérim. Elle assume cette charge depuis le 23 septembre 2018 selon le document signé (Notification N ° 317 / TB-UBTVQH14) par Nguyen Thi Kim Ngan, la présidente de l’Assemblée nationale, au nom du Comité permanent de cette assemblée1.

Fait remarquable, c’est la première femme présidente de la République (tous régimes confondus) au Viêt-Nam et donc la première femme présidente en RSVN. Elle est également la première femme à la tête d’un pays communiste depuis Sabine Bergmann-Pohl, présidente de l’Allemagne de l’Est. Ces particularités ont été soulignées et la plupart du temps saluées par la presse étrangère2. En France, quelques jours après sa nomination officielle, L’Humanité, organe du PCF, en faisait “la femme du jour”3.

Continuer la lecture de Mme Dang Thi Ngoc Thinh, présidente de la RSVN par intérim. Résistante et apparatchik : portrait
  1. Cette notice biographique s’appuie sur les sources officielles du Parti communiste du Viêt-Nam ainsi que sur les notices Wikipedia en vietnamien et en anglais de cette personnalité politique. Voir aussi les documents édités en 2016 :  “Tóm tắt lý lịch tân Phó Chủ tịch nước Đặng Thị Ngọc Thịnh”, VOV, 08/04/2016 ; et mis à jour en 2018 : “Tiểu sử, sự nghiệp của quyền Chủ tịch nước Đặng Thị Ngọc Thịnh”, VTC News, 23/09/2018 []
  2. A titre d’exemple voir : “Dang Thi Ngoc Thinh becomes first female president of Vietnam”, South China Morning Post, 23/09/2019 ; “Vietnam Taps First Woman to Top Leadership as Acting President”, Bloomberg, 23/09/2018 []
  3. “La femme du jour : Dang Thi Ngoc Thinh”, L’Humanité, 26/09/2018 []

La condamnation en appel de Nguyễn Ngọc Như Quỳnh renforce le climat de peur au Vietnam

Communiqué du Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme à la suite de la confirmation en appel de la peine de dix ans de prison pour la blogueuse et activiste sociale Me Nam.

PARIS, 30 novembre 2017 (VCHR) – Le Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme dénonce fermement la condamnation en appel, aujourd’hui à Nha Trang, de la blogueuse et défenseure des droits de l’Homme Nguyễn Ngọc Như Quỳnh (alias Mẹ Nấm) à 10 ans d’emprisonnement pour « propagande contre l’État » (article 88 du Code pénal). Les juges vietnamiens ont, sans surprise, confirmé la sentence en première instance prononcée le 29 juin dernier. Sa mère et les manifestants venus la soutenir devant le tribunal ont été passés à tabac par des policiers en civil.

La condamnation en appel de Nguyễn Ngọc Như Quỳnh, qui intervient la veille même du Dialogue UE-Vietnam sur les droits de l’Homme, est inique car elle a été prononcée au cours d’un procès entaché d’atteinte aux droits de la défense. Dimanche dernier, son avocat, Me Võ An Đôn, a été soudainement et arbitrairement radié du Barreau par les autorités. Par ailleurs, cette condamnation se fonde sur l’article 88 du Code pénal qui est de longue date dénoncé par la communauté internationale comme incompatible avec le Pacte international relatif aux droits civils et politiques auquel est partie le Vietnam depuis 1982.

Lire la suite : Quê Me

Phương Liên : Ra mắt sách ‘Thanh niên xung phong anh hùng’

Annoncée sur le site officiel du gouvernement de la RSVN : sortie prévue d’un ouvrage commémoratif en trois tomes en hommage aux Jeunesses de choc du Viêt-Nam. Le tome 1 est paru le 7 juillet à l’occasion du 70e anniversaire des blessés et martyrs, le tome 2 paraîtra le 30 septembre et le tome 3 le 15 décembre.

(Chinhphu.vn) – Chiều 7/7, Hội Cựu Thanh niên xung phong (TNXP) Việt Nam đã giới thiệu cuốn sách “Thanh niên xung phong anh hùng” tập 1 nhân dịp kỷ niệm 70 năm ngày Thương binh-Liệt sĩ (27/7/1947-27/7/2017).

Lire la suite : VGP News, 07/07/2017.

Voir aussi :

Giới thiệu bộ sách “Thanh niên xung phong Việt Nam anh hùng”, QĐND Online, 08/07/2017 – Chiều 7-7, tại Hà Nội, Hội cựu Thanh niên Xung phong Việt Nam đã tổ chức giới thiệu bộ sách “Thanh niên Việt Nam anh hùng”.

Thanh niên xung phong Việt Nam anh hùng, TP Online, 08/07/2017.

Image “à la une” : © 2017 Tien Phong Online

Arrestation de Mme Can Thi Theu / Dân oan Cấn Thị Thêu bị bắt – 10/06/2016

La répression contre les paysans pétitionnaires s’accentue. Annonce par sa famille de l’arrestation de Can Thi Theu, une activiste sociale connue. Selon le blogueur Nguyen Tuong Thuy, l’arrestation a mobilisé 70 policiers en uniforme et en civil pour mener à bien l’opération !

Message politique de son fils traduit ci-après en français.

“A 6 heures aujourd’hui [vendredi 10 juin], des forces de police anti-émeute, la Công An, la sécurité publique (de Hanoi et de la province de Hoa Binh) se sont rendues dans notre maison (district de Yen Thuy dans la province de Hoa Binh) pour contrôler ma famille et mettre aux arrêts ma mère avant de l’emmener.

La police du district de Dong Da à Ha Noi a présenté le mandat d’arrêt en vertu de l’article 245 du code pénal pour “troubles de l’ordre public”.

Ils ont également présenté un mandat de perquisition, ils ont fouillé la maison sans résultat, mais le téléphone de ma mère a été saisi.

Actuellement, les policiers détiennent ma mère au commissariat du district de Yen Thuy.

Je suis sur le chemin avec les compatriotes de Duong Noi pour lutter contre la clique des mandarins corrompus communistes, contre la dictature communiste et contre l’État policier.

Ma famille appelle la communauté internationale à se mobiliser contre les arrestations visant à s’accaparer des terres du peuple par les autorités de Hanoi”.

Source : Dan Lam Bao

DanOan_CanThiTheu
Portrait de Can Thi Theu © CTM Media

Lire aussi :

Image “à la une” : Policiers anti-émeutes arrêtant Mme Can Thi Theu, paysanne pétitionnaire à Yen Thuy, province de Hoa Binh © ANTD