Archives par mot-clé : traumatisme

Women at war: The crucible of Vietnam

Parution d’un article intéressant sur les femmes vétérans de la guerre du Viêt-Nam. Accès libre sur Science Direct, mise en ligne le 15 janvier 2017.

Auteur.e.s :

  • Anica Pless Kaiser, VA National Center for PTSD, VA Boston Healthcare System and Boston University School of Medicine
  • Daniel H. Kabat, Gold Health Strategies, Inc., New York
  • Avron Spiro III, Massachusetts Veterans Epidemiology Research and Information Center, VA Boston Healthcare System and Boston University Schools of Public Health and Medicine
  • Eve H. Davison, VA National Center for PTSD, VA Boston Healthcare System and Boston University School of Medicine
  • Jeanne Mager Stellman, Mailman School of Public Health, Columbia University, New York

 

Highlights

• Physical health of women deployed to Vietnam was influenced by warzone experiences.
• Career military women Vietnam veterans are happier than women in general population.
• Military and non-military Vietnam service women less likely to marry or have kids.
• Paper provides insight to mostly unstudied lives of American women of Vietnam War.

Abstract

Relatively little has been written about the military women who served in Vietnam, and there is virtually no literature on deployed civilian women (non-military). We examined the experiences of 1285 American women, military and civilian, who served in Vietnam during the war and responded to a mail survey conducted approximately 25 years later in which they were asked to report and reflect upon their experiences and social and health histories.

We compare civilian women, primarily American Red Cross workers, to military women stratified by length of service, describe their demographic characteristics and warzone experiences (including working conditions, exposure to casualties and sexual harassment), and their homecoming following Vietnam. We assess current health and well-being and also compare the sample to age- and temporally-comparable women in the General Social Survey (GSS), with which our survey shared some measures.

Short-term (<10 years) military service women (28%) were more likely to report their Vietnam experience as “highly stressful” than were career (>20 years; 12%) and civilian women (13%). Additional differences regarding warzone experiences, homecoming support, and health outcomes were found among groups. All military and civilian women who served in Vietnam were less likely to have married or have had children than women from the general population, χ2 (8) = 643.72, p < .001. Career military women were happier than women in the general population (48% were “very happy”, as compared to 38%). Civilian women who served in Vietnam reported better health than women in the other groups. Regression analyses indicated that long-term physical health was mainly influenced by demographic characteristics, and that mental health and PTSD symptoms were influenced by warzone and homecoming experiences. Overall, this paper provides insight into the experiences of the understudied women who served in Vietnam, and sheds light on subgroup differences within the sample.

Lire l’article : Science Direct

Permalien DOI : http://dx.doi.org/10.1016/j.ssmph.2017.01.003

Image « à la une » : Vietnam Women’s Memorial, Washington DC © 2014 FG

L’après-génocide : trauma, transmissions et réinventions, la perspective du genre

[ndlr] Appel à communications et information sur un colloque à venir en mai 2016 à Erevan (Arménie).

Coat_of_Arms_of_YerevanRésumé : Ce colloque international rassemblera des chercheur·e·s multidisciplinaires qui travaillent sur les conséquences et séquelles genrées des génocides, tant personnelles que politiques pour répertorier ce que partagent les générations qui grandissent à l’ombre de traumas souvent indicibles. Féministes engagées, historiens, sociologues, anthropologues, psychologues, psychiatres, militants de la mémoire, juristes devront confronter leurs expériences et leurs recherches : l’intersection de leurs travaux apportera une dimension unique à ce colloque.

Argumentaire

Ce colloque international rassemblera des chercheur.e.s multidisciplinaires qui travaillent sur les conséquences et séquelles des génocides.

Nous nous fonderons sur la définition formulée par la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide des Nations Unies adoptée le 9 décembre 1948.

Article II

Dans la présente Convention, le génocide s’entend de quelconque des actes ci-après, commis dans l’intention de détruire, ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :

  • Meurtre de membres du groupe ;
  • Atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe ;
  • Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ;
  • Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ;
  • Transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe.

