Archives par mot-clé : Seconde guerre mondiale

Exposition : Femmes et Résistance – 29 avril/2 juin 2015

Annonce de l’inauguration d’une exposition consacrée aux résistantes pendant la Seconde guerre mondiale.

Expo_Femmes&Résistance_2015

Alors que l’on célèbre le 70e anniversaire du premier vote des femmes (pour les élections municipales du 29 avril 1945) et que les résistantes Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz entrent au Panthéon, il est désormais certain que l’histoire ne saura plus s’écrire sans elles. Durant la Seconde Guerre mondiale elles furent nombreuses à s’engager dans la Résistance, à se battre et parfois mourir pour leurs idéaux. À travers les portraits de quarante-six héroïnes, cette exposition est l’occasion de rendre hommage à l’ensemble de ces femmes. Après la fin des hostilités de nombreuses résistantes continuent le combat, en témoignant inlassablement pour dénoncer les méfaits de l’Occupation ou de la barbarie nazie, s’engager dans les luttes contre tous les racismes, contre le colonialisme ou pour les droits des femmes. Aujourd’hui, ces combats continuent, particulièrement ceux pour la parité, la lutte contre les violences ou encore l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. Pour que l’égalité soit réelle. L’exposition sera sur l’esplanade de l’Hôtel de ville de Paris du 29 avril au 2 juin 2015 puis sur les grilles du Panthéon du 6 juin au 6 juillet 2015.

Cette exposition a été conçue sous le commissariat de Julie d’Andurain et de Pascal Blanchard et réalisée par l’agence les bâtisseurs de mémoire (Emmanuelle Collignon, Tiffany Roux et Thierry Palau) en collaboration avec le secrétariat auprès du ministère de la Défense, chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire, le secrétariat auprès du ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des Femmes, chargé des Droits des Femmes et la Mairie de Paris.

Renseignements :

Hotel de ville de Paris

Place de l’Hôtel de ville

75004 Paris

01 42 76 40 40

Source : ACHAC

Pour en savoir plus :  Inauguration de l’exposition « Femmes et Résistance »

 

Wendy Lower : Les Furies de Hitler. Comment les femmes allemandes ont participé à la Shoah

Lower_LesFuriesDeHitler[ndlr] Parution le 18 septembre 2014 de la traduction française de l’ouvrage de Wendy Lower. Présentation de l’éditeur.

Envoyées dans les pays occupés par l’Allemagne nazie, des femmes jeunes, endoctrinées et ambitieuses, se sont transformées en meurtrières. Cette enquête fait voler en éclats bien des idées reçues.

Non, les femmes allemandes n’ont pas été les témoins passifs de meurtres de masse accomplis par les Einsatzgruppen, leurs maris, leurs fiancés, leurs amants ou leurs supérieurs. Elles leur ont prêté main forte. De 1941 à 1945, près d’un demi-million d’entre elles – secrétaires, infirmières, maîtresses d’école, dactylos, assistantes, auxiliaires – se sont portées volontaires pour rejoindre les rangs des persécuteurs, des assassins, des bourreaux. Établissant des listes de Juifs à éliminer, apportant à boire et à manger aux soldats pendant les exécutions de masse, les encourageant, ou les réconfortant, voire en tirant elles aussi sur les Juifs affectés aux travaux forcés.

Plongée dans les archives, journaux intimes, correspondances pendant la guerre et compte-rendus d’audience de procès tenus après-guerre, Wendy Lower nous brosse un tableau saisissant de ces femmes qu’elle qualifie de véritables furies tant elles ont donné libre cours à leur haine, avec violence, en brutalisant des êtres humains qu’elles pouvaient dominer, malmener, voire tuer.

Un livre choc.

Traduit de l’anglais par Simon Duran et Evelyne Werth.

Source : Tallandier

Image à la une : Female auxilliaries with SS officers in 1944. © AP

* * *

Lower_HitlersFuriesPour en savoir plus :

 * * *

 Book TV 2013 Book Expo America: Wendy Lower, « Hitler’s Furies »

Historian Wendy Lower discusses her soon-to-be published book Hitler’s Furies: German Women in the Nazi Killing Fields. Ms. Lower talks to BookTV at Book Expo America, the publishing industry’s annual trade show held at the Javits Convention Center in New York City.

