Archives par mot-clé : Nữ TNXP

François Guillemot : « Genèse d’une recherche sur les femmes et la guerre au Viêt-Nam » – Séminaire Félicité – 10/01/2020

Annonce du programme de l’atelier/séminaire de Félicité du vendredi 10 janvier.

Vendredi 10 janvier 2020, 9h, en D4.235, site Descartes de l’ENS de Lyon.

La journée se déroule en 2 temps : séminaire le matin et atelier l’après-midi.

9h30-12h Séminaire de traductologie féministe

Intervenant : François Guillemot, historien spécialiste du Viêt Nam contemporain et ingénieur de recherche à l’IAO. Il viendra nous parler de son ouvrage Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre 1945-1975 paru en 2014 aux éditions Les Indes savantes.

Discutante : Léa Buatois (Agathe Senna). Normalienne de l’ENS de Lyon, ses recherches portent sur l’histoire de l’anarchisme chinois comme courant intellectuel au début du vingtième siècle et sur l’historiographie de ce mouvement en Chine, ainsi que sur l’émergence du féminisme chinois comme langage politique et ses rapports avec les rhétoriques nationalistes au début du vingtième siècle.

Résumé : L’émergence d’une connaissance académique sur le genre et la guerre au Viêt-Nam peut être datée de la fin des années 1990 lorsque le conflit régional avec le Cambodge se termine et que la politique de Renouveau culturel s’affirme. C’est à partir de cette décennie que des autrices et auteurs explorent l’histoire des Jeunesses de choc, une formation fondée en 1950 pour la logistique de guerre et mobilisée pendant les trois périodes de conflit (1950-1955, 1965-1975, 1979-1989). Formés de plus de 50% de jeunes femmes, ces groupements ont joué un rôle décisif dans la victoire communiste notamment sur la Piste Hô Chi Minh.

A la fin des années 2000, des initiatives sont prises par des chercheuses à Hô Chi Minh-Ville pour mener des investigations dans une perspective transnationale. Ainsi fut créé le groupe de recherche Gender And Society de l’université privée Hoa Sen, université dirigée par l’historienne Bui Trân Phuong, organisatrice d’un colloque international interdit par les autorités en octobre 2011. Notre ouvrage sur « l’autre moitié de la guerre » s’inscrit dans ce contexte particulier et reflète précisément les difficultés qu’ont les témoins ou acteurs/actrices de cette guerre (écrivain·es, soldat·es, représentants politiques, corps médical …) à mettre des mots sur une guerre fratricide particulièrement destructrice lors de laquelle on a fait peu de cas du destin des femmes.

Cette difficulté à dire la vie quotidienne sur le théâtre des opérations militaires, à parler de la souffrance et de la brutalité de la guerre, se retrouve dans l’expression même du texte. Nous nous appuierons sur quelques exemples pour démontrer l’émergence du genre dans la littérature sur la guerre du Viêt-Nam et comment l’expression de l’indicible apparaît en filigrane dans certains textes d’écrivaines (Lê Minh Khuê, Duong Thu Huong, Vo Thi Hao) ou dans les études d’anciens responsables des Jeunesses de choc comme Nguyên Van Dê et Dông Sy Nguyên ou dans le témoignage du chirurgien Lê Cao Dai.

14h-16h Atelier de traduction féministe

Émilie Fernandez présentera son projet de traduction de l’ouvrage Our Women On The Ground. Il s’agit d’un recueil de 19 textes écrits en anglais par des femmes journalistes d’origine arabe sur leurs années de reportage au Moyen-Orient. Ces récits ont été recueillis et édités par Christiane Amanpour, correspondante internationale en chef de CNN, et Zahra Hankir, journaliste libano-britannique.

Plus d’informations : https://felicite.hypotheses.org/2338

Illustration « à la une » : Combattant.e.s des Jeunesses de choc de la Capitale, groupement C812 (province de Nghê An, 1965) © DR

Xót thương cựu thanh niên xung phong chết không có nhà, phải quàn thi hài trên hè phố

Funérailles dans la rue pour un ancien des Jeunesses de Choc de 80 ans, sans abri. Article de Viêt An traduit par nos soins.