Allant plus loin que les conférences précédentes sur cette thématique, cet événement se concentre sur les effets et répercussions genrés, tant personnels que politiques, de tout génocide, pour répertorier ce que partagent les générations qui grandissent à l’ombre de traumas souvent indicibles.

Féministes engagées, historiens, sociologues, anthropologues, psychologues, psychiatres, militants de la mémoire, juristes devront confronter leurs expériences et leurs recherches : l’intersection de leurs travaux apportera une dimension unique à ce colloque.

Des génocides et des massacres à visée génocidaire formeront le point de départ des réflexions. Nous prendrons en compte des propositions qui recouvrent des aires géographiques et historiques différentes y compris, mais non exclusivement le génocide arménien, la Shoah, le Cambodge, la Bosnie ; le Rwanda, le Liberia, le Darfur, les Hereros en Namibie, les massacres survenus à la suite de la colonisation du continent américain, africain et australien.

Axes thématiques

Les sujet des propositions pourront recouvrir les thèmes suivants, d’autres sont possibles, y compris une analyse genrée des massacres en cours ou récents.

Le génocide à l’aune du genre et de la sexualité

  •  Réflexions féministes sur le(s) génocide(s)
  •  Réflexions queers sur le(s) génocide(s)
  •  Violences sexospécifiques au cœur des génocides
  •  La reconstitution d’une identité sociale genrée après un viol durant  ou après un génocide
  •  Les enfants du viol
  •  La honte, le rejet, la réinsertion et l’impossible réinsertion

L’après génocide

  •  La mémoire traumatique et la résilience dans la reconstruction d’une identité sexuée
  •  Traumatisme transgénérationnel après le génocide, chez les descendant.es des victimes
  •  Culpabilité trangénérationnelle des descendant.es des responsables de crimes

Secrets de famille

  •  Grandir à l’ombrer d’un génocide : les formes multiples du non-dit
  •  La révélation des secrets de familles : quand une identité cachée est dévoilée
  •  Quand meurent les derniers témoins : la construction de la mémoire familiale

Les massacres « oubliés » et négligés, la dimension du genre

  • Les tribus autochtones dans le processus de colonisation
  • L’Inquisition espagnole
  • Les massacres durant les conflits nationalistes entre autres.

Ecriture et reécriture du génocide et transmission les pratiques culturelles à travers des pratiques genrées

  •  Langage, le souvenir des mots, berceuses, comptines
  •  L’aire domestique : façon de faire, cuisine, espace intérieur, pratiques corporelles.
  •  Littérature féminine
  •  Les formes que prend la transmission d’une identité de victime
  •  Un génocide peut-il être considéré comme étant terminé ?
  •  Le rôle de la prise de conscience et l’éducation dans l’évitement de génocides futurs, la place des femmes dans le récit historique.

Le génocide dans la réflexion politique et juridique

  •  La reconnaissance d’un génocide et le prix politique de l’autocensure et du négationnisme
  •  Le génocide en droit international : les réparations des crimes commis contre les femmes
  •  La dimension du genre dans les interventions humanitaires dans la période post-génocide
  •  L’expérience de génocide comme revendication politique et nationale : la place du genre dans les traditions instrumentalisées.

Langues des candidatures : anglais, français, arménien

Modalités de soumission

Envoyer vos candidatures avant

le  5 janvier 2016

(1 feuillet environ) avec une bio succincte en fichier PDF

Prière de mettre votre nom dans le ‘sujet’ du mail

info@womeninwar.org

Une réponse sera envoyée avant le 5 février 2016

Le colloque aura lieu à Erevan, 21-22-23 mai 2016

Comité scientifique

  • Carol Mann , LEGS, Université de Paris 8
  • Nona Shahnazarian, Institut d’archéologie et d’ethnographie, Erevan
  • Nermina Trbonja, Université de Sarajevo