* * *

Publications of Wendy Lower

Books:

  • Nazi Empire-Building and the Holocaust in Ukraine, Chapel Hill: University of North Carolina Press and USHMM, 2005 (paperback, 2007, audio version 2010);
  • The Shoah in Ukraine: History, Testimony, Memorialization, Bloomington: Indiana University Press, 2008 (co-edited with Ray Brandon);
  • The Diary of Samuel Golfard and the Holocaust in Eastern Galicia, Lanham MD: Altamira/Rowman and Littlefield and USHMM, 2011;
  • Hitler’s Furies: German Women in the Nazi Killing Fields, Houghton Mifflin, 2013.

Selected, Recent Articles:

  • Pogroms, Mob Violence and Genocide in Western Ukraine, Summer 1941: Varied Histories, Explanations and Comparisons Journal of Genocide Research (Sept 2011): 1-30;
  • Male and Female Holocaust Perpetrators and the East German Approach to Justice, 1949-1963 Holocaust and Genocide Studies 24, no. 1 (Spring 2010): 56-84.

Source : Claremont McKenna College

Mary Louise Roberts: Des GI et des femmes. Amours, viols et prostitution à la Libération [parution]

Roberts_DesGIsEtDesFemmesAvis de parution. Traduction d’une étude clé de Mary Louise Roberts sur les soldats américains à la Libération, loin des images d’Épinal…

Comment convaincre les GI de débarquer sur les plages de Normandie et de se jeter sous le feu ennemi au péril de leur vie ? En invoquant le patriotisme, la solidarité entre les démocraties, les crimes barbares des nazis ? Sans nul doute. Mais un autre argument fut employé au sein de l’armée américaine en 1944 : « Pensez à la beauté des femmes françaises qui n’attendent que vous et sauront comment récompenser leurs libérateurs. »

S’appuyant sur de très nombreux documents d’archives, ce livre raconte une histoire fascinante et dérangeante : le commandement militaire américain a « vendu » le Débarquement à ses GI comme une aventure érotique et a sciemment exploité le mythe de la femme française experte en matière sexuelle et disponible. Il jette une lumière crue sur les conséquences de cette propagande : la prostitution débordante partout où se trouvaient des GI, exposant leurs relations sexuelles au vu et au su de tous, mais aussi les agressions sexuelles et les viols.

Loin d’être anecdotique, la sexualité des GI fut l’un des enjeux de la bataille politique qui se jouait sur le territoire libéré, celle entre l’impérialisme américain et la souveraineté française. Humiliante, elle a contribué à nourrir l’antiaméricanisme d’après-guerre.

Mary Louise Roberts enseigne l’histoire de France à l’université du Wisconsin. Elle est une spécialiste réputée de l’histoire des femmes et du genre.

Réf. : Roberts, Mary Louise, Des GI’s et des femmes. Amours, viols et prostitution à la Libération, Paris, Éditions du Seuil, coll. L’Univers Historique, 2014.

Source : site des éditions du Seuil

A lire : Mary Louise Roberts : « Le sexe a été une manière d’assurer la domination américaine », Le Monde, 18/07/2013.

Fiche profil de l’auteure : Mary Lou Roberts Professor

Maria Thanopoulou : À la recherche de la mémoire des Femmes dans la Guerre – Notes méthodologiques

[Résumé] La recherche sur la mémoire des femmes dans la Seconde Guerre mondiale offre sur un champ riche et étendu qui doit être délimité. Avec, comme point de départ de notre réflexion, le cas de la Grèce, en mettant l’accent sur la recherche de la mémoire orale, nous abordons quelques questions méthodologiques qui pourraient servir à délimiter ce champ. Quel objectif sous-tend cette recherche et régit le fil conducteur de l’enquête orale ? Qu’est la « mémoire des femmes », quelles femmes en sont porteuses ? Qui interroger et comment ? Quel matériel mnémonique obtenons-nous à la suite d’une enquête orale ? Par ce type de questions, nous visons à montrer que la recherche sur la mémoire des femmes dans la guerre est un processus dynamique dont les traces sont vivement imprégnées du matériel recueilli au cours de l’enquête. Ainsi est-il impossible d’étudier le contenu de cette mémoire sans prendre en considération les conditions sociales, spatiales et temporelles qui en ont favorisé l’émergence et le recueil et ont influencé sa forme.

Lire la suite : Cahiers balkaniques

Référence papier

  • Maria Thanopoulou, « À la recherche de la mémoire des Femmes dans la Guerre », Cahiers balkaniques, 41 | -1, 221-228.

