Archives par mot-clé : violence

Elsa Dorlin, Se défendre. Une philosophie de la violence [2017]

Paru en octobre 2017 aux Éditions Zones. Présentation de l’éditeur et accès en ligne.

En 1685, le Code noir défendait « aux esclaves de porter aucune arme offensive ni de gros bâtons » sous peine de fouet. Au XIXe siècle, en Algérie, l’État colonial interdisait les armes aux indigènes, tout en accordant aux colons le droit de s’armer. Aujourd’hui, certaines vies comptent si peu que l’on peut tirer dans le dos d’un adolescent noir au prétexte qu’il était « menaçant ».

Une ligne de partage oppose historiquement les corps « dignes d’être défendus » à ceux qui, désarmés ou rendus indéfendables, sont laissés sans défense. Ce « désarmement » organisé des subalternes pose directement, pour tout élan de libération, la question du recours à la violence pour sa propre défense.

Des résistances esclaves au ju-jitsu des suffragistes, de l’insurrection du ghetto de Varsovie aux Black Panthers ou aux patrouilles queer, Elsa Dorlin retrace une généalogie de l’autodéfense politique. Sous l’histoire officielle de la légitime défense affleurent des « éthiques martiales de soi », pratiques ensevelies où le fait de se défendre en attaquant apparaît comme la condition de possibilité de sa survie comme de son devenir politique. Cette histoire de la violence éclaire la définition même de la subjectivité moderne, telle qu’elle est pensée dans et par les politiques de sécurité contemporaines, et implique une relecture critique de la philosophie politique, où Hobbes et Locke côtoient Frantz Fanon, Michel Foucault, Malcolm X, June Jordan ou Judith Butler.

Elsa Dorlin, professeure de philosophie à l’université Paris 8, est notamment l’auteur de La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française (La Découverte, 2006, 2009).

Source : Éditions Zones

Lire en ligne : Lyber

Pour en savoir plus, cinq émissions à écouter sur la chaîne Lundi Matin sur YouTube :

Elsa Dorlin – Se défendre, une philosophie de la violence

Elsa Dorlin est aussi intervenue le jeudi 11 octobre 2018 sur un sujet fondamental : “Phénoménologie de la proie : penser les résistances à la prédation” (MSH Lyon St-Etienne, espace Marc Bloch, 14 av. Berthelot, Lyon 7e), dans le cadre des Rencontres du genre organisées par la MSH Lyon St-Etienne.

Qui peut raisonnablement vivre une vie qui peut basculer à tout moment et être à proprement parler rendue invivable ? Et pourtant, c’est le lot commun de toutes les vies minorisées de s’épuiser dans cette forme d’autodéfense où il s’agit de prendre sur soi : une dépense d’énergie indéfinie, une résistance endurante, une force imperceptible distillée en continue ; une technique martiale pour laquelle il n’y a ni ceinture, ni médaille, ni trophée.

Source : MSH Lyon St-Etienne

Coline Cardi & Geneviève Pruvost : Penser la violence des femmes [réédition]

Réédition chez La Découverte / Poche de l’ouvrage dirigé par Coline Cardi et Geneviève Pruvost. Présentation de l’éditeur.

Tueuses, ogresses, sorcières, pédophiles, hystériques, criminelles, délinquantes, furies, terroristes, kamikazes, cheffes de gang, lécheuses de guillotine, soldates, policières, diablesses, révolutionnaires, harpies, émeutières, pétroleuses, viragos, guerrières, Amazones, boxeuses, génocidaires, maricides… Qu’y a-t-il de commun entre toutes ces figures ? Pour le comprendre, il importe d’exhumer, de dénaturaliser, d’historiciser et de politiser la violence des femmes. Telle est l’ambition de cet ouvrage qui propose une approche pluridisciplinaire sur un sujet trop longtemps ignoré des sciences sociales.

Cette somme inédite, réunissant des études historiques, anthropologiques, sociologiques, linguistiques et littéraires, révèle combien la violence des femmes est au cœur d’enjeux d’ordre à la fois politique et épistémologique. Penser la violence des femmes, c’est en faire un véritable levier pour considérer autrement la différence des sexes, la violence et, par-delà, l’ordre social.

  • Coline Cardi est maîtresse de conférences en sociologie à l’université Paris-VIII, chercheuse au CRESPPA-CSU.
  • Geneviève Pruvost, médaille de bronze du CNRS, est sociologue, chargée de recherche au CESDIP. Elle est l’auteure de Profession : policier. Sexe : féminin (Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007).

Source : La Découverte

Réf. : Coline Cardi, Geneviève Pruvost (sous la dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, coll. « Poche / Sciences humaines et sociales » n° 471, 2017,  464 p. ISBN : 9782707196422.

Recension :

Sophie Maunier, « Coline Cardi, Geneviève Pruvost (dir.), Penser la violence des femmes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 26 septembre 2012, consulté le 12 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/9308

Sois belle / Sois fort de Nancy Huston dans la collection main de femme [2016]

Paru en septembre 2016. Présentation de l’éditeur. Deux textes courts et un questionnement puissant.