Organisation

Ce colloque est organisé par ‘Women in War’, une association Loi 1901, fondée et dirigée par la sociologue Carol Mann, et destinée à la réflexion sur tous les aspects du genre dans les conflits armés. L’association a été fondée à Paris en 2008, par des universitaires féministes d’horizons différents, unies par leur engagement contre les injustices faites aux femmes dans toute guerre. Deux antennes existent, l’une à Sarajevo (dirigée par Nermina Trbonja), l’autre à Beyrouth (Yeghia Tashjian).Nona Shanazarian est la responsable à Erevan, assistée par Hasmik Grigorian

L’association rassemble et réunit des chercheur.es partout dans le monde qui travaillent sur le genre et les questions de conflits armés tant historiques qu’actuels, à travers des séminaires mensuels en ligne, des projets de publication et des conférences annuelles dans les zones de guerre.

De 2014 à 2018, l’association ‘Women in War’ organise chaque année de grandes conférences internationales pour commémorer le rôle joué par les femmes dans la Première Guerre mondiale. Chaque événement se déroule dans un lieu emblématique, en partenariat avec une université locale importante : Sarajevo (avec l’Université de Sarajevo), Beyrouth (avec la LAU) et pour 2016, l’Institut d’archéologie et d’ethnographie d’Erevan.

Source : Calenda

The Second Annual International Women & War Conference [July 2013]

WAW_logoPostgraduate Symposia: ‘Performing Trauma: The Narrative of Pain’

June 14, 2013, Toronto, CANADA
July 13, 2013, Poros, GREECE

Sponsored by: Ryerson University, the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada (SSHRC), the University of Athens

We are pleased to announce The Second Annual International Women & War Conference featuring two Postgraduate Symposia.

Performing Trauma: The Narrative of Pain’

These Symposia will examine historical, aesthetic, theoretical, psychological and imaginative investigations into the enactment of trauma, while simultaneously examining the nature of practice-as-research.

There will be two, one-day events.  The first one-day symposium will take place on Friday 14 June 2013 at the Ryerson Theatre School (Ryerson University). The second one-day symposium will take place on Saturday 13 July at the Poros Library (in connection with the University of Athens).

ABOUT THE SYMPOSIA

Symposia will focus on the reception of classical and contemporary tragedy and comedy, exploring the role of trauma in dramatic texts and in performance by both writers and practitioners across all genres and periods. Speakers will give papers on the performance and reception of trauma. This year’s guest respondents are: Dr. Julia Fawcett (Ryerson University, English) in Toronto; and Professor Liana Sakelliou (University of Athens), Professor Candice Monson (Ryerson University, Psychology) and Professor Peggy Shannon (Ryerson University, Theatre) in Greece.

PARTICIPANTS

Postgraduates from around the world working on the reception and/or enactment of classical and contemporary drama are welcome to participate. Symposia are open to presenters from different disciplines, including researchers in the fields of theatre and performance studies, English, classics, modern languages and literature. This year’s theme, ‘trauma’ is an open-ended prompt to consider ideas about our relationship to physical and psychic wounds, especially in and around war.

Practitioners are welcome to contribute their personal experience of working on drama. Papers may also include demonstrations. Undergraduates are very welcome to attend.

Those who wish to offer a short paper (20 mins) or performative presentation on ‘Performing Trauma: The Narrative of Pain’ in either Toronto or on Poros are invited to send an abstract of up to 200 words outlining the proposed subject of their discussion to peggy.shannon@ryerson.ca by Friday 29th MARCH 2012 AT THE LATEST. Proposals should include the full name of each applicant, their discipline, year of study, their university, name of supervisor, the title of their project, whether it is a paper or a performance, which symposium location is preferred, and an email address.  Successful applicants will be informed of their inclusion in one of the Symposia in early April.

No registration fees will be charged for these symposia.

To help build links between international students, artists, military members and researchers, mental health providers and scholars, these Symposia are designed to foster a shared community of global, multidisciplinary research.

The Symposia working language is English.

Source : Ryerson University + PDF document