Référence électronique

  • Maria Thanopoulou, « À la recherche de la mémoire des Femmes dans la Guerre », Cahiers balkaniques [En ligne], 41 | 2013, mis en ligne le 16 mai 2013, consulté le 17 novembre 2013. URL : http://ceb.revues.org/3951 ; DOI : 10.4000/ceb.3951

Thị trưởng Nhật sẵn sàng ‘cúi đầu’ trước nô lệ tình dục

Les excuses du maire d’Osaka, Toru Hashimoto, à la suite de ses propos sur les esclaves sexuelles de la guerre japonaise en Asie orientale. On estime à 200.000 le nombre de Chinoises et de Coréennes dites « confort women » mises à disposition des soldats nippons dans des bordels militaires pendant la Seconde guerre mondiale. A lire dans la presse vietnamienne.

* * *

Thị trưởng thành phố Osaka của Nhật Bản, người đưa ra tuyên bố gây sốc về nô lệ tình dục thời chiến, vừa tuyên bố sẵn sàng gặp và xin lỗi những nô lệ này.

Phụ nữ bị quân đội Nhật Bản ép buộc làm nô lệ tình dục trong Thế chiến II.
Phụ nữ bị quân đội Nhật Bản ép buộc làm nô lệ tình dục trong Thế chiến II.

« Tôi chắc chắn phải xin lỗi cho những gì Nhật Bản đã làm đối với những người phụ nữ bị bắt làm nô lệ tình dục. Tôi sẽ nói với họ rằng mình rất tiếc về những gì đã xảy ra bất kể điều đó là ép buộc hay không », ông Toru Hashimoto khẳng định.

Tuy đưa ra lời xin lỗi nhưng thị trưởng Toru Hashimoto vẫn khẳng định, quân đội Nhật Bản không phải lực lượng duy nhất sử dụng phụ nữ để giải quyết nhu cầu tình dục trong Thế chiến thứ II.

Không chỉ khiến phụ nữ các quốc gia bị quân đội Nhật Bản lạm dụng căm phẫn, tuyên bố của thị trưởng thành phố Osaka về nô lệ tình dục thời chiến còn bị Chính phủ Mỹ lên án mạnh mẽ.

Theo đó, Bộ Ngoại giao Mỹ khẳng định, phát ngôn của thị trưởng Toru Hashimoto là thái quá và gây khó chịu trên toàn quốc tế.

Tờ JoongAng hàng ngày của Hàn Quốc cũng vừa đăng một bài xã luận khẳng định: “Các chính trị gia cực hữu của Nhật Bản đã mất trí”. Bài viết còn cáo buộc, chính ông Abe (Thủ tướng Nhật Bản) và Hashimoto đã “thức tỉnh bóng ma chiến tranh trong quá khứ và khiến hàng xóm, những người còn mang ký ức cay đắng của cuộc chiến tranh xâm lược, khó chịu”.

Trước đó, ông Toru Hashimoto khẳng định, việc quân đội Nhật Bản ép buộc phụ nữ châu Á làm gái mại dâm là cần thiết để duy trì kỷ luật quân đội cũng như giúp binh sĩ thư giãn. Ông cũng tuyên bố rằng, quân đội các nước khác cũng thực hiện hành động tương tự và Nhật Bản đang bị đối xử bất công.

Các sử gia cho biết, khoảng 200.000 phụ nữ, chủ yếu là người Trung Quốc và bán đảo Triều Tiên đã bị ép buộc trở thành nô lệ tình dục cho binh lính Nhật bên trong các nhà thổ quân sự. Trong Thế chiến thứ 2, một số quân đội cũng tồn tại các nhà thổ tương tự nhưng Nhật Bản là nước duy nhất bị cáo buộc sử dụng phụ nữ làm nô lệ tình dục trên quy mô rộng.

Không chỉ bênh vực quân đội Nhật Bản trong Thế chiến thứ 2, Toru Hashimoto cũng trực tiếp kêu gọi binh sĩ quân đội Mỹ đóng tại miền Nam Nhật Bản nên tới các tụ điểm vui chơi giải trí lớn ở địa phương để giảm tội phạm tình dục. Phát biểu trong chuyến thăm đảo Okinawa, Hashimoto đề nghị chỉ huy quân đội Mỹ nên cho các binh sĩ sử dụng ngành công nghiệp tình dục hợp pháp của Nhật Bản.

Source : Soha News, 17/05/2013.

Voir aussi :