Sois belle / Sois fort est un double essai qui reprend l’essentiel de deux conférences données par Nancy Huston : « Belle comme une image » et « Damoiseaux en détresse ». Point de vue sans concession, il permet de mieux comprendre et accepter les forces et les faiblesses des hommes et des femmes, la part animale qui les assemble et les oppose ainsi que leurs souffrances respectives dans notre monde actuel. Ce petit livre à deux faces nous fait profiter du regard clair de Nancy Huston sur des questions souvent mal posées. Ses propositions concrètes font la part belle à l’urgence d’éduquer. C’est un cadeau à s’offrir et à offrir.

Source : Éditions Parole

Thành viên Mạng lưới Blogger Việt Nam bị hành hung

La jeune blogueuse Nguyen Hoang Vi (née en 1987) frappée dans la rue en plein jour par trois inconnues. Membre du Réseau des Blogueurs du Viêt-Nam, Hoang Vi est une militante des droits de l’homme et du droit à l’information.

Blogger Nguyễn Hoàng Vi, thành viên Mạng lưới Blogger Việt Nam, bị hành hung 1 ngày trước ngày Quốc tế Nhân quyền, 10/12. Hòa Ái có cuộc trao đổi ngắn qua điện thoại sau khi vụ việc xảy ra. Cô Nguyễn Hoàng Vi cho biết 3 người phụ nữ lạ mặt tấn công khi cô đang đi trên đường vào chiều hôm thứ Ba.

Lire son interview sur RFA, 10/12/2014.

Pinar Selek : Les possibilités d’inventer la politique malgré la violence extrême

Annonce de la conférence de Pinar Selek.

Le mardi 14 octobre de 18h30 à 20h30

Bibliothèque de la Part-Dieu
30 Boulevard Marius Vivier Merle – 69003 Lyon – 04 78 62 18 00

Les écrits et la vie de Pinar Selek sont intimement liés. Sociologue et romancière turque, engagée pour les droits fondamentaux, féministe et anti-miltariste, elle connaît depuis 1998 des persécutions en raison de ses travaux de recherche au sein de populations discriminées et victimes de violences : sans domicile fixe, prostituées, travestis, transsexuels, femmes, Tziganes, Kurdes, Arménien.ne.s.

Elle est interpellée et incarcérée durant deux années et demie, torturée, puis remise en liberté en 2000 sans avoir révélé les noms des personnes auprès desquelles elle a travaillé. Elle est acquittée aux termes de trois procès en 2006, 2008 et 2011 suite auxquels l’accusation fait systématiquement appel. Depuis 2009, elle vit loin de chez elle : à Berlin d’abord, grâce à une bourse du Pen Club allemand, puis à Strasbourg où elle a soutenu sa thèse sur les mouvements d’émancipation en Turquie, et à présent à Lyon où elle est chercheuse invitée au Collegium Ecole Normale Supérieure de Lyon.

En 2013, tandis que le juge en charge est remplacé par un suppléant, la 12e cour pénale d’Istanbul révoque sa propre décision d’acquittement et condamne Pinar Selek à la réclusion à perpétuité. Cette même année, la France lui accorde l’asile politique et l’Ecole Normale Supérieure de Lyon lui décerne la distinction honorifique la plus élevée qu’une université française puisse attribuer à une personnalité étrangère en la faisant Docteure Honoris Causa. Le mandat d’arrêt international sera annulé par Interpol en février 2014. Suite à l’appel de ses avocats, la condamnation est également annulée à Ankara le 11 juin 2014 en raison des multiples actes illégaux émaillant la procédure, mais le dossier de Pinar Selek est une nouvelle fois renvoyé devant les Assises.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, nous ne connaissons pas l’issue de ce cinquième procès qui s’ouvrira le 3 octobre 2014. Ces 16 années d’épreuves morales et physiques n’ont entamé ni l’énergie de Pinar Selek, ni l’acuité de ses écrits tant scientifiques que littéraires. C’est avec l’enthousiasme qui la caractérise qu’elle a répondu positivement à notre invitation. Convaincue qu’il faut « analyser les blessures de la société pour être capable de les guérir », elle nous parlera des possibilités d’inventer la politique malgré la violence extrême. L’examen de l’espace militant en Turquie, à travers une pluralité d’expériences, présente de multiples opportunités de comprendre comment les différents mouvements contestataires, malgré la répression, co-construisent les contextes et se co-construisent, dans une interaction permanente entre eux et les autres acteurs, voire l’État.

Elle montrera comment, dans ce contexte, le mouvement féministe a été initiateur de la reconstruction. Parmi les ouvrages traduits de Pinar Selek : Service militaire en Turquie et construction de la classe de sexe dominante : devenir homme en rampant (L’Harmattan 2014), La Maison du Bosphore (L. Levi 2013), Loin de chez moi… mais jusqu’où ? (Ixe 2012).

Source : Blog de Pinar Selek

Photo à la une : Pen International