Archives par mot-clé : Tran To Nga

Tran To Nga, Ma terre empoisonnée – Vietnam, France, mes combats [parution]

Présentation de l’éditeur suivie d’une interview de Mme Tran To Nga par Michel Cymès et Marina Carrère d’Encausse dans l’émission Magazine de la Santé sur France 5 du 11 Avril 2016.

TranToNga_MaTerreEmpoisonnéeTran To Nga raconte ici son étonnant destin franco-vietnamien, une vie de combats et d’utopies. Issue d’une famille d’intellectuels, elle grandit au temps de l’Indochine française et vit au plus près la lutte pour l’indépendance. Après de brillantes études à Saigon puis à Hanoi, elle s’engage dans le mouvement de libération du Sud-Vietnam contre la présence américaine. Dans les années 1960, alors que la violence fait rage, elle s’active au cœur de la jungle, dans les camps de maquisards. Son destin bascule quand les avions de l’US Army larguent d’énormes quantités de désherbant sur ces forêts. Ce produit, surnommé « agent orange «, a des effets dévastateurs : les arbres meurent, les sols sont pollués, des centaines de milliers de personnes contaminées. Nga, elle-même atteinte par ces nuages toxiques, découvrira, des années plus tard, les ravages qu’ils peuvent provoquer. Aujourd’hui, elle vient en aide aux victimes oubliées de l’agent orange et poursuit devant la justice française vingt-six sociétés américaines de pétrochimie l’ayant fabriqué. Dans ce livre, écrit avec Philippe Broussard, l’auteur retrace le parcours qui l’a conduite également à connaître la clandestinité, la torture et la prison. Son récit de la guerre du Vietnam et de ses conséquences offre une vision inédite du conflit, dénuée de haine, touchante d’humanité, d’amour maternel et de courage.

Tran To Nga, décorée de la légion d’honneur, aime se présenter comme un « trait d’union » entre la France et le Vietnam. Après la guerre, elle a longtemps été directrice d’école à Hô-Chi-Minh-Ville et se consacre désormais aux victimes de l’agent orange.

Philippe Broussard est journaliste et écrivain. Prix Albert-Londres en 1993, il a notamment été grand reporter au Monde (1989-2005) puis rédacteur en chef à L’Express (2005-2016). Il est l’auteur d’une dizaine de livres, dont La Disparue de San Juan (Stock, 2011) et Vivre cent jours en un (Stock, 2015).

Interview de Mme Tran To Nga intoxiquée par l’Agent Orange durant la guerre du Vietnam dans l’émission Magazine de la Santé sur France 5 [son décalé].

Tran To Nga : « Je veux me battre pour toutes les victimes »

[ndlr] Le procès de l’Agent Orange se déroule en France au trinunal d’Evry. L’audience du 7 janvier a été repoussée au 3 mars 2016, en l’absence des avocats et de l’état de santé de Nga. Entretien avec Tran To Nga (Le Parisien, Ondine Debré), le combat courageux d’une femme face aux firmes américaines de la pétrochimie.

Tran To Nga : « Je veux me battre pour toutes les victimes »

Aujourd’hui âgée de 73 ans, cette Vietnamienne a vu sa vie et celles de ses filles gâchées par l’agent orange employé par l’armée américaine.

Quand avez-vous été au contact de l’agent orange pour la première fois ?

J’ai décidé de m’engager dans le combat pour la libération du Sud-Vietnam en 1966. J’étais patriote et pleine de l’énergie de la jeunesse. Après des mois dans la jungle, à vivre de façon spartiate avec mes frères combattants, j’ai entendu un avion au-dessus de nous. Nous étions dans des abris souterrains. J’étais curieuse, je suis sortie. L’avion déversait une poudre orange et je m’en suis retrouvée couverte. Avec l’humidité, ça faisait une pâte visqueuse.

Que s’est-il passé ?

J’ai ressenti des démangeaisons et j’ai suffoqué. Lorsque les premiers épandages ont commencé, nous avons compris que c’était un herbicide. La végétation mourait rapidement, laissant place à un chaos terrible. Ainsi, les soldats américains avaient plus de visibilité et pouvaient plus facilement nous détecter pour nous combattre. Nous avons dû vivre dans des souterrains.

Lire la suite : Le Parisien, 09/07/2015.

* * *

* * *

Sitographie

Image « à la une » : Tran To Nga en 1966 dans le maquis au Sud Viêt-Nam © DR