Archives par mot-clé : Tran Thi Nga

Lettre ouverte du Collectif pour les droits humains et pour la lutte contre la violence faite aux femmes

La prisonnière d’opinion Tran Thi Nga incarcérée depuis janvier 2017 a subi menaces de mort et violences physiques. Elle a bénéficié d’une action urgente d’Amnesty International l’été dernier. Le 10 octobre 2018, une lettre ouverte de la députée suisse au Grand Conseil de Genève Anne Marie von Arx-Vernon représentant le « Collectif pour les droits humains et pour la lutte contre la violence faite aux femmes » a été envoyée aux autorités vietnamiennes pour exiger sa libération et la fin des maltraitances.

Lettre ouverte du 10 octobre 2018

Tô Lâm

Ministre de la Sécurité publique du Vietnam

44 Yêt Kiêu St. Hoàn Kiêm District

Hà Nội, Viêt-Nam

Monsieur le Ministre,

Nous vous adressons cette lettre ouverte à la suite d’informations reçues de sources concordantes sur les conditions de détention préoccupantes de votre citoyenne Madame Tran Thi Nga, qui purge actuellement une peine de neuf ans à la prison de Gia Trung à Mang Yang, dans la province de Gia Lai, à plus de 1300 kms de son lieu de domicile.

Le 17 août 2018, Tran Thi Nga nous a fait savoir par ses proches qu’elle avait été violemment battue et menacée de mort par sa codétenue. Bien que les autorités pénitentiaires locales aient été alertées à plusieurs reprises, aucune mesure à ce jour n’a été mise en place pour la protéger.

Depuis son arrestation le 21 janvier 2017, Tran Thi Nga n’aurait pu recevoir qu’une seule visite de son conjoint, et aucune de ses enfants âgés de 6 et 8 ans malgré les dispositions de la loi vietnamienne qui prévoit une visite par mois.

Elle n’a été autorisée à joindre sa famille par téléphone qu’en juin 2018, après 16 mois de silence.

Tran Thi Nga souffre par ailleurs des séquelles de deux attaques subies en 2014 en 2015 au cours desquelles elle a été rouée de coups avec un bras et une jambe fracturés par des individus en civil.

Dans ces circonstances, nous vous exhortons, Monsieur le Ministre, à agir afin de :

  • libérer Tran Thị Nga immédiatement et sans condition, car elle est détenue uniquement pour avoir exercé, sans violence, son droit à la liberté d’expression ;
  • veiller à ce que, dans l’attente de sa libération, Tran Thi Nga soit traitée conformément à l’ensemble des conventions des Nations-Unies pour le traitement des détenus, et particulièrement à ce qu’elle ne soit pas victime d’actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements ;
  • mettre fin à son lointain transfert de manière à ce que Tran Thị Nga puisse régulièrement avoir une visite de sa famille et bénéficier des soins médicaux adaptés qui lui seraient nécessaires.

Dans cette attente, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de nos sentiments distingués.

Au nom du collectif des signataires dont la liste est jointe.

Anne Marie von Arx-Vernon

Députée au Grand Conseil de Genève

Copie de cette lettre ouverte envoyée à :

Ambassade du Vietnam en Suisse.Monsieur l’Ambassadeur Pham Hai Bang, Schlösslistrasse 26 – CH-3008 Berne

Département fédéral des Affaires Etrangères DFAE.Monsieur le Conseiller fédéralIgnazio Cassis, Effingerstrasse 27 – CH-3003 Bern

Source : Viêt Tân

Vietnamese Political Prisoner Tran Thi Nga Back in Touch With Family [RFA]

La situation pénitentiaire d’une prisonnière de conscience. A lire sur RFA.

Vietnamese political prisoner Tran Thi Nga, after having been cut off from seeing her family for several months as part of disciplinary measures, was able to call her husband this week and a family visit to her in jail may take place next week, her husband told RFA’s Vietnamese service on Wednesday.

A human rights defender noted in Vietnam for her online activism, Nga, 40, was sentenced on July 25 to nine years in prison for spreading « propaganda against the state » under Article 88 of Vietnam’s penal code, a provision frequently used to silence dissident bloggers and other activists. Her appeal was rejected in December.

Nga’s husband, Phan Van Phong, told RFA he spoke to her for five minutes on Tuesday.

“First of all, she complained about my note advising her to accept wearing prison attire so that she would be allowed to see relatives. She told me not do that anymore, as she knows how to behave,” Phong said.

“Then she asked about the health of all relatives and talked with our kids,” he added.

Last month Phong had received a phone call from an anonymous woman who said she was Nga’s cellmate and had just been released. The woman said Nga was not allowed to see her family or to use her monthly five-minute phone call to her husband.

No reason was given for Nga’s punishment, but Phong said that prison authorities had told him before that Nga always displayed a “protest attitude” since she was brought to her current prison.

On Wednesday Phong also said authorities indicated that he and the couple’s two children would be able to meet Nga.

Phong said he was planning a trip to faraway Gia Trung Prison on June 12 for a family reunion.

In March, Nga was transferred to a distant prison — a prison in Gia Long Province, more than 1,000 km (620 miles) from her home in Ha Nam — without informing her family. Such transfers are apparently designed by authorities to increase prisoners’ isolation and make it difficult for family and friends to visit them.

Reported by RFA’s Vietnamese Service. Translated by An Nguyen. Written in English by Paul Eckert.

Source : RFA, 06/06/2018.

Image « à la une » : Tran Thi Nga is shown at her sentencing in Ha Nam, Vietnam, July 25, 2017 © Nhân Dân News

Nhà hoạt động Trần Thị Nga bị bắt [Arrestation de Tran Thi Nga, activiste sociale]

21 janvier 2017 : nouvelle de l’arrestation de Tran Thi Nga, une activiste sociale renommée, pour « propagande contre la RSVN » au titre de l’article 88 du code pénal vietnamien.

Le 10 octobre 2016, la blogueuse Mẹ Nấm (« Mère Champignon ») avait été arrêtée en vertu du même article. Le 10 juin 2016, l’activiste des droits fonciers Can Thi Theu avait été arrêtée pour « troubles à l’ordre public ». La répression contre les dissidentes se poursuit.

CTV Danlambao – Sau nhiều ngày khủng bố, đe dọa và giam lỏng tại nhà riêng, bà Trần Thị Nga đã bị Cơ quan An ninh điều tra – Công an tỉnh Hà Nam khám xét nơi ở và đọc lệnh bắt tạm giam vào ngày 21/1/2017.

Bạn bè cho hay, bà Nga bị khởi tố theo điều 88 BLHS “tuyên truyền chống nhà nước CHXHCN Việt Nam”, một trong những điều luật cho phép nhà cầm quyền bắt bớ tùy tiện và trả thù các nhân vật bất đồng chính kiến.

Lire la suite : Dân Làm Báo

tranthingabibat_21-01-2017Tran Thi Nga prise en main par deux fonctionnaires de la Sécurité publique © Danlambao

  • Voir aussi Viết ngắn cho bạn le message de soutien de l’ancienne prisonnière de conscience Pham Thanh Nghiên :

Phạm Thanh Nghiên (Danlambao) – Bạn có biết người phụ nữ này không? Cô ấy tên là Trần Thị Nga, quê ở Hà Nam, tuổi Đinh Tỵ, tức là bằng tuổi tôi. Nhưng cô ấy hơn hẳn tôi về lòng can đảm và ý chí quật cường.

* * *

Une femme a été arrêtée dans la province de Ha Nam pour propagande contre la République socialiste du Vietnam

VietnamNet – Le 21 janvier, la police de la province de Ha Nam a arrêté Mme Tran Thi Nga, 40 ans, domiciliée au 254 avenue Tran Thi Phuc, ville de Phu Ly, province de Ha Nam, pour « propagation contre la République socialiste du Vietnam » selon l’article 88 du Code Pénal de 1999. L’arrestation est intervenue, alors que celle-ci aurait été en « train de télécharger sur Internet des séquences vidéo et des articles de nature à saboter la République socialiste du Vietnam ». L’investigation policière continue pour mettre en lumière cette affaire. (source : RDP Hanoi d’après VietnamNet)