Sau khi qua đời, do không có nhà cửa nên thi thể ông Phạm Quang Vinh – một cựu TNXP sống tại phường Năng Tĩnh (TP. Nam Định) được quàn trên hè phố.

Le 9 février [2019], les réseaux sociaux ont diffusé une information concernant un ancien jeune volontaire (TNXP) nommé Pham Quang Vinh (80 ans) qui venait de mourir, mais du fait de l’absence d’une habitation, son corps a été mis en bière sur le trottoir de la route de Tran Quang Khai (quartier de Tinh Nang, ville de Nam Dinh). Avant son décès, M. Vinh vivait avec son épouse, Dao Thi Lan (71 ans) dans une chambre de motel. Mais lorsque M. Vinh est décédé, le propriétaire n’a pas permis d’organiser les obsèques dans cette pièce.

Après cela, la famille a demandé à louer une salle funéraire à l’hôpital général de Nam Dinh, mais à cause des frais élevés, le corps de Vinh a été finalement mis en bière sur le trottoir.

Le matin du 10 février, en réponse à VTC News, Mme Dinh Thi Dung, présidente du district de Tinh Nang, a confirmé les informations susmentionnées1.

Mme Dung a déclaré que M. Vinh provenait d’une famille pauvre du quartier et le couple était d’anciens jeunes volontaires. Après la mort de M. Vinh, le quartier a créé les conditions pour tenir des obsèques sur une partie de trottoir du quartier.

Selon Mme Dung, le district de Nang Tinh travaille sur un certain nombre de procédures pour soulager la famille de l’ex-TNXP de leurs difficultés financières.

En ce matin, le quartier et sa famille ont organisé des obsèques pour M. Vinh.

Viêt An, 10/02/2019. D’après VTC News

Document original en ligne : Soha VN

Note

  1. Ndlr : L’article ne précise pas si le corps a été incinéré sur place ou ce qu’il est advenu après la levée du corps []

Tri ân những liệt sỹ thanh niên xung phong Đại đội 915 [VTV1]

Commémoration du sacrifice de 60 membres des Jeunesses de choc de la province de Thai Nguyên le 24 décembre 1972. Appartenant à l’escouade 915, la plupart avaient 17 ans.

VTV.vn – Những ngày tháng 12, nhiều hoạt động tri ân 60 thanh niên xung phong của Đại đội 915 anh dũng hy sinh trong khi làm nhiệm vụ đã diễn ra tại các địa phương ở Thái Nguyên.

VTV.vn – Những ngày tháng 12, nhiều hoạt động tri ân 60 thanh niên xung phong của Đại đội 915 anh dũng hy sinh trong khi làm nhiệm vụ đã diễn ra tại các địa phương ở Thái Nguyên.

Lire la suite : VTV News

Voir aussi :


Image « à la une » : photomontage à partir d’images du reportage en ligne de VTV1 © DR

Sớm xem xét giải quyết chế độ cho những cựu TNXP

Signalement d’un article sur les Jeunesses de choc mobilisées sur les espaces frontaliers alors en guerre après 1975. Une affaire non résolue depuis 1977.

QĐND – Mới đây, Báo Quân đội nhân dân nhận được ý kiến của bà Lê Thị Chà và bà Đàm Thị Thoa ở thôn Lợi, xã Đông Lĩnh, TP Thanh Hóa, tỉnh Thanh Hóa, đại diện cho 41 cựu thanh niên xung phong (TNXP) của xã Đông Lĩnh, với nội dung như sau:

“Tháng 6-1977, chúng tôi tham gia lực lượng TNXP của tỉnh và được biên chế về Đội TNXP 4212 và 4220 làm nhiệm vụ xây dựng kinh tế mới. Giai đoạn này, đơn vị vừa tăng cường bổ sung quân chiến đấu ở biên giới phía Bắc và Tây Nam, vừa luyện tập sẵn sàng chiến đấu cùng lực lượng dân quân du kích huyện Như Xuân. Tháng 1-1981 được giải quyết chế độ trở về địa phương, hiện tại chúng tôi vẫn còn lưu giữ giấy chứng nhận hoàn thành nhiệm vụ do đơn vị cấp năm 1981. Những cựu TNXP xã Đông Lĩnh chúng tôi đã gửi đơn đến UBND tỉnh Thanh Hóa với nội dung đề nghị UBND tỉnh ra quyết định xác nhận phiên hiệu đơn vị TNXP và gửi quyết định này về địa phương để mọi người được hưởng các chế độ chính sách của Đảng, Nhà nước theo quy định hiện hành. Thế nhưng, không hiểu vì lý do gì đến nay vẫn chưa được xem xét, giải quyết ».

[notre traduction ci-après] En juin 1977, nous nous sommes joints à la force bénévole (jeunesses de choc) provinciale et nos équipes ont été affectées aux unités TNXP 4212 et 4220, chargées de créer la nouvelle économie. À ce stade, l’unité a renforcé les troupes de combat à la frontière nord [Chine] et sud-ouest [Cambodge] et s’est entraînée avec la milice de guérilla dans le district de Nhu Xuan. Nous avons pu regagner la région à partir de janvier 1981. Jusqu’à maintenant, nous conservons toujours un certificat de mission délivré par l’unité en 1981. Nos anciens des Jeunesses de choc de la commune de Dong Linh ont envoyé une pétition au comité populaire de la province de Thanh Hoa dans le but de résoudre leur statut : demande au Comité populaire provincial de prendre une décision certifiant le nom des unités TNXP engagées et envoi de cette décision au niveau local pour qu’elles puissent bénéficier des régimes de soutien et des politiques du Parti et de l’État, conformément à la réglementation en vigueur. Cependant, nous ne comprenons pas pourquoi jusqu’à présent cette question n’a pas été examinée et (par conséquent) résolue.

Source : Quan doi nhan dan

Tuyên truyền bị phản tác dụng [RFA]

Article critiquant le spectacle de la commémoration des dix jeunes filles Jeunesses de choc de Dông Lôc. Dix jeunes filles transformées en autant de fantômes.

Lễ Kỷ niệm 50 năm “Chiến thắng Đồng Lộc” và chương trình nghệ thuật “Đồng Lộc – Bài ca bất tử” do tỉnh Hà Tĩnh phối hợp với Đoàn thanh niên cộng sản Hồ Chí Minh tổ chức bị công luận cho là lối mòn tuyên truyền lâu nay ở Việt Nam đã mất tác dụng; thậm chí còn làm mất niềm tin của nhiều người.

“Nhát ma” người xem?

Sau khi hình ảnh 10 cô gái mặc áo dài trắng giữa đêm được sử dụng nhằm minh họa cho 10 nữ thanh niên xung phong bị tử trận tại Ngã ba Đồng Lộc được lan truyền trên mạng xã hội, nhiều ý kiến cho rằng cách cách dàn dựng chương trình như vậy là “nhát ma” người xem. Nghệ sĩ Nam, người từng có nhiều năm kinh nghiệm trong lĩnh vực nghệ thuật nhận xét.

Tất nhiên là áo dài trắng giữa đêm thì người ta nói tới ma đúng không. Thật ra những cô gái đó đã mất thì họ không muốn họ làm ma đâu. Người ta chỉ muốn biết họ đã từng sống như thế, đã từng hát giữa đêm như thế, đã từng chiến đấu hết mình như vậy. Người ta là người mà đâu phải ma đâu.

Lire la suite : RFA, 24/07/2018.

Illustration « à la une » : les dix jeunes filles en ao dai blanc dans la nuit de Dong Loc © Facebook de Nguyen